#balisebooks suivant

34357122Reprenons. Je suis toujours à la bourre mais je me soigne, et donc voilà ma moisson de bouquins jusque mi-août, à peu près 😉

A Beautiful Mind – Sylvia Nasar (Un Homme d’exception, en français) – une biographie de John Nash, mathématicien dont les travaux les plus connus ont donné lieu au domaine de la théorie des jeux (et pour lesquels il a reçu le prix Nobel d’économie). Nash était aussi selon toutes probabilités schizophrène (apparemment c’est pas si clair que ça, mais c’est probablement une première approximation raisonnable). Le film du même nom est inspiré du bouquin ; les deux sont plaisants, même si pas forcément pour les mêmes raisons (le film est plus « divertissant », le bouquin est plus « intéressant »).

The Hundred Thousand Kingdoms – N.K. Jemisin (Les cent mille royaumes, en français) – le premier tome de l’histoire de Yeine, qui se retrouve à l’insu de son plein gré dans la course à l’héritage du trône de son grand-père, dans un environnement où la plupart de ses congénères (et de sa famille) veut sa perte et où il est apparemment courant de croiser des dieux dans les couloirs et les rues sombres. J’ai souvenir en avoir beaucoup apprécié la lecture (et avoir eu du mal à l’abandonner) ; mais six mois plus tard je ne m’en souviens que peu.

Knit One, Girl Two – Shira Glassman (pas encore de traduction française) – de la romance horriblement choupinou entre une fille qui teint de la laine pour la redistribuer façon « pelote du mois » et une artiste peintre dont les tableaux se retrouvent très inspirants pour la teinture de la laine en question. Très choupinou. Et fluffy.

Kitchens of the Great Midwest – J. Ryan Stradal (Les cuisines du grand Midwest, en français) – un roman qui s’apparente plus à une suite de chapitres chronologiques, narrés dans des perspectives différentes, dans lesquels un personnage nommé Eva apparaît toujours de manière plus ou moins franche. Eva a un sens du goût très développé dont elle tire profit de son enfance à sa carrière ultérieure de chef, et tout le roman se raccroche, d’une manière ou d’une autre, à la nourriture et à la cuisine. Plutôt sympa à lire.

Less – Andrew Sean Greer (pas encore de traduction française) – l’histoire d’Arthur Less, presque cinquante ans, qui vient de se faire refuser son troisième roman par son éditeur, et dont l’ex vient d’annoncer son mariage… à quelqu’un d’autre. Du coup, Less fait le seul truc qui lui paraît raisonnable : il a une pile d’invitations à des événements divers tout autour du monde, donc il les accepte toutes et se met en route. C’est drôle, c’est touchant, c’est souvent bien vu, bref c’est très chouette.

The Bell Jar – Sylvia Plath (La Cloche de détresse, en français) – un « classique » de la littérature américaine, qui est essentiellement l’histoire d’Esther qui, presque du jour au lendemain, sombre dans une dépression profonde. Pas gai, pas forcément hyper mémorable d’un point de vue « histoire », mais une qualité d’écriture phénoménale et un bouquin que je suis contente d’avoir lu.

Starless – Jacqueline Carey (pas encore de traduction française) – un de mes auteures préférées revient avec un roman indépendant (parce qu’il ne fait pas partie d’un univers établi et n’a pas vocation à avoir de suite), l’histoire de Khai, dont la naissance prédestine à protéger la princesse Zariya. Khai rejoint un ordre de guerriers qui l’éduque et l’entraîne, et finit par rentrer au service de Zariya au moment où un ancien dieu peu choupi commence à faire des vagues. De la bonne fantasy fort satisfaisante.

L’Appart: The Delights and Disasters of Making My Paris Home – David Lebovitz (pas encore de traduction française) – les tribulations de David Lebovitz à Paris lors de l’achat de son appartement parisien, à ne pas lire quand on fait des travaux ! (Ou peut-être à lire pour se rendre compte que ça pourrait être pire). Très drôle, mais probablement « drôle a posteriori » plus que dans l’instant (où ça a quand même dû être assez dur :/ ).

Record of a Spaceborn Few – Becky Chambers (pas encore de traduction française) – le troisième tome des Wayfarers qui, comme le deuxième, n’a qu’une connection extrêmement lâche avec le premier, mais qui garde cette qualité de « chocolat chaud littéraire ». On y suit des tranches de vie de plusieurs personnages qui font tous partie de la Flotte d’Exode – la Flotte qui a quitté la Terre il y a bien longtemps, et qui ne fait plus subsister qu’une petite minorité de la population galactique terrienne. Dans la droite lignée des deux précédents, peut-être plus du premier que du deuxième, et probablement plus contemplatif aussi. Becky Chambers est pour sûr quelqu’un dont je vais continuer à suivre les publications de très près. (J’ai PEUT-ÊTRE commencé Record of a Spaceborn Few le jour de sa sortie. PEUT-ÊTRE.)

