#balisebooks printanier

Le temps passe et moi je bouquine. Je crois que j’ai un record de nombre de bouquins sur un seul billet, mais à ma décharge y’en a quelques uns qui sont vraiment vraiment très courts.

Storm Born et Thorn Queen (Fille de l’orage et Reine des Ronces, en français) – Richelle Mead – le début d’une série (Dark Swan) qui met en scène Eugenie Markham, chaman de son état, et essentiellement ghostbuster de métier (bon, ne pinaillons pas, elle renvoie les esprits chafouins dans les dimensions où ils appartiennent). J’étais pas spécialement tentée par le concept original de l’histoire (chamane, mouif, je sais pas), mais en fait c’est pas mal. Bon, y’a beaucoup de scènes adultes – plus, j’ai l’impression, que dans ce pan de littérature en général – y compris que dans les Georgina Kincaid de la même auteur qui met en scène une succube, ce qui est un comble ! Y’a aussi des scènes/événements très dérangeants dans le deuxième tome. Je crois que je vais continuer à lire la série tout de même, parce que c’est toujours pareil ces machins, j’aime bien savoir la suite 😛

Use of Weapons (L’Usage des armes, en français) – Iain M. Banks – le troisième tome du cycle de la Culture. Un bouquin un peu bordélique qui entrelace deux flux temporels. Dans le premier, chronologique, Diziet Sma et Skaffen-Amtiskaw tentent de re-recruter Cheradenine Zakalwe pour une nouvelle mission. Zakalwe, son truc, c’est de gagner des guerres. Dans le second flux, anti-chronologique, on explore le passé de Zakalwe. Je crois que ça fait partie de ces bouquins qui sont objectivement très bons, mais sur lesquels j’accroche pas pour une raison inconnue (qui peut être aussi simple que « j’ai pas lu ça au bon moment avec suffisamment de neurones en route », hein).

Timeline (Prisonniers du temps, en français) – Michael Crichton – bon celui-là par contre il m’est très clair qu’il est évitable. C’est l’histoire d’une bande d’historiens qui se retrouvent envoyés dans le passé (sauf que c’est pas vraiment le passé mais en fait si mais c’est compliqué) dans un site archéologique en Dordogne. Y’a de bonnes choses – tout le contexte historique est chouette. Mais les personnages sont interchangeables et le tout m’a laissé une impression d’ennui. Sur le même thème, Connie Willis a fait de bien meilleures choses…

En souvenir d’André – Martin Winckler – un roman plutôt court où le narrateur explique son parcours en tant qu’un des premiers médecins à assister les gens qui souhaitent mourir, d’abord clandestinement. Évidemment pas très gai, évidemment politiquement chargé… évidemment bien écrit. Plutôt dans les « à lire », celui-là.

Etched in Bone (pas encore de traduction française) – Anne Bishop – le dernier tome de la série The Others. Une conclusion correcte – bien qu’assez plan-plan, probablement, à une série que j’ai vraiment bien aimée.

Six Wakes (pas encore de traduction française) – Mur Lafferty – alors celui-là, il est tombé sur ma Pile À Lire par le biais d’un article de l’auteur sur le blog de Scalzi (en anglais). L’idée, c’est un huis-clos dans l’espace avec des clones. Six personnes se réveillent dans un vaisseau spatial avec les corps de leurs anciens clones qui flottent autour. C’est assez peu choupi, mais surtout – que s’est-il passé ? C’est comme ça que le bouquin commence ; il y a une bonne quantité de background sur le développement des clones, et de manière générale c’est wachement bien. Un vague feeling « Hyperion », aussi (c’est une bonne chose, en ce qui me concerne).

An Astronaut’s Guide to Life on Earth (Guide d’un astronaute pour la vie sur Terre) – Chris Hadfield – une autobiographie de l’astronaute-canadien-moustachu-guitariste qui a beaucoup fait pour la promo de l’ISS et de la NASA. Une chouette lecture, peut-être en partie parce que le message « je suis un control freak et c’est comme ça que je suis DEVENU ASTRONAUTE ET C’EST GLORIEUX » tape dans mes propres goûts 😉 Dans tous les cas, c’est intéressant et souvent assez drôle.

