#balisebooks – Robert Jordan et Charlaine Harris

Tiens, je suis à la bourre sur mes traductions de #balisebooks. Je fais donc du trois en un sur la traduction des posts originaux suivants :
https://plus.google.com/106223694077555758612/posts/3bWL4GBTmfP
https://plus.google.com/106223694077555758612/posts/J8eEaqKP12u
https://plus.google.com/106223694077555758612/posts/LwH768vuCX2

Crossroads of Twilight – Robert Jordan

J’ai apprécié le 10e tome de la Roue du Temps, Crossroads of Twilight (publié en deux tomes, Le Carrefour des ombres et Secrets, en France) bien plus que ce à quoi je m’attendais. La série commençait à m’ennuyer quand j’ai attaqué le 9e tome ; je suppose que c’était une bonne idée de faire une petite pause. J’ai même trouvé que ça se lisait assez vite, ce qui pour un bouquin de 700+ pages, est finalement assez rare.

Les personnages principaux sont Mat, Perrin, Egwene et Elayne ; les autres sont plutôt absents, y compris Rand. Le rythme est plutôt lent et la majorité de l’action est purement politique, à de grandes échelles. J’ai beaucoup apprécié les morceaux avec Mat et Tuon, c’était rigolo et meugnon.

Pas grandiose, mais sympa à lire. J’avais nettement plus envie d’attaquer le 11e après le 10e que le 10e après le 11e.

Knife of Dreams – Robert Jordan

Et, donc, toujours dans le marathon littéraire que représente la Roue du Temps, Knife of Dreams (en français deux tomes aussi, Poignard des rêves et Le Prince des corbeaux), je suis contente de dire que Romain n’avait pas tort quand il disait que ça s’améliorait beaucoup après le tome 10. J’ai apprécié le 10, mais j’ai nettement préféré le 11. Pour faire court, il se passe ENFIN des trucs et Jordan résout enfin des trucs qui traînaient depuis deux ou trois tomes. J’avais nettement envie de lire la suite, plutôt que de revenir au « mode de lecture par défaut qui se trouve être un tome du wheel of time », ce qui est toujours appréciable. Donc, j’ai beaucoup aimé 🙂

Au niveau de l’histoire (sautez jusqu’au titre suivant pour éviter les spoilers sur la série) :

  • Perrin retrouve enfin Faile
  • Elayne récupère le trône d’Andor, mais la résolution de ce bout m’a paru un peu bâclée/rapide (jamais contente :P)
  • Mat et Tuon se marient
  • Egwene est de retour à la White Tower, en habit de novice, mais est bien décidée à planter les graines de la dissenssion
  • Rand se fritte avec Semirhage, et c’est pas exactement clair qui en tire le plus de bénéfice
  • Les Aes Sedai font leur tambouille dans leur coin.

11 de lus, plus que 3…

A Bone to Pick – Charlaine Harris

A Bone to Pick (pas de traduction française à ma connaissance) est le deuxième tome des Aurora Teagarden dont Real Murders était le premier tome. J’ai tout autant aimé – peut-être même un peu plus à cause de l’effet « je connais les personnages maintenant ».

Aurora hérite une maison et une belle somme d’argent d’une de ses collègues bibliothécaires. Problème : dans la maison, il y a un crâne. Dans le reste du bouquin, Roe cherche à savoir à qui était le crâne et comment il est arrivé là… Sympa, rigolo et douillet 🙂

Voilà, c’est tout pour les #balisebooks actuels. J’ai l’impression de faire des articles de plus en plus courts, m’enfin j’ai toujours dit que j’étais pas bien douée dans le fait d’écrire sur ce que je lisais. Mais ça me permet de garder une trace pour moi aussi !

#balisebooks – Real Murders – Charlaine Harris

Post original :

J’ai vu Real Murders (pas de traduction française pour l’instant à ma connaissance), de Charlaine Harris (qui a aussi écrit les Sookie Stackhouse) mis en valeur l’autre jour à ma librairie préférée, je me suis dit « boah, pourquoi pas », je l’ai acheté et je l’ai lu 😛

C’est le premier tome d’une autre série, les Aurora « Roe » Teagarden (il y en a 8), et la série est plus ancienne que celle des Sookie. Le premier tome présente Aurora, une bibliothécaire qui fait partie d’un « club meurtres » qui discute de meurtres anciens et/ou célèbres. Jusqu’au jour où un des membres du club est assassiné… en copiant le meurtre que Roe devait présenter ce jour là.

J’ai bien aimé ! Niveau ambiance et style, c’est un peu du « Agatha Christie rencontre Sookie Stackhouse sans les trucs paranormaux », et ça m’a bien plu. Je pense que je lirai le reste de la série.

#balisebooks – Deadlocked – Charlaine Harris

Post original : https://plus.google.com/106223694077555758612/posts/9XEgNQJ4XL9

Deadlocked est le dernier tome en date de la série des Sookie Stackhouse de Charlaine Harris (en français traduite sous le titre de série La Communauté du Sud ; Deadlocked n’a pas encore été traduit mais je suppose que ça vient.)

Pour les gens qui ne connaissent pas la série (si vous avez entendu parler de True Blood, c’est une adaptation assez libre des bouquins) : le concept de base est que, depuis l’invention du sang synthétique, les vampires peuvent s’afficher « au grand jour » (bon, d’accord, à la grande nuit). Dans ce contexte, on suit les aventures de Sookie Stackhouse, une serveuse d’une petite ville de Louisiane qui a une certaine tendance à attirer les ennuis, les meurtres et les luttes de pouvoir. L’ensemble de la série se lit bien (du moins en anglais, je ne sais pas comment est la traduction) ; bien évidemment à éviter si vous êtes allergique aux histoires de vampires, mais c’est distrayant et drôle.

Deadlocked est le 12e livre de la série, mais les livres font une taille raisonnable (contrairement à d’autres séries de fantasy que je ne citerai pas :P) ; l’univers est donc à peu près bien défini, on connaît tous les personnages, globalement c’est de la lecture « de confort ». Au sein de la série, j’ai trouvé que celui-ci n’était pas à la hauteur des précédents ; ça reste lisible, mais il manque un certain « je ne sais quoi », peut-être quelques répliques marrantes (bon, j’ai pas mal ri sur la phrase « Claude was standing absolutely still, doing a great imitation of Switzerland »- « Claude se tenait absolument immobile, dans une splendide imitation de la Suisse », mais j’étais dans un tram à Zürich, donc…), peut-être un peu d’action, l’ensemble est plutôt doux-amer/mélancolique, ce qui n’est pas nécessairement une mauvaise chose, mais j’espère que le prochain sera un peu plus gai 🙂