The Reality Dysfunction – Peter F. Hamilton (Rupture dans le réel, en français, publié en deux tomes Genèse et Émergence) – un monstre de bouquin (1200+ pages) qui n’est que le premier tome d’une trilogie. Du bon gros space opera qui tache, avec plusieurs histoires a priori disjointes qui finissent par se rejoindre – entre autres, la direction d’un habitats bio-technologique qui orbite dans un coin, et la colonisation d’une planète paumée tendance jungle hostile – et ça, c’est avant que les emmerdes commencent pour de vrai. J’ai vraiment bien aimé – il y a définitivement suffisamment de contenu et d’épique pour justifier les 1200+ pages sans s’ennuyer. Quelques éléments franchement dérangeants (qui paraissent parfois assez gratuits ?) mais une histoire solide avec des personnages mémorables (on admettra que Joshua est un peu un Marty Stu) et une construction d’univers impressionnante. Je crois que j’aurais plus apprécié en deux bouquins de 600 pages plutôt qu’un seul, j’aurais pu faire avec une pause (techniquement, j’ai lu un autre bouquin au milieu de celui-là, mais c’est pas pareil) et potentiellement avec un « Précédemment, dans The Reality Dysfunction… » ou deux 😛

S’il ne fallait en lire qu’un… argh, difficile. Je crois que je vais dire Starless, qui a l’avantage (?) sur mes autres candidats d’être un tome unique.

#balisebooks du mois des ponts

Pouf pouf. J’ai de plus en plus de backlog. Alors je crois que je vais les faire 10 par 10 (en comptant 1 pour un « groupe »), sinon ça sera jamais publié 😛

The Obelisk Gate et The Stone Sky – N.K. Jemisin (La Porte de Cristal pour le premier, pas encore de traduction française pour le second) – les tomes 2 et 3 (sur 3) de Broken Earth et la suite directe. Je veux absolument éviter de spoiler le premier, cependant, donc je vais pas en dire beaucoup. On retrouve (et on continue à s’attacher fortement) les mêmes personnages, l’écriture du monde est toujours fascinante, c’est plein de bonnes choses. Bref, je ne peux que vous conseiller de lire le premier (Fifth Season), et si vous avez aimé le premier il y a de fortes chances que vous appréciez les deux suivants. En tous cas je garde Jemisin sur ma liste d’auteurs dont il va falloir que je lise TOUT 😉

Heir to the Shadows et Queen of Darkness – Anne Bishop (Héritière des Ombres et Reine des ténèbres, en français) – la suite et fin de la trilogie Black Jewels commencée avec Daughter of the Blood. On reste dans la dark-emo-fantasy, avec les mêmes points forts et faibles que sur le premier tome, mais ça reste assez prenant, et Jaenelle a grandi, ce qui rend les choses moins bizarres. Globalement plutôt une bonne série, qui a le mérite d’une certaine originalité.

Meditation for Fidgety Skeptics: A 10% Happier How-to Book – Dan Harris (pas encore de traduction française) – celui-là fait suite à 10% Happier, du même auteur. Dans 10% Happier, Harris raconte son propre cheminement et ça tient plus du mémoire qu’autre chose. 10% Happier part sur le principe « ok, maintenant que j’ai raconté tout ça, quand j’essaie de convaincre les gens que méditer c’est Bien™, ils me trouvent tout un tas d’obstacles divers et généralement variés, alors je vais trouver des solutions pour chacun ». Beaucoup plus pratique, plutôt intéressant, plutôt drôle par moments (même si visiblement on partage pas la même image de Jazzercise lui et moi – ou ptêt que si 😉 ), et globalement une très bonne lecture. Sur le sujet, je me permets de re-plugger mon billet précédent qui cause de méditation, au cas où.

Beyond Shame, Beyond Control, Beyond Pain, Beyond Temptation, Beyond Jealousy – Kit Rocha (pas encore de traduction française) – alors ça, c’est venu dans ma liseuse parce que j’ai vu passer le Twitter de @mostlybree via un retweet d’un thread (celui-là, je crois), et que je suis curieuse, et tout ce genre de choses. Et @mostlybree, elle écrit avec une co-auteur de la romance post-apo sous le nom Kit Rocha, et donc du coup j’ai acheté Beyond Shame, et j’ai commencé à lire tout ça. C’est effectivement de la romance post-apo. Les bouquins se suivent et ne se ressemblent pas – y’a un arc chronologique général, mais on suit l’histoire du point de vue de personnages différents. Le côté « romance » est, dirons nous, « graphique et détaillé » (au point que j’ai parfois du mal à lire ça dans le train au cas où mon voisin jetterait un œil sur ma page… j’assume pas :P) mais très raisonnablement écrit ; le setting est chouette et les persos sont attachants. (No pun intended.) J’aime bien.

