#balisebooks pré-solstice d’hiver

imagesOn refait un round de #balisebooks avant Noël ? C’est parti. C’est probablement le dernier de l’année, ne nous leurrons pas 😉

1Q84 – Haruki Murakami – techniquement, j’en ai lu les trois tomes, mais vu que c’est vraiment la même histoire qui continue sur trois tomes, je vais en parler en un seul morceau. Bon, je sais pas où classer ce bouquin – on va dire « littérature générale avec une partie non-nulle de fantastique et de policier » ? L’histoire commence avec Aomame, qui découvre des trucs qui sont pas tout à fait cohérents avec ce qu’elle sait du monde. Parallèlement, Tengo se fait recruter pour un projet de réécriture étrange par un copain éditeur. Voilà, c’est essentiellement la situation de départ, et le reste appartient au bouquin. J’ai globalement bien aimé, mais j’ai un peu grommelé quand à la fin du deuxième tome j’ai vu qu’il en restait un troisième qui continuait la même histoire – à la fin, ça tire un peu en longueur. Pas qu’il y ait pas de quoi faire un truc de cette longueur là, c’est vraiment une question de « c’est pas le bouquin, c’est moi » – je sais pas si j’ai encore le goût à passer trois semaines de suite sur un bouquin 😛 (Et quant à savoir pourquoi j’ai lu la traduction anglaise plutôt que la française d’un bouquin japonais… on va dire que c’est par économie parce qu’elle était moins chère ?)

Dark Matter (même titre en français) – Blake Crouch – Jason, prof de physique, se fait casser la figure et se réveille dans un monde où sa femme n’est pas sa femme, son fils n’est jamais né, et il est considéré comme un génie de la physique – situation qui le chagrine assez, en fait. Un chouette thriller-de-SF, j’ai bien aimé.

The Paper Magician (pas encore de traduction française) – Charlie N. Holmberg – ça commence par l’histoire d’une gamine qui va à l’insu de son plein gré étudier la magie de papier alors qu’elle, ce qu’elle voulait faire, c’était étudier la magie qui fait marcher les armes à feu. Donc elle râle beaucoup, elle apprend évidemment que le papier y’a du potentiel tout de même, et les choses partent en sucette de manière prématurée et dramatique. Lisible, étonnamment gore par moments, j’ai le suivant sur mon Kindle parce que toute la série était à un prix dérisoire, donc il finira peut-être lu à un moment, mais « meh. »

Turtles All The Way Down (Tortues à l’infini) – John Green – j’aime bien John Green, comme je l’ai probablement dit il fait du John Green mais il le fait bien alors ça va. C’est l’histoire d’Aza, une lycéenne qui se retrouve accidentellement à enquêter sur la disparition du millionnaire du coin, qui se trouve aussi être le père d’un de ses amis d’enfance. Aza a aussi un trouble obsessionnel compulsif qui a un impact certain sur sa vie. Quelque part, l’histoire est presque un prétexte à l’exploration du personnage d’Aza, mais le tout tape très (parfois trop) juste. Hautement recommandé, mais attention aux nombreux feels 😉

The Girl on the Train (La Fille du train) – Paula Hawkins – un thriller qui m’a pas laissé d’impression impérissable, à part que tous les personnages sont affreux, pas un pour rattraper l’autre, et que j’ai eu du mal à croire pas mal de choses dedans. C’était pas mauvais en soi, on veut savoir la suite, tout ça, mais on en sort pas fondamentalement plus optimiste sur la condition humaine.

The Glittering Court (pas encore de traduction française) – Richelle Mead – un truc un peu bizarre à la croisée entre le roman « historique » et la fantasy – mettons « fantasy historique » ? Adelaide est une comtesse, mais ça lui plaît pas plus que ça d’être une comtesse, alors elle se fait passer pour une de ses domestiques et se fait enrôler au Glittering Court (la Cour Scintillante ?) qui « transforme » des jeunes filles de basse extraction en femmes du monde – ou du moins en approximations raisonnables – dans le but de les marier dans le Nouveau Monde. Raisonnablement lisible, on va dire. Les deux autres tomes de la série racontent apparemment la même histoire du point de vue de deux autres personnages ; il reste suffisamment de secrets et de non-dits pour que j’envisage d’en lire un deuxième, sinon les trois.

Astérix et la Transitalique –  Jean-Yves Ferri et Didier Conrad – l’Astérix de l’année, où se déroule une course de chars destinée à redorer le blason des routes de l’Empire romain. Un scénario un peu léger, mais j’ai éclaté de rire à plusieurs moments, ce qui est tout de même le principal.

Sourdough (pas encore de traduction française) – Robin Sloan – quand j’ai parlé de ce bouquin à Pierre, il m’a dit « tu lis des bouquins de hipster ». Je confirme. Le plot : Lois est ingénieur dans une boîte de San Francisco qui fait des robots, et hérite par un concours de circonstances d’un levain. Donc elle commence à faire du pain. C’est wholesome, avec juste assez de bizarre mignon, et j’ai jamais eu autant envie de bouffer du pain au levain de ma vie. (Croumch.) J’ai vraiment beaucoup aimé les premiers 80%, mais j’ai trouvé la fin pas à la hauteur.

