Essen SPIEL 2018

Pour la quatrième fois, nous sommes allés à Essen en Allemagne pour le salon SPIEL (qui lui, si je compte bien, en était à sa 36e itération). Le salon SPIEL (ou comme nous on a tendance à l’appeler, Essen, bien que le centre de conf d’Essen héberge bien plus de trucs que ça… paraît qu’y’a un salon de l’auto, aussi :P) est  LE rendez-vous des joueurs de plateau de tout poil en Europe – 4 jours pleins et, cette année, 190 000 entrées – ça fait un peu de monde tout de même.

Je crois qu’on commence à avoir une certaine habitude de l’ensemble, et si la première année c’était le stress de l’inconnu, pour cette année on était bien rodé. Et donc, pendant quatre jours, on a pas mal marché dans les allées, pas mal joué, et on est revenu avec un butin assez conséquent, malgré l’impression générale de s’être limités… oups 😉 Et, comme tous les ans, on a vu plein de choses. J’ai eu l’impression qu’on avait vu plus de prototypes/futurs kickstarters/et assimilables que les années précédentes. On s’est aussi fait la remarque que les fabricants de jeux (les gens qui injectent le plastique et qui impriment les cartes, quoi) étaient plutôt plus proéminents que les années précédentes – comme dit Pierre, être marchand de pelles pendant la ruée vers l’or, c’est pas forcément une mauvaise idée 😉

Bref, c’est parti pour le compte-rendu de (presque ?) tout ce qu’on a vu sur le salon 🙂

Space Marines Adventures, Games Workshop – juste vu une petite démo, un Space Hulk-like coopératif avec du Space Marine vs Necrons. C’est le tout premier truc qu’on a vu, et je crois que la personne de Games Workshop était pas encore bien échauffée, du coup j’ai assez peu de mémoire de la démo et du concept. On est repassé plus tard à GW pour prendre une copie du livre de règles de Kill Team, et une copie de Warhammer Underworlds Nightvault, un jeu de stratégie 1v1 – on avait vu une démo de Shadespire l’an passé et on a vaguement cherché une copie dans tous les magasins de jeux où on est passé cette année ; Nightvault c’est « mêmes règles » (ish) + nouvelles armées. On n’a pas encore joué, mais on a monté les minis hier.

Star Realms, White Wizard – ça, c’est sorti il y a plusieurs années, mais on avait pas encore eu l’occasion d’essayer ; comme c’est un jeu « à extensions », il y a l’occasion de tester le jeu de base aussi. On va dire Dominion rencontre Magic The Gathering : le but du jeu est de construire son deck dans le but de descendre les points de vie de l’adversaire à 0, c’est plutôt bien fichu, et les cartes sont jolies. Pas de vrai coup de cœur je crois, surtout par rapport à Dominion avec lequel il ferait peut-être un peu doublon dans nos étagères.

Knister, NSV – on continue dans les trucs plus anciens, on s’est fait alpaguer à une table de « on fait une partie géante tous les jours à 11h » un mélange de loto et de yatzee et de placement sur un grille, honnêtement c’était plus rigolo que ce qu’on craignait.

Patchwork Express, Lookout Games – Patchwork est un jeu où les joueurs cherchent à remplir une grille carrée avec des polyominos représentant du tissu et comportant des boutons qui permettent à la fois d’acheter plus de pièces et de marquer des points de victoire. Et Patchwork Express, bin, c’est une version de Patchwork sur une grille plus petite, et ciblé pour des enfants plus jeunes (c’est plus rapide, les nombres sont plus petits, et les pièces sont plus faciles à placer). Les tables étaient d’ailleurs très choupi.