Armada – Ernest Cline (même titre en français) – Cline est connu pour son Ready Player One, qui vient d’être adapté en film ; j’avais plutôt bien aimé le bouquin, les avis sur le film sont mitigés mais je l’ai pas vu. Bref. Armada part un peu sur le même trip nostalgique, avec plus de musique peut-être. L’intrigue commence essentiellement quand Zach rêvasse depuis son cours de maths et voit passer un vaisseau spatial qui correspond point pour point au design de vaisseau de son jeu vidéo préféré, Armada (d’où le titre). Et Zach se retrouve à devoir aider à sauver le monde, parce que, bon. J’ai écouté Armada comme livre audio, narré par Wil Wheaton, ce qui était plutôt chouette ; après, le bouquin lui-même, eh. Globalement prévisible, et je suis vraiment pas douée pour prédire ce qu’il se passe dans les bouquins. Quelques bons passages, mais globalement bof.

The Color of Magic – Terry Pratchett (La Huitième Couleur, en français) – une relecture d’il y a longtemps. J’aimerais beaucoup adorer Pratchett, parce que j’ai toujours l’impression de louper un truc en n’adorant pas Pratchett. Mais y’a pas à dire… j’accroche pas 😦 Chuis à peu près sûre que c’est un problème de « c’est pas l’auteur, c’est moi » – objectivement, c’est chouette, y’a des trouvailles fabuleuses, et tout et tout… mais j’accroche pas. Je suis triste.

One of Us Is Lying – Karen McManus (Qui ment ?, en français) -une histoire de meurtre dans un lycée. Éminemment Pretty Little Liars-esque du temps où c’était « moins n’importe quoi », plutôt une bonne lecture.

My Life in France – Julia Child (pas encore de traduction française) – l’autobiographie de Julia Child, principalement connue pour son livre de cuisine Mastering the Art of French Cooking. Super intéressant sur le contenu et le contexte de la France quelques années après la deuxième guerre mondiale, très inspirant sur la quantité de boulot et de volonté autour de la publication du bouquin. Fascinant.

Every Anxious Wave – Mo Daviau (Il faut sauver John Lennon, en français) – alors, quand tu trouves un trou de ver qui permet le voyage dans le temps dans le fond de ton placard, tu fais quoi ? Ben tu vends des tickets pour les concerts de rock du passé, c’te question, m’enfin ! Et quand t’envoies ton meilleur copain par erreur en 980 au lieu de 1980… ben t’essaies d’aller le repêcher, hein. C’est toute l’histoire de ce bouquin très chouette malgré une prémisse un peu loufoque. Mention honorable pour Lena la physicienne, au passage, j’ai vraiment bien aimé le personnage 🙂

Better: A Surgeon’s Notes on Performance – Atul Gawande (pas encore de traduction française) – une collection d’essais à propos de médecine et de son amélioration dans tout un tas de circonstances, depuis l’hygiène en salle d’opération à la question de la peine capitale en passant par la médecine de combat et le score Apgar pour les nourissons. Très intéressant. Gawande vise à tirer des conclusions à propos de « comment faire les choses mieux en général » sur des domaines plus larges que sur la médecine, mais ça m’a plutôt moins marquée que les histoires par lesquelles il arrive aux conclusions en question.

S’il ne fallait en lire qu’un… ben en fait il faut en lire deux, et c’est Obelisk Gate et Stone Sky, sans hésitation 🙂

#balisebooks pré-solstice d’hiver

imagesOn refait un round de #balisebooks avant Noël ? C’est parti. C’est probablement le dernier de l’année, ne nous leurrons pas 😉

1Q84 – Haruki Murakami – techniquement, j’en ai lu les trois tomes, mais vu que c’est vraiment la même histoire qui continue sur trois tomes, je vais en parler en un seul morceau. Bon, je sais pas où classer ce bouquin – on va dire « littérature générale avec une partie non-nulle de fantastique et de policier » ? L’histoire commence avec Aomame, qui découvre des trucs qui sont pas tout à fait cohérents avec ce qu’elle sait du monde. Parallèlement, Tengo se fait recruter pour un projet de réécriture étrange par un copain éditeur. Voilà, c’est essentiellement la situation de départ, et le reste appartient au bouquin. J’ai globalement bien aimé, mais j’ai un peu grommelé quand à la fin du deuxième tome j’ai vu qu’il en restait un troisième qui continuait la même histoire – à la fin, ça tire un peu en longueur. Pas qu’il y ait pas de quoi faire un truc de cette longueur là, c’est vraiment une question de « c’est pas le bouquin, c’est moi » – je sais pas si j’ai encore le goût à passer trois semaines de suite sur un bouquin 😛 (Et quant à savoir pourquoi j’ai lu la traduction anglaise plutôt que la française d’un bouquin japonais… on va dire que c’est par économie parce qu’elle était moins chère ?)

Dark Matter (même titre en français) – Blake Crouch – Jason, prof de physique, se fait casser la figure et se réveille dans un monde où sa femme n’est pas sa femme, son fils n’est jamais né, et il est considéré comme un génie de la physique – situation qui le chagrine assez, en fait. Un chouette thriller-de-SF, j’ai bien aimé.

The Paper Magician (pas encore de traduction française) – Charlie N. Holmberg – ça commence par l’histoire d’une gamine qui va à l’insu de son plein gré étudier la magie de papier alors qu’elle, ce qu’elle voulait faire, c’était étudier la magie qui fait marcher les armes à feu. Donc elle râle beaucoup, elle apprend évidemment que le papier y’a du potentiel tout de même, et les choses partent en sucette de manière prématurée et dramatique. Lisible, étonnamment gore par moments, j’ai le suivant sur mon Kindle parce que toute la série était à un prix dérisoire, donc il finira peut-être lu à un moment, mais « meh. »

Turtles All The Way Down (Tortues à l’infini) – John Green – j’aime bien John Green, comme je l’ai probablement dit il fait du John Green mais il le fait bien alors ça va. C’est l’histoire d’Aza, une lycéenne qui se retrouve accidentellement à enquêter sur la disparition du millionnaire du coin, qui se trouve aussi être le père d’un de ses amis d’enfance. Aza a aussi un trouble obsessionnel compulsif qui a un impact certain sur sa vie. Quelque part, l’histoire est presque un prétexte à l’exploration du personnage d’Aza, mais le tout tape très (parfois trop) juste. Hautement recommandé, mais attention aux nombreux feels 😉

The Girl on the Train (La Fille du train) – Paula Hawkins – un thriller qui m’a pas laissé d’impression impérissable, à part que tous les personnages sont affreux, pas un pour rattraper l’autre, et que j’ai eu du mal à croire pas mal de choses dedans. C’était pas mauvais en soi, on veut savoir la suite, tout ça, mais on en sort pas fondamentalement plus optimiste sur la condition humaine.

The Glittering Court (pas encore de traduction française) – Richelle Mead – un truc un peu bizarre à la croisée entre le roman « historique » et la fantasy – mettons « fantasy historique » ? Adelaide est une comtesse, mais ça lui plaît pas plus que ça d’être une comtesse, alors elle se fait passer pour une de ses domestiques et se fait enrôler au Glittering Court (la Cour Scintillante ?) qui « transforme » des jeunes filles de basse extraction en femmes du monde – ou du moins en approximations raisonnables – dans le but de les marier dans le Nouveau Monde. Raisonnablement lisible, on va dire. Les deux autres tomes de la série racontent apparemment la même histoire du point de vue de deux autres personnages ; il reste suffisamment de secrets et de non-dits pour que j’envisage d’en lire un deuxième, sinon les trois.

Astérix et la Transitalique –  Jean-Yves Ferri et Didier Conrad – l’Astérix de l’année, où se déroule une course de chars destinée à redorer le blason des routes de l’Empire romain. Un scénario un peu léger, mais j’ai éclaté de rire à plusieurs moments, ce qui est tout de même le principal.

Sourdough (pas encore de traduction française) – Robin Sloan – quand j’ai parlé de ce bouquin à Pierre, il m’a dit « tu lis des bouquins de hipster ». Je confirme. Le plot : Lois est ingénieur dans une boîte de San Francisco qui fait des robots, et hérite par un concours de circonstances d’un levain. Donc elle commence à faire du pain. C’est wholesome, avec juste assez de bizarre mignon, et j’ai jamais eu autant envie de bouffer du pain au levain de ma vie. (Croumch.) J’ai vraiment beaucoup aimé les premiers 80%, mais j’ai trouvé la fin pas à la hauteur.