Wenn die Haut zu dünn ist (pas encore de traduction française. Ni anglaise, d’ailleurs.) – Rolf Sellin – un bouquin à propos d’hypersensibilité. Quelques points valides mais qui manquent de practicité, une dose non-nulle de bullshit ésotérique. Eh.

Artemis (même titre en français) – Andy Weir – Andy Weir est l’auteur de The Martian que j’avais adoré, et j’attendais évidemment beaucoup d’Artemis. Artemis se passe dans la colonie lunaire du même nom, et on y suit Jazz, qui survivote vaguement principalement grâce à son activité de contrebande, jusqu’au jour où on lui propose le coup du siècle. Bon. C’est pas au niveau de The Martian. J’ai bien aimé, mais j’ai pas adoré. Le world-building est chouette, j’avais une bonne idée mentale d’Artemis et de la manière dont ça tournait. Les persos, surtout secondaires, sont assez peu mémorables. C’est sympa, mais pas grandiose, quoi.

Echo, the complete edition (pas encore de traduction française) – Terry Moore – dans le peu de comics dont j’ai une copie, il y a Strangers in Paradise, du même Terry Moore. Du coup, j’avais commencé Echo il y a plusieurs années avec le premier tome ; je suis tombée sur l’intégrale à Essen et j’ai craqué. Echo commence par une tragédie : une femme équipée d’un jetpack se prend un missile. La combinaison qu’elle porte tombe en petits éclats sur le désert en-dessous. Dans le désert en-dessous, il y a Julie, qui récupère sur sa peau une partie de la combinaison en question. Ça part évidemment en sucette. J’ai beaucoup apprécié la lecture d’Echo – suffisamment pour prendre le temps de tout lire sur papier (ce qui est rare de nos jours), même si ça m’a pris un peu de temps – l’histoire est engageante, les persos sont chouettes, par contre y’a un peu trop de gore à mon goût je crois (mais, bon.) J’ai un vague problème, c’est que des fois j’ai du mal à reconnaître les personnages :/ Je crois que c’est « moi » le problème et pas « le dessin » (je crois qu’il me faudrait un peu plus de traits vraiment saillants, qui existent dans la Vraie Vie mais moins en dessin… je crois ? bref.), mais parfois c’est un peu relou. Mais, je maintiens, Echo, c’était chouette.

A Closed and Common Orbit (Libration, en français) – Becky Chambers – la suite des Wayfarers dont j’avais vraiment, vraiment adoré le premier tome. J’avais peur d’être déçue par le deuxième tome, mais non 🙂 bon par contre je peux pas vraiment en parler sans spoiler des bouts du premier, alors je vais éviter. Je vais me contenter de dire que ça garde globalement la même positivité que le premier, même si les personnages ne sont que tangentiellement les mêmes, et que j’ai vraiment beaucoup aimé le personnage principal. Le troisième est prévu en juillet et c’est un achat automatique en pré-commande et tout ce que vous voulez. Ah, et pour mes lecteurs qui les ont lus (ou pas), si vous avez des trucs dans le même style (du « fluffy positif bisounours pas trop compliqué mais pas simpliste », je prends.

The Fifth Season (La Cinquième Saison, en français) – N.K. Jemisin – alors je sortais du Becky Chambers et j’étais à peu près sûre (encore une fois) de « tomber » vers un truc moins bien, et ben PAS DU TOUT. Voire, c’est probablement un des meilleurs bouquins que j’ai lus cette année. (C’est aussi le prix Hugo de l’an passé, et le deuxième tome (la série s’appelle Broken Earth) a raflé le Hugo de cette année. Bon.) Ça se passe dans un monde qui, de temps à autre, se bouffe un cataclysme majeur – les Saisons (d’où le titre). Un des éléments de mitigation desdites catastrophes est l’existence des orogènes, qui savent contrôler les événements sismiques (mais non sans conséquences). Il y a trois fils de narration – celui d’Essun, qui se fout bien que le monde vienne de finir (encore une fois) parce que son mari vient de tuer son fils (joyeux), celui de Damaya, qui se fait emmener par un étranger au Fulcrum où elle apprendra à maîtriser son orogénie, et celui de Syenite, jeune orogène ambitieuse à qui on vient de filer un mentor certes puissant mais pas vraiment sain d’esprit a priori. Et c’est glorieux, complètement glorieux, parfois horrible, et on se retrouve à vouloir suivre tous les fils en même temps, ce qui pose certains problèmes quand il est l’heure de dormir. Une remarque au passage : c’est un peu ardu sur les, mettons, 50 premières pages. Ça vaut nettement le coup de s’accrocher.

S’il ne fallait en lire qu’un… The Fifth Season.