IMG_20181025_115230.jpg

Monolith Arena, Portal Games, un des deux grosses sorties de Portal cette année. Monolith Arena est une réimplémentation de Neuroshima Hex! dans un environnement fantasy. Les joueurs placent des tuiles (guerriers, bonus divers) sur une grille hexa et les tuiles se tapent sur la tronche à intervalles semi-réguliers (mais pas à tous les tours, ce qui fait une bonne partie du sel du jeu). J’avais un peu joué à Neuroshima Hex! sur Android, et j’avais lutté avec la manière dont les tuiles interagissaient, en particulier avec l’ordre d’initiative. J’aime beaucoup le concept… conceptuellement, mais je crois que je suis pas fichue de jouer suffisamment correctement à ce jeu pour que ça m’amuse. Ce que je regrette un peu.

The Estates, Capstone Games – ça c’était plutôt original comme mécanique. Les joueurs font des enchères sur des pièces à bâtir – des cubes qui forment des piles représentant des bâtiments. Le joueur qui possède le cube le plus haut du bâtiment marque les points du bâtiment en question. Mais attention – les bâtiments sont placés sur trois lignes, et sur les trois lignes au plus deux scorent positivement (et la dernière négativement). Donc il faut probablement coopérer un demi-chouille aussi pour s’assurer que les lignes qui sont intéressantes pour soi-même le soient aussi pour les adversaires et aient ainsi plus de chances de scorer. J’ai bien aimé, Pierre plutôt moins (du fait de l’incertitude sur le scoring final), et en termes de « jeu d’enchères » (pour des gens qui sont pas fans du concept initialement) c’était une très bonne surprise.

Ronin of the Reach, Nerd Tank Games – ça, c’est un kickstarter prévu pour l’an prochain. Et c’est assez complètement con comme jeu (mais de manière positive :D) : c’est un jeu de combat spatial par pichenettes où les trucs envoyés par pichenettes sur la table sont… les cartes. Ça se joue en 10 minutes, c’est vendu comme « le truc auquel jouer en attendant les retardataires de la game night », et c’est au moins un concept rigolo. Et faut une grande table.

Silk Road, Lautapelit – un autre proto, prévu pour l’année prochaine, et qui s’appellera probablement pas comme ça à la sortie pour cause d’autres jeux qui s’appellent déjà comme ça. On partait pour  jouer à autre chose, et on s’est fait alpaguer par quelqu’un sur le stand « vous voulez pas tester notre prochain proto plutôt ? » – du coup on a fait ça plutôt. C’est un chouette jeu de draft et de collection de set, on a bien aimé. (On a aussi probablement un vague biais en faveur de Lautapelit en général il faut le dire 🙂 ).

Magnificent Flying Machines, Medusa Games – un jeu de course avec des avions au début du siècle. Thématiquement assez proche de l’Aéropostale, mais une mécanique plus simple, et pas mal de chance sur les dés (mais pas mal de mécanismes de compensation aussi). On est reparti avec une boîte… et une dédicace surprise de l’illustrateur qui se trouvait être sur le stand à ce moment là (et en train de finir sa journée vu qu’il était 19h !).

Railroad Ink, Horrible Games – un petit jeu très fun dont le stand pourtant important n’a pas beaucoup désempli pendant le salon. Chaque joueur dispose d’une grille effaçable et d’un feutre ; à chaque tour on lance quatre dés qui indiquent quels éléments (route, chemin de fer, mélange des deux, lignes droites, courbes, gares) doivent être intégrés au réseau de chaque joueur. Celui qui fait le plus beau réseau (avec certains critères à optimiser pour avoir des points) gagne la partie. On a beaucoup aimé, alors on en a pris deux copies 😛 (Plus précisément : ils le déclinent en version « bleue » avec de l’eau et en version « rouge » avec de la lave, et le nombre de joueurs augmente avec le nombre de copies du jeu, alors…)

cof

Concordia Venus, PD-Verlag – Concordia est sorti il y a plusieurs années mais on n’avait pas encore testé, voilà qui est corrigé. Cette année, ils ont ressorti la boîte de base Concordia avec l’extension Venus qui ajoute un mode « six joueurs en équipes de deux joueurs » qui peut être rigolo. Concordia est un jeu qu’on qualifiera de « très très Euro » : les joueurs cherchent à étendre leur empire sur une carte en jouant des cartes de rôles qui permettent d’effectuer différentes actions. De nouvelles cartes de rôle peuvent être achetées pour effectuer des actions plus puissantes… et pour marquer des points de victoire, ce qui reste quand même le nerf de la guerre. On est reparti avec une copie après deux-trois rounds de démo.