The Collapsing Empire (pas encore de traduction française) – John Scalzi – celui-là était en pré-commande dès l’annonce de sa sortie ou presque. C’est 1/ un nouveau Scalzi 2/ le début d’une nouvelle série (The Interdependency) 3/ un bouquin qui commence par la phrase suivante : « The mutineers would have gotten away with it, too, if it weren’t for the collapse of the Flow. » (le début du bouquin est sur le site de Tor, et il continue par la description administrative d’une mutinerie). Comme l’indique le titre, le contexte, c’est un empire intergalactique qui se casse la gueule, principalement parce que le Flow qui sert à voyager d’un point A à un point B semble être vachement moins stable que ce qu’on pensait. Dans ce contexte là, on suit l’histoire de plusieurs personnages – tous plutôt chouettes dans leur genre, et décidément des personnages qu’on a envie de suivre. Un excellent début de série.

Au Bonheur des ogres, La Fée Carabine, La Petite marchande de prose, Monsieur Malaussène, Des Chrétiens et des Maures, Aux Fruits de la passion – Daniel Pennac – oui, je me suis enfilé les six Malaussène à la suite. (Non c’est pas vrai, j’ai lu le bouquin suivant de la liste au milieu, mais ça compte presque pas). Daniel Pennac a ressorti un bouquin récemment – avec, apparemment, la même clique que dans les six bouquins susnommés. Alors je les ai relus, parce que ça faisait longtemps. Benjamin Malaussène est 1/ grand frère de famille nombreuse 2/ bouc émissaire de profession et de nature. Bref, il lui arrive tout un tas d’emmerdes qui ne sont jamais de sa faute (mais il est toujours éminemment suspect aux yeux des chargés d’enquête) et généralement complètement abracadabrantesques, et c’est drôle, ça se déguste comme un bon vin, et ça se dévore très vite. (Non, c’est pas antinomique.) J’ai pas encore lu le dernier, mais en tous cas je me suis re-régalée avec ceux-là.

Wishful Drinking (pas encore de traduction française) – Carrie Fisher – un mémoire de Carrie Fisher, qu’on ne présente plus, et la princesse Leia dans Star Wars, pour ceux à qui il faut faire les présentations. Je sais pas trop quoi en penser. Elle raconte beaucoup de choses à propos de son enfance, de ses relations avec pas mal de monde, de sa relation à l’alcool et autres substances, et… et tout ça en un bouquin qui se lit en, sans exagérer, moins d’une heure. C’était pas inintéressant, mais… Je sais pas.

Wolf Moon (pas encore de traduction française) – Ian McDonald – la suite de Luna commencée avec New Moon. Çuilà m’a déçue. J’avais plutôt bien aimé le premier tome ; le deuxième tome m’a paru vachement plus poussif. Je sais pas trop pourquoi, d’ailleurs – peut-être aussi plus un problème de timing qu’autre chose – mais le fait est que je me suis un peu ennuyée. J’ai beaucoup aimé la question du retour à une gravité terrienne après avoir passé beaucoup de temps sur la Lune, cela dit.

The Sudden Appearance of Hope (La soudaine apparition de Hope Arden, en français) – Claire North – j’ai lu deux autres bouquins de Claire North – grâce à Armalite qui en a parlé au moment de les traduire – que j’ai beaucoup aimés tous les deux, et qui ont une originalité certaine. Donc j’ai attaqué celui-là en toute confiance. C’est l’histoire de Hope, qui a une particularité : les gens l’oublient sitôt qu’ils ne la voient plus pendant quelques minutes ; et Hope grâce à son « don » est une voleuse de premier ordre. Hope aime aussi faire des listes de faits divers et généralement variés, habituellement chiffrées. Et dans le monde de Hope, il existe aussi une app, Perfection, qui « conseille » la vie des gens pour les mener à la « perfection » – et Hope a un compte à régler avec Perfection. De bons ingrédients pour un roman prenant avec des questions intéressantes sur l’identité.

S’il ne fallait en lire qu’un… hrmpf, j’hésite entre Six Wakes, The Collapsing Empire, et The Sudden Appearance of Hope. Allez, on va dire The Sudden Appearance of Hope. Mais ptêt juste parce que The Collapsing Empire, ben c’est le début d’une série, et qu’il faudra bien lire ce tome-là pour lire le tome 2, duh.

#balisebooks de début d’année

Hoplà, il est à nouveau temps de faire dans l’infodump de bouquins. Largement, même, puisque la fournée de ce billet arrive à 9 bouquins…

Visions in Silver et Marked in Flesh (Gris Présages et Empreintes fauves en français) – Anne Bishop – la suite de la série The Others. La série continue bien, avec des vrais morceaux de conflits humains/terra indigene,  et ça continue à se lire bien. Marked in Flesh était un peu plus poussif, je crois.

Algorithms to Live By (pas de traduction française) – Christian Brian – le concept du bouquin fait un peu grincer des dents a priori (« on va vous expliquer comment un ordinateur résout les problèmes de la vie quotidienne »), mais le fond est vraiment chouette en temps que bouquin d’introduction sur l’informatique théorique au sens large, avec des sujets qui vont du tri aux problèmes NP-complets en passant par les systèmes de cache et l’aléatoire. Très chouette, au final, et il m’a semblé très accessible.

Oryx and Crake (Le Dernier Homme, en français) – Margaret Atwood – le premier tome de la trilogie MaddAddam. Ça se passe dans un environnement post-apocalyptique où le personnage principal, Snowman, est a priori le seul humain restant, du moins dans le coin où il vit/survit. Il n’est cependant pas tout seul – il est plus ou moins entouré de « post-humains » génétiquement modifiés qui le considèrent comme le prophète de leur créateur. C’est assez accessoire : une grande partie de l’histoire se passe en flashbacks sur la manière dont la dite apocalypse est survenue. J’ai bien aimé ; peut-être quelques longueurs.

Etiquette & Espionage (Étiquette & Espionnage, en français), Gail Carriger – le premier tome de la série YA « Finishing School » (Le Pensionnat de Mlle Géraldine, en français). On y fait la connaissance de Sophronia, envoyée à ses quatorze ans dans ce qui semble être un pensionnat de jeunes filles, et qui s’avère être un pensionnat de jeunes filles avec un penchant pour l’espionage et le meurtre, et le tout dans un univers steampunk (sauf erreur, le même que celui du Protectorat de l’Ombrelle, du même auteur). Assez divertissant, et j’ai appris plein de mots.

Being Emily (pas de traduction française) – Rachel Gold – un autre roman YA, mais dans un univers contemporain. C’est l’histoire d’Emily, qui est née Christopher, au moment où elle décide d’annoncer à sa petite amie, Claire, qu’elle est, ben, une fille. Il est assez clair que ça a été écrit en bonne partie à but éducatif (pas mal de « et là machin explique que ceci cela »), mais tout le bouquin reste éminemment cute et émouvant.  J’ai beaucoup aimé.

The Dark Forest (pas de traduction française, bien que le premier tome ait été traduit – Cixin Liu – la suite de Three-Body Problem, et quelle suite. J’avais adoré le premier, je crois que j’aime encore plus le second. Dans Dark Forest, l’humanité se sait condamnée : les aliens vont leur tomber dessus dans 400 ans (le temps qu’ils fassent la route, en gros) et ont visiblement l’intention de ne pas faire de quartier. Comme ladite humanité n’a pas forcément l’intention de se laisser faire, on suit les préparatifs de la contre-offensive, dans un univers où lesdits aliens peuvent savoir tout ce qu’il se dit entre deux personnes. Je suis incapable de rendre hommage correctement à ce bouquin, mais bref, lisez-le (après avoir lu Three-Body Problem, probablement). J’avoue cependant que j’ai eu beaucoup de mal à me faire aux noms des personnages (je suis pas habituée à avoir autant de noms chinois… et pour le coup mes habitudes de lecture probablement un peu rapide n’aident pas !), et j’ai quelques réserves sur la fin. Maiiiiis… ouais, nan, à lire.

Miniatures (pas de traduction française) – John Scalzi – un recueil de nouvelles courtes (voire très courtes). Très, très drôle, Pierre m’a entendu pouffer à de nombreuses reprises. Vite lu et bien ri 🙂

Hausfrau (Femme au foyer, en français) – Jill Alexander Essbaum – alors celui-là je sais pas quoi en faire. Je l’avais mis sur la « liste » après l’avoir vu passer à la librairie anglaise ici à sa sortie il y a deux ans. Je savais que ça se passait à Zürich, que c’était déprimant, et qu’il y avait pas mal de scènes qu’on qualifiera d’adulte. Et ouais, je confirme sur les trois points. C’est l’histoire d’Anna, qui a immigré en banlieue de Zürich pour venir vivre avec son mari qui se trouve suisse, et elle est pas fondamentalement heureuse (euphémisme du siècle). Et… je sais pas. C’est hyper-déprimant. J’ai du mal avec les jugements d’Anna sur « ma » ville (oui, je suis un peu possessive). Ladite ville est d’ailleurs hyper-bien documentée – presque trop, ça fait très « j’ai habité ici et tous les détails que je donne sont exacts ». Je sais pas si le trait me paraît forcé parce que j’y vis et qu’il me paraîtrait vivant autrement, mais c’était un peu bizarre. Et en même temps… J’ai pas réussi à le lâcher, loin de là. L’utilisation des lessons de grammaire allemande comme métaphore d’événements de la vie d’Anna, ça j’ai vraiment beaucoup aimé. C’est clairement de la littérature pour le plaisir de la littérature, mais j’ai trouvé que ça marchait bien. Et j’ai dans l’idée aussi que ce bouquin va faire partie des « mémorables » malgré tout ça. Bref. Je sais pas quoi en faire.

S’il ne fallait en lire qu’un… Dark Forest.

Mon premier audiobook de chez Scalzi (sous-titre: #balisebooks – The Dispatcher – John Scalzi)

51agv-bkm8l-_sl300_Ça faisait un moment que je me disais qu’il fallait que j’essaie les audiobooks. J’avais assez peu d’illusions – mon audition me paraît toujours douteuse (je mets systématiquement des sous-titres sur ma télé… même quand je regarde un truc en français) et je lis vachement plus vite que ce que quelqu’un peut lire à voix haute. Et là-dessus, un conjonction de faits : une collègue qui m’explique qu’elle en écoute et qu’elle se régale, et John Scalzi qui annonce un mini-roman gratuit sur Audible.

Bref, je finis par ne faire ni une, ni deux, et j’investis un crédit gratuit (à la prise d’un abonnement Audible) sur Mists of Avalon. Oui, je sais, aucun rapport. C’est juste que j’avais oublié que The Dispatcher sortait le lendemain de ce jour-là, et je voulais essayer, et, et, et. Bref, j’ai acheté et commencé Mists of Avalon, et le lendemain matin j’ai reçu une notification comme quoi The Dispatcher était aussi disponible (je l’avais pré-commandé) sur mon compte Audible.

J’ai commencé les deux en parallèle, mais comme The Dispatcher dure 2h20 et que Mists of Avalon en dure 50, le premier a été terminé vachement plus rapidement.

The Dispatcher est un court roman noir avec un twist: les gens assassinés reviennent à la vie. Quelqu’un qui est assassiné se réveille quelques secondes plus tard, chez lui et en pleine forme. L’impact direct de ça, c’est qu’il existe un groupe de gens, les « dispatchers », dont le héros, Tony Valdez, fait partie. Les dispatchers sont des gens qui servent d’assurance : si quelqu’un fait un truc risqué, il appelle un dispatcher qui, s’il agit suffisamment vite, peut TECHNIQUEMENT l’assassiner avant qu’il ne meure du truc risqué en question. Exemple typique : une chirurgie qui tourne mal, le dispatcher dans la salle d’opération est alors bien utile. Ça, c’est le setting du monde, et l’histoire, c’est qu’un collègue dispatcher de Tony Valdez disparaît, et que Tony se retrouve embringué dans l’enquête.

Ça sent assez le « j’ai une idée cool : les gens assassinés reviennent à la vie, qu’est-ce que je fais avec cette idée », et le jeu autour des « techniquement correct », mais c’est typiquement le genre d’exercice qui m’amuse beaucoup. Le « méta » est exploré aussi, la question du pourquoi et du comment ça arrive. Et de manière générale, c’est sympa et j’ai ri à plusieurs moments. L’intrigue elle-même n’apporte pas de grande surprise, mais la réalisation est chouette.

Le bouquin a été écrit spécifiquement pour l’audio – l’article How writing an audio-first novella changed John Scalzi’s writing process est assez intéressant – ce qui en fait peut-être un candidat idéal pour essayer le concept « audiobook ». Il est lu par Zachary Quinto, que les gens qui ont vu les derniers Star Trek connaissent en tant que Spock, et qui est un excellent narrateur (et dont la voix est plutôt agréable à écouter).

J’ai écouté une bonne majorité du bouquin en… faisant ma demi-heure de gym, et c’est peut-être LE truc qui va faire que ma gym sera moins une corvée 😉 L’expérience du texte est aussi assez différente entre la lecture des mots et leur énonciation. L’audio me paraît plus contemplatif, d’une certaine manière (et peut-être paradoxalement). Le seul truc qui m’a un peu chafouinée, c’est que j’ai visiblement beaucoup plus de mal à retenir les noms des personnages si je les vois pas écrits. Je soupçonne aussi que les 50 heures de Mists of Avalon vont être difficiles à avaler – j’ai du mal de nos jours à m’enquiller des bouquins de 600-700 pages, non pas parce que c’est long en soi, mais parce que j’ai l’impatience du bouquin d’après (même si je sais pas forcément ce qu’il va être). Mais l’un dans l’autre, l’expérience a été plus que positive, malgré mes doutes initiaux. Je suis même assez enthousiaste – et je regrette un peu de pas avoir écouté plein d’autres gens avant 😉

Oh, et The Dispatcher est gratuit jusqu’au 2 novembre (et oui, il y a PROBABLEMENT moyen de créer un compte Audible sans s’abonner au truc.)

#balisebooks – The End of All Things – John Scalzi

the-end-of-all-thingsThe End of All Things, de John Scalzi (pas encore de traduction française), est le sixième tome de Old Man’s War, dont j’ai beaucoup apprécié les cinq précédents. Le sixième permet de garder l’impression précédente : j’ai bien aimé aussi. Scalzi reprend un peu le principe narratif de The Human Division: pas mal de changements de narrateur qui racontent le déroulement de l’histoire depuis différents points de vue. C’est moins poussé que dans The Human Division, qui était séparé en 13 nouvelles : The End of All Things est divisé en quatre parties bien distinctes.

La première partie, Life of the Mind, raconte l’histoire d’un « brain-in-a-box » (un pilote de vaisseau qui n’est plus qu’un cerveau) la manière dont il s’est fait recruter, et ce qu’il s’est passé par la suite – le tout donnant une vague impression de The Martian qui aurait pris l’option ingénieur software. La deuxième partie, This Hollow Union, raconte les machinations politiques à la tête du Conclave, l’über-association d’espèces alien qui regarde les deux factions humaines d’un assez mauvais œil. La troisième partie, Can Long Endure, est du point de vue d’un chef de peloton des Forces Coloniales qui se retrouve à enrayer un peu trop de rébellions à son goût. La quatrième partie, To Stand or To Fall, est la conclusion de tout ce qui s’est déroulé auparavant. Il y a un chapitre « bonus » qui reprend Life of the Mind dans une perspective un peu différente – Scalzi présente ça comme « ce que j’avais au début et que j’ai fini par balancer ».

J’avoue que j’ai été un peu déçue, parce que j’ai complètement adoré Life of the Mind, dont le personnage principal est exactement mon genre de smartass (j’ai un faible pour les personnages smartass, c’est très très net), et que le ton diminue très nettement de ce point de vue dans This Hollow Union (les mecs du Conclave, c’est pas des rigolos). Can Long Endure revient un peu dans ce ton-là et c’est bienvenu. Le chapitre final est une bonne conclusion aux événements des derniers bouquins – sans que, d’après Scalzi, ce soit nécessairement une conclusion à l’univers d’Old Man’s War. Et le chapitre bonus est plutôt sympa – je préfère très très nettement Life of the Mind, donc c’était un bon choix de garder cette version-là 😉

Bref. Ça se lit bien, ça se lit vite et, même si c’est pas le meilleur tome de la série, ça reste du bonheur en barre. J’aime beaucoup Scalzi, ça s’est vu, peut-être ?

Vrac de #balisebooks

Bon, chuis à la bourre sur mes #balisebooks, alors je vais remettre les compteurs à zéro d’un geste auguste. En plein NaNoWriMo, qui plus est (je me demande si je peux réussir à placer mon #balisbooks dans mon NaNo…). Dans les dernièrs mois, j’ai donc lu:

  • Quirkology: How We Discover the Big Truths in Small Things, de Richard Wiseman, publié en français sous le titre Petit traité de bizarrologie. De la pop-psych qui m’a pas laissé un souvenir impérissable.
  • The Three-Body Problem, de Cixin Liu, pas encore publié en français, mais j’imagine que ça ne saurait tarder. Prix Hugo de cette année, SF chinoise, de la très bonne SF avec du contact alien, de la physique qui a à voir avec le titre, et de manière générale un vrai coup de cœur. D’ailleurs, faut que je lise le deuxième.
  • Fangirl, de Rainbow Rowell, publié sous le même titre en français, et que je ne peux pas qualifier d’autrement que de « kromeugnon ». C’est l’histoire de Cath, qui écrit de la fanfiction d’un univers qui ressemble à celui d’Harry Potter, et qui commence l’université. Kromeugnon, et j’ai vraiment beaucoup aimé.
  • Stumbling on Happiness, de Daniel Gilbert, pas d’édition française. De la pop-psych plutôt plus intéressante que le précédent. Pourrait avoir le sous-titre « nos cerveaux nous mentent à longueur de temps, et c’est probablement une bonne chose, mais des fois c’est un peu con quand même. » J’admets, c’est pas très vendeur.
  • Night Broken, de Patricia Briggs, publié en français sous le titre La Faille de la nuit. C’est Mercy Thompson tome 8, c’est sans grande surprise.
  • Axiomatic, de Greg Egan, publié en français sous le titre Axiomatique. C’est un recueil de nouvelles de Greg Egan. Pour ce que j’ai lu de Greg Egan, il fait des univers qui déchirent tout, mais il sait pas écrire une fin. On pourrait croire que c’est un problème pour un recueil de nouvelles, mais c’est un excellent recueil de nouvelles, sur le thème de l’identité et ce qui fait de nous des humains. Je me suis régalée. Le fait que la première nouvelle parte sur le concept « il y a une infinité de dimensions, et l’infinité n’est pas dénombrable », j’avoue, j’étais déjà enthousiaste.
  • The Veil, de Chloe Neill, sans publication française à l’heure actuelle. Autant j’aime bien Chicagoland (même auteur), autant je suis moins convaincue par cette nouvelle série qui se passe dans une Nouvelle-Orleans post-apocalyptique, l’apocalypse étant l’ouverture du portail qui mène aux dimensions surnaturelles. Me suis un peu fait chier. Ce qui est un comble pour de la lecture popcorn.
  • Ancillary Mercy, d’Ann Leckie, sans publication française à l’heure actuelle. Troisième tome de la trilogie commencée par Ancillary Justice. Aurait probablement gagné à être lu juste à la suite d’Ancillary Sword – j’étais un peu paumée au début, je ne me souvenais pas de qui était qui. Conclusion solide à une trilogie solide, cela dit.
  • Landline, de Rainbow Rowell, publié en français sous le titre À un fil. C’est l’histoire de Georgie qui se retrouve à pouvoir communiquer avec son mari… du passé. Distrayant, sans plus. C’est aussi un peu chafouinant d’avoir un personnage qui écrit de la comédie et de pas en voir un seul morceau. Ça aurait été évidemment casse-gueule, mais moins frustrant.
  • The Human Division, de John Scalzi, publié en français sous le titre Humanité divisée. Ça a été publié à l’origine comme feuilleton (un épisode par semaine pendant 13 semaines), et ça se lit un peu comme ça – comme des épisodes de série télé, peut-être, qui racontent au fur et à mesure les événements du livre du point de vue des différents personnages. Scalzi s’est clairement fait plaisir (un certain nombre de références marrantes, du sarcasme et des persos qui font les malins à longueur de page), à notre plus grand plaisir. Ou du moins au mien. J’ai terminé celui-là ce matin, et j’ai fait un « Oh non ! » à voix haute parce que c’était fini. Dans le train. Bref, Balise’s Seal of Approval.

Hop !

#balisebooks – Zoë’s Tale – John Scalzi

zoestaleZoë’s Tale, de John Scalzi (traduit en français sous le titre Zoé) est une preuve que savoir ce qu’il se passe dans une histoire n’enlève rien au plaisir de la lire.

C’est le quatrième livre écrit dans l’univers d’Old Man’s War, et ce n’est ni plus ni moins que l’histoire de The Last Colony, racontée du point de vue de Zoë, humaine de 17 ans fille des chefs de la colonie.

La voix de Zoë est crédible, le récit éclaircit un certain nombre de points nébuleux de Last Colony, et le tout est très agréable à lire, même en ayant lu Last Colony très récemment. Ça fait un peu exercice d’écriture, mais si l’exercice d’écriture est agréable à lire et apporte quelque chose, je ne vois pas qui s’en plaindrait.

#balisebooks – The Last Colony – John Scalzi

last-colonyThe Last Colony, de John Scalzi (traduit en français sous le titre La Dernière Colonie), est le troisième tome qui se passe dans l’univers de Old Man’s War, qui était wachement bien. J’ai beaucoup aimé The Last Colony, bien plus que The Ghost Brigades qui m’avait un peu déçu. Et comme je veux pas risquer de spoiler les tomes précédents, ben on va mettre la zoulie barre ici.

Lire la suite de « #balisebooks – The Last Colony – John Scalzi »