Wenn die Haut zu dünn ist (pas encore de traduction française. Ni anglaise, d’ailleurs.) – Rolf Sellin – un bouquin à propos d’hypersensibilité. Quelques points valides mais qui manquent de practicité, une dose non-nulle de bullshit ésotérique. Eh.

Artemis (même titre en français) – Andy Weir – Andy Weir est l’auteur de The Martian que j’avais adoré, et j’attendais évidemment beaucoup d’Artemis. Artemis se passe dans la colonie lunaire du même nom, et on y suit Jazz, qui survivote vaguement principalement grâce à son activité de contrebande, jusqu’au jour où on lui propose le coup du siècle. Bon. C’est pas au niveau de The Martian. J’ai bien aimé, mais j’ai pas adoré. Le world-building est chouette, j’avais une bonne idée mentale d’Artemis et de la manière dont ça tournait. Les persos, surtout secondaires, sont assez peu mémorables. C’est sympa, mais pas grandiose, quoi.

Echo, the complete edition (pas encore de traduction française) – Terry Moore – dans le peu de comics dont j’ai une copie, il y a Strangers in Paradise, du même Terry Moore. Du coup, j’avais commencé Echo il y a plusieurs années avec le premier tome ; je suis tombée sur l’intégrale à Essen et j’ai craqué. Echo commence par une tragédie : une femme équipée d’un jetpack se prend un missile. La combinaison qu’elle porte tombe en petits éclats sur le désert en-dessous. Dans le désert en-dessous, il y a Julie, qui récupère sur sa peau une partie de la combinaison en question. Ça part évidemment en sucette. J’ai beaucoup apprécié la lecture d’Echo – suffisamment pour prendre le temps de tout lire sur papier (ce qui est rare de nos jours), même si ça m’a pris un peu de temps – l’histoire est engageante, les persos sont chouettes, par contre y’a un peu trop de gore à mon goût je crois (mais, bon.) J’ai un vague problème, c’est que des fois j’ai du mal à reconnaître les personnages :/ Je crois que c’est « moi » le problème et pas « le dessin » (je crois qu’il me faudrait un peu plus de traits vraiment saillants, qui existent dans la Vraie Vie mais moins en dessin… je crois ? bref.), mais parfois c’est un peu relou. Mais, je maintiens, Echo, c’était chouette.

A Closed and Common Orbit (Libration, en français) – Becky Chambers – la suite des Wayfarers dont j’avais vraiment, vraiment adoré le premier tome. J’avais peur d’être déçue par le deuxième tome, mais non 🙂 bon par contre je peux pas vraiment en parler sans spoiler des bouts du premier, alors je vais éviter. Je vais me contenter de dire que ça garde globalement la même positivité que le premier, même si les personnages ne sont que tangentiellement les mêmes, et que j’ai vraiment beaucoup aimé le personnage principal. Le troisième est prévu en juillet et c’est un achat automatique en pré-commande et tout ce que vous voulez. Ah, et pour mes lecteurs qui les ont lus (ou pas), si vous avez des trucs dans le même style (du « fluffy positif bisounours pas trop compliqué mais pas simpliste », je prends.

The Fifth Season (La Cinquième Saison, en français) – N.K. Jemisin – alors je sortais du Becky Chambers et j’étais à peu près sûre (encore une fois) de « tomber » vers un truc moins bien, et ben PAS DU TOUT. Voire, c’est probablement un des meilleurs bouquins que j’ai lus cette année. (C’est aussi le prix Hugo de l’an passé, et le deuxième tome (la série s’appelle Broken Earth) a raflé le Hugo de cette année. Bon.) Ça se passe dans un monde qui, de temps à autre, se bouffe un cataclysme majeur – les Saisons (d’où le titre). Un des éléments de mitigation desdites catastrophes est l’existence des orogènes, qui savent contrôler les événements sismiques (mais non sans conséquences). Il y a trois fils de narration – celui d’Essun, qui se fout bien que le monde vienne de finir (encore une fois) parce que son mari vient de tuer son fils (joyeux), celui de Damaya, qui se fait emmener par un étranger au Fulcrum où elle apprendra à maîtriser son orogénie, et celui de Syenite, jeune orogène ambitieuse à qui on vient de filer un mentor certes puissant mais pas vraiment sain d’esprit a priori. Et c’est glorieux, complètement glorieux, parfois horrible, et on se retrouve à vouloir suivre tous les fils en même temps, ce qui pose certains problèmes quand il est l’heure de dormir. Une remarque au passage : c’est un peu ardu sur les, mettons, 50 premières pages. Ça vaut nettement le coup de s’accrocher.

S’il ne fallait en lire qu’un… The Fifth Season.