Detective, Portal Games – l’autre grosse sortie de Portal Games. C’est un jeu de détective (comme son nom l’indique) très immersif dans lequel les joueurs collaborent pour résoudre des affaires. Les indices sont en partie gérés dans les cartes du scénario, en partie gérés sur le site web que Portal a monté pour le jeu, et en partie des indices de la « vraie vie » (par exemple, aller chercher le nom « connu » d’un composé chimique quelconque et avoir une idée de ce pourquoi c’est utilisé). La boîte de base vient avec cinq scénarios qui, il paraît, sont plus ou moins liés par un arc commun. Portal Games avait organisé un événement pour aller jouer un scénario supplémentaire « spécial conventions » pour lequel j’avais pris des tickets, et on a donc été faire ça. C’était très chouette, très immersif, la mécanique est très light et a priori raisonnable, et bravo à Portal pour l’organisation sans faille de l’événement, c’était millimétré 🙂 (Et ouais, on est reparti avec une copie aussi. Je suis faible.)

The River, Days of Wonder – bin, la sortie Days of Wonder de l’année, hein. Un jeu de placement d’ouvriers qui rappelle vaguement Stone Age (peut-être plus à cause de la récupération de ressources et de paiement des tuiles que d’autre chose) avec un thème de colonisation le long d’une rivière. Le mécanisme rigolo c’est qu’en général pour les jeux de placement d’ouvriers on gagne des ouvriers au cours de la partie, et là on en perd. Plutôt chouette, une édition qui nous a paru excellente (Days of Wonder est très bon là-dessus), mais pas de vrai coup de cœur (sauf pour les meeples en forme de dindon).

Cryptid, Osprey Games – mon gros coup de cœur du salon. Un jeu globalement abstrait de déduction : les joueurs ont chacun un indice dont la combinaison indique un hexagone unique sur la carte, et le but du jeu c’est de trouver l’hexagone en question avant ses petits camarades. Ça fait fumer le neurone de manière tout à fait plaisante. À la fin de la partie, on a dit « BON BEN VA FALLOIR ACHETER, HEIN », ce à quoi on nous a dit qu’ils étaient en rupture de stock (le deuxième soir, donc), mais qu’ils en récupéreraient quelques dizaines de copies le lendemain et que si on se grouillait le lendemain matin on avait une chance. Le lendemain matin on a fait l’ouverture pour de vrai, on s’est précipité (lentement) sur leur stand, on a fait la queue, et on a eu une copie \o/

IMG_20181026_185745.jpg

Railroad Rivals, Forbidden Games – un jeu qui rentre dans la catégorie « jeux de trains », j’imagine : les joueurs créent un réseau de train (sous formes de placement de tuiles) et achètent des actions dans les companies qui les intéressent, en fonction des companies sur lesquelles ils prévoient du trafic ferroviaire. Plutôt chouette, mais j’ai pas forcément été convaincue par la facilité à distinguer des noms de lignes parfois très proches sur des tuiles pas très grandes et parfois éloignées.

Raccoon Tycoon, Forbidden Games – tant qu’on était sur le stand 🙂 Un jeu d’enchères (et de collection de sets) et de gestion de marché de ressources (avec une mécanique de marché vaguement similaire à Schaffausa). Les illustrations sont très détaillés mais pas au goût de tout le monde (Pierre était pas fan, moi j’aimais bien). Je crois que les deux de Forbidden Games étaient tous les deux des « presqu’achat », et peut-être qu’on n’en a acheté aucun parce qu’on n’arrivait ni à se décider entre les deux ni à décider d’acheter les deux 😛

Magnate – The First City, Naylor Games – un futur Kickstarter qui nous a surtout attiré l’œil parce qu’ils annonçaient sur une bannière « le jeu que le Monopoly aurait dû être », ce qui nous a beaucoup amusés parce que la veille on avait discuté au dîner de comment ré-implémenter le Monopoly. Les joueurs développent une ville avec des bâtiments résidentiels verts, de bureaux bleus, industriels jaunes et commerciaux rouges (toute ressemblance, etc etc), et peuvent tenter de récupérer des locataires dans leurs bâtiments. Avoir des locataires permet d’avoir des revenus… et de pouvoir revendre les bâtiments plus chers plus tard. Ce qu’il faut probablement faire… avant que le marché de l’immobilier ne s’effondre après une bulle. C’était intéressant, comme jeu – on va probablement regarder ce que le Kickstarter donne quand il sera sorti. (Et on a eu des petits bâtiments 3D-printés, alors, bon.)

cof

5 minute Chase, Board&Dice – un jeu temps réel dans lequel un des joueurs tente d’échapper aux autres qui le poursuivent. Le joueur qui s’échappe pose des tuiles et essaie de récupérer des objets ; les autres joueurs font de la reconnaissance de motifs pour placer des jetons qui doivent être corrects pour pouvoir attraper le voleur. Pas inintéressant, mais pas très convainquant non plus.

Azul: Stained Glass of Sintra, Next Move Games – Azul était un jeu de placement de tuiles représentant du carrelage, Azul: Stained Glass of Sintra est un jeu de placement de tuiles représentant des vitraux 😛 On garde la même mécanique de sélection des tuiles (plusieurs sets de tuiles disposés au hasard, un joueur prend une couleur et met le reste au milieu, qui devient également un set dès que des tuiles s’y trouvent), mais la mécanique de pose est différente.  Ils se sont aussi très clairement posé la question des joueurs qui ne distinguent pas bien les couleurs : les pièces sont toutes marquées d’un motif différent, et les cercles contenant les sets de pièces peuvent être mis dans une configuration qui rend les choses plus claires. Je sais pas si ça marche bien en pratique, je l’espère 🙂 Le jeu est très joli, on n’aurait probablement pas acheté si on avait eu Azul premier du nom, mais en l’occurrence on est reparti avec une copie.

Spring Meadow, Spielwiese – Uwe Rosenberg revient avec encore un jeu de placement de polyominos (après Patchwork, Cottage Garden et Indian Summer) qui ont tous des pièces très très similaires mais des feelings de jeu très différents. Dans Spring Meadow, faut faire des lignes horizontales en partant du bas du plateau ; aux moments de scoring (qui sont en partie prévisibles), le joueur qui a le plus avancé récupère un jeton ; le premier joueur à avoir deux jetons gagne la partie. Très efficace (et on est aussi reparti avec une copie.)

Claim / Claim II, White Goblin Games – le stand d’en face de Spielwiese, auquel on est passé sur la recommendation de la personne qui nous a fait la démo de Spring Meadow. Claim (et Claim II) est un jeu de levées qui a la particularité de se jouer à deux (et d’être intéressant à deux, c’est… prévu pour deux joueurs). Ça se joue en deux rounds : dans premier round on cherche à remporter les cartes qui servent au deuxième round (et au score final, qui est essentiellement « la personne qui a le plus de majorités dans les suites gagne le jeu »). Choupinou tout plein, on est reparti avec une copie de chaque pour pouvoir les combiner et jouer à plus de joueurs.

Astro Drive, Lautapelit – un petit jeu de course et d’évitement d’obstacles dans l’espace, avec des planètes à éviter, des nébuleuses à éviter, et des cartes qui permettent de se déplacer soit vers l’avant soit latéralement. Pourquoi pas 🙂

Molecule, Ion et Covalence, Genius Games – Pierre avait entendu parler de Molecule, qui était en rupture de stock au moment où on est passé, mais pour lequel on a quand même eu une petite démo (dont j’avoue ne pas me souvenir), et on a discuté des autres jeux avec la personne du stand. Covalence est un jeu coopératif où un des joueurs essaie de faire deviner aux autres joueurs des molécules, en donnant au fur et à mesure du jeu des indices (de type « y’a 2 carbones » ou « y’a 7 hydrogène »), et les joueurs tentent de trouver leurs molécules avec des tuiles. Ion est un jeu qui pourrait probablement se décrire en « tu vois Sushi Go ? Ben pareil, mais avec des ions à la place des sushis » – un jeu de draft où les joueurs essaient de générer des composés valides à partir des cartes qui leur passent entre les mains. On est reparti avec Covalence et Ion parce qu’ils étaient pas chers et qu’on aimait vraiment bien le concept « éducatif » derrière (les molécules créées sont physiquement existantes, y’a un peu de fluff explicatif, bref c’est bien fichu).

Cuzco, Super Meeple – une réimplémentation d’un jeu plus ancien nommé Java, dans lequel les joueurs cherchent à gagner le contrôle des villes qui se construisent au fil du jeu (et des temples y afférent). Un certain côté Taluva, rappelé principalement par le placement des tuiles sur plusieurs niveaux, à la fois moins agressif (parce qu’on peut pas faire péter des volcans sur les villages de ses petits camarades) et plus agressif (parce que le contrôle des territoires l’est beaucoup plus). J’ai plutôt bien aimé, mais je crois que c’est plausiblement un peu trop agressif pour moi ? Je sais pas trop. Et c’est le dernier jeu qu’on a testé ce jour là, et on s’est pas vraiment décidé ni dans un sens ni dans l’autre. J’y rejouerais bien.

Flamme Rouge, Lautapelit – le lecteur attentif aura remarqué plusieurs passages sur le stant de Lautapelit, et c’est en partie à cause de Flamme Rouge : c’est un jeu de course cycliste qui est sorti il y a deux ans, je crois, et qui a eu pas mal de succès depuis, et on était curieux. Notre curiosité a finalement été récompensée et on a fini par trouver une place à la table. Donc, c’est un jeu de course cycliste, un thème qui a priori ne nous parle pas trop, mais la mécanique est vraiment sympa, à base de decks de cartes dont les cartes jouées ne reviennent pas – donc il faut faire attention à ne pas gâcher ses « bonnes » cartes. Il est aussi intéressant d’être « devant, mais pas trop », au risque de prendre le vent de face (et de récupérer des cartes moisies dans son deck), mais pas trop non plus derrière au risque de sortir du peloton – et de récupérer les mêmes cartes moisies dans le deck. Suffisamment d’enthousiasme pour prendre une copie (ainsi que des deux extensions, dont une qui permet de jouer jusqu’à 6).

Detective Club, IGAMES – un jeu à la Dixit où tous les joueurs sauf un partagent un mot secret et fournissent deux cartes en relation avec le mot (le joueur qui ne connaît pas le mot doit… faire de son mieux :P), et expliquent ensuite la relation entre leurs cartes et le mot en question. Le but du jeu est de trouver le joueur qui ne connaît pas le mot. Concept sympathique, mais qui a probablement du mal à justifier l’achat par rapport à jouer au même jeu avec des cartes de Dixit.

Blue Lagoon, Blue Orange – on est passé plusieurs fois autour de Blue Orange parce que je voulais tester Planet qui avait l’air rigolo, mais on a fini sur Blue Lagoon et c’était rigolo aussi. C’est un jeu qui se joue en deux phases : la première où on pose des jetons en partant de l’eau pour créer des territoires et poser des villes dans des endroits stratégiques ; la deuxième où on fait la même chose, mais en partant des villes. Le scoring est une salade de points entre « je suis sur toutes les îles », « j’ai la majorité sur X îles », « j’ai récupéré des sets d’objets en posant mes gus », etc. Çuilà, je suis pas sûre de pourquoi on est pas reparti avec, parce qu’il tourne bien et il est intéressant, je crois. (On était assez short sur l’argent liquide, je crois, surtout, et on s’est pas décidé.) Ah, et le bloc de scoring est pas très bien fichu, ça a peut-être influencé indirectement la décision.

Fertility, Catch Up Games – un jeu qui se passe en Égypte, on place des tuiles, on récupère et on gère des ressources, on collectionne des Dieux anciens un peu comme des Pokémon, et à la fin on se rend compte qu’on a joué trop de tours parce qu’on jouait à deux et qu’il fallait retirer des tuiles de la pile avant de commencer. J’ai bien aimé, mais les composants en bois qui font les ressources m’ont paru trop petits (bien qu’adaptés à la taille du jeu et des emplacements), et Pierre a moins accroché.

Cerberus, Catch Up Games – un jeu où les joueurs doivent collaborer suffisamment pour échapper au chien des Enfers éponymes, mais suffisamment peu pour s’assurer une place sur le bateau qui permet de s’enfuir. J’ai pas aimé du tout, c’est vraiment pas mon genre de jeu 🙂 Pour moi c’est pire que du jeu à traître (y compris à traître « retardé » comme Battlestar Galactica), parce qu’au moins dans les jeux à traître la mécanique t’impose le choix de commencer à trahir, c’est pas une décision qui te revient. Et je suis trop un bisounours pour ça 😉

Fog of Love, Hush Hush Projects – là, j’avoue, c’est moi qui ai poussé pour aller s’asseoir à une table parce que j’étais vraiment curieuse. C’est sorti l’an dernier et ça fait deux ans qu’ils ont un assez gros stand très intriguant à Essen, alors j’ai succombé aux sirènes du marketing. C’est un jeu où deux joueurs jouent un scénario de comédie romantique – ils partent avec des personnages à moitié pré-tirés, des caractéristiques connues et des caractéristiques secrètes, et ils cherchent à orienter l’histoire de manière à ce que la relation fonctionne sans abandonner leur identité. Honnêtement, c’était une surprise assez plaisante ; probablement pas de quoi l’acheter, mais j’aurais bien fini la partie. Mais il était temps de retourner à l’aéroport pour rentrer à la maison…

Et dans les autres achats…

  • Une copie de Whistle Stop (et de son extension Rocky Mountains) qui était sorti à Essen l’an dernier mais qu’on n’avait pas acheté pour cause de manque de démo chez Bézier Games (ce qui nous avait dépassés à l’époque) ; on n’a toujours pas eu de démo, mais on a quand même acheté le jeu. Un jeu de création de réseau de train et de livraison de biens dans différentes gares. Agréable et qui semble bien tourner.
  • Toujours chez Bézier Games, une copie de l’extension 5 Stars de Suburbia, qui permet d’ajouter un cinquième joueur.
  • Une copie de Terraforming Mars (FryxGames) pour laquelle j’ai possiblement un peu tanné la peau de Pierre ; c’est un jeu auquel on commence à avoir pas mal joué, que j’aime beaucoup, et que j’ai déjà ressorti pour en faire une paire de parties solo l’autre jour. Et donc le but du jeu c’est de faire le maximum de points en jouant des cartes qui aident à terraformer Mars. De mon point de vue c’est en grande partie de l’engine building et de gestion des opportunités, et le jeu solo est un puzzle intéressant (et par « intéressant », je veux dire « j’ai tenté deux fois, j’ai perdu deux fois » :P)
  • Une copie de The Cthulhu Hack (Just Crunch Games) un jeu de rôle d’investigation côté Cthulhu de la force. Il y avait l’air d’y avoir pas mal de contenu intéressant sur la question de la création de scénarios et assimilé.
  • Une copie de 18Lilliput, un PETIT jeu de trains qui se vend comme « ça a le feeling d’un 18xx (à la 1830, donc), mais ça se joue en une heure » (on a fait un 1830 une fois, c’était plutôt autour de 6 heures). À voir, je suis curieuse 😛
  • Et un peu de petit bordel, jetons et cartes effaçables, cubes en bois pour le cas où, quelques t-shirts parce qu’on manque de t-shirts de joueurs.

Et voilà, c’était notre Essen 2018 – vivement Essen 2019 🙂

Voyage en Écosse

Pour nos vacances cette année, nous avons décidé de visiter l’Écosse. C’était sur la liste depuis quelque temps ; Pierre garde un bon souvenir du voyage qu’il avait fait là-bas quand il était petit ; on avait aussi de gros espoirs quant à la météo pour s’échapper de l’été zürichois. Nous avions beaucoup apprécié notre voyage en Islande, organisé par l’agence Kontiki (une agence suisse qui se spécialise dans les pays « du Nord »), alors nous sommes repassés par le même système – un « package » comprenant le vol, une voiture de location, et des logements réservés tous les jours. N’étant pas forcément fan de conduire pendant des heures et des heures (surtout à gauche), nous avons tendance à opter pour des « petits » circuits ; Kontiki proposait un circuit « l’Écosse pour les gastronomes » qui nous a évidemment parlé assez vite 😉

C’est un compte-rendu écrit plus d’un mois plus tard avec 0 note sur place, et ma mémoire commence déjà à flancher sur pas mal de détails… j’espère réussir à ressortir quelques impressions tout de même !

Pour une carte approximative de notre itinéraire (le lien vers la carte Google Maps zoomable):

écosse-carte.png

Lire la suite de « Voyage en Écosse »

#balisebooks suivant

34357122Reprenons. Je suis toujours à la bourre mais je me soigne, et donc voilà ma moisson de bouquins jusque mi-août, à peu près 😉

A Beautiful Mind – Sylvia Nasar (Un Homme d’exception, en français) – une biographie de John Nash, mathématicien dont les travaux les plus connus ont donné lieu au domaine de la théorie des jeux (et pour lesquels il a reçu le prix Nobel d’économie). Nash était aussi selon toutes probabilités schizophrène (apparemment c’est pas si clair que ça, mais c’est probablement une première approximation raisonnable). Le film du même nom est inspiré du bouquin ; les deux sont plaisants, même si pas forcément pour les mêmes raisons (le film est plus « divertissant », le bouquin est plus « intéressant »).

The Hundred Thousand Kingdoms – N.K. Jemisin (Les cent mille royaumes, en français) – le premier tome de l’histoire de Yeine, qui se retrouve à l’insu de son plein gré dans la course à l’héritage du trône de son grand-père, dans un environnement où la plupart de ses congénères (et de sa famille) veut sa perte et où il est apparemment courant de croiser des dieux dans les couloirs et les rues sombres. J’ai souvenir en avoir beaucoup apprécié la lecture (et avoir eu du mal à l’abandonner) ; mais six mois plus tard je ne m’en souviens que peu.

Knit One, Girl Two – Shira Glassman (pas encore de traduction française) – de la romance horriblement choupinou entre une fille qui teint de la laine pour la redistribuer façon « pelote du mois » et une artiste peintre dont les tableaux se retrouvent très inspirants pour la teinture de la laine en question. Très choupinou. Et fluffy.

Kitchens of the Great Midwest – J. Ryan Stradal (Les cuisines du grand Midwest, en français) – un roman qui s’apparente plus à une suite de chapitres