 

Ça fait longtemps que j’ai pas causé bouquins, non ?

bon bah on va corriger ça… J’oublie probablement des trucs ; tant pis ! Sans ordre particulier, c’est du vrac.

  • La Servante écarlate, de Margaret Atwood, est un bouquin d’anticipation qui décrit, à travers le parcours de Defred (Offred dans la VO, si je ne m’abuse), une « servante écarlate », une société « post-catastrophe » réorganisée. C’est la première génération après la catastrophe (je ne me souviens pas qu’elle soit explicitée) ; Defred se souvient de sa « vie d’avant » proche de notre société actuelle. Après la catastrophe, la société a été réorganisée pour faire face aux problèmes de natalité. Plusieurs « castes » se déclinent : les Commandants, qui dirigent plus ou moins tout ce beau monde ; les Épouses, femmes des précédents ; les Marthas, qui font la popotte et le ménage ; les Yeux, espions du gouvernement intégrés dans la société ; les Éconofemmes, qui ont épousé des hommes de faible rang et qui doivent donc endosser tous les autres rôles (sic) ; et, donc, les Servantes, qui ont un rôle reproducteur auprès des Commandants (et de leurs épouses) dans une cérémonie plutôt glauque. On ne peut pas dire qu’il se passe grand-chose dans ce roman, mais c’est un bouquin que je trouve très prenant et difficile à lâcher. Ya un film qui en a été adapté, il faudra que je le voie, à l’occasion.
  • La Trilogie Twain, de Martin Winckler, composée de Un pour deux, L’un ou l’autre et Deux pour tous raconte plusieurs histoires centrées autour de René et Renée Twain, jumeaux qui tiennent une agence de détectives/protection rapprochée dans la bonne ville de Tourmens dont le vilain maire s’appelle Francis Esterhazy, en 2010, par là… Bon, et je sais pas quoi en dire de plus sans spoiler dans tous les sens, donc je vais rien dire de plus. Mais c’est marrant, ça se lit bien et ça pirouette dans tous les sens. Moi, je me régale avec ce genre de trucs 🙂
  • Le troisième tome des Notes de Boulet s’intitule La viande c’est la force et est toujours aussi jubilatoire 🙂 Le titre revient régulièrement dans nos conversations 🙂
  • Le troisième Maliki (bon à force d’avoir des trois partout je vais me croire dans Rama moi), Mots Roses au Clair de Lune, est chouette aussi, c’est joli, c’est drôle, et pis j’aime bien Maliki.
  • La méthode Google : que ferait Google à votre place ?, de Jeff Jarvis, traînait au Mont-du-Chat quand nous y sommes allés, j’ai presque tout lu sauf les 50 dernières pages (parce qu’on est repartis avant et que je voulais pas le piquer à Janine, je le finirai à l’occase 🙂 ) se divise en deux parties : la première décrit ce qui, selon l’auteur, fait que Google marche (vaste programme) et la seconde applique ces éléments à tout un tas de businesses divers et généralement variés (de l’université aux compagnies aériennes en passant par les banques). Rien de révolutionnaire dans tout ça, mais c’est marrant et ça fait réfléchir au concept « mais au fait, c’est quoi mon business ? ». Une lecture plutôt saine, j’ai trouvé. La traduction apporte pas mal de notes de contexte pour un lecteur français, ce qui est appréciable, mais laisse passer quelques fautes et quelques « voire même » (brr).
  • Strangers in Paradise, de Terry Moore : j’ai acheté les six tomes pocket de cette excellente série de comics que je ne sais pas trop comment décrire… amitié, amour et mafia ? mouais… C’est beau, c’est drôle, c’est émouvant, c’est triste, c’est passionnant… c’est SIP. Attention, ya quelques scènes de violence assez trash. Mais si vous avez l’occasion, c’est 2000 pages de comics qui passent bien. Un peu bordélique vers le début de la 2ème moitié cependant. Et comme ça j’aurai enfin lu la fin de Strangers in Paradise. Une version collector, Omnibus est sortie, elle a l’air jolie… mais nettement plus chère que l’édition pocket 😉 Terry Moore travaille apparemment en ce moment sur une série qui s’appelle Echo, il faudrait que j’aille voir ce que ça donne.
  • The Time Traveler’s Wife, d’Audrey Niffenegger, est une histoire d’amour entre Clare et Henry. Celui-ci souffre d’une maladie génétique rare (heureusement 🙂 ) qui le fait « sauter » dans le passé ou le futur, de manière relativement imprévisible (il compare ça, plusieurs fois, à une forme d’épilepsie). J’ai beaucoup aimé le concept et le traitement du livre (raconté alternativement par Clare et Henry), moins la fin — mais je ne sais pas comment ça aurait pu être fait différemment. Et j’ai appris, après l’avoir lu, qu’un film était sorti aux US ce mois-ci (le mois prochain en Suisse alémanique, si j’ai bien suivi). Pas exactement une coïncidence, le bouquin était celui du bookclub ici — mais je pense que j’irai voir le film !

bon, et si j’allais travailler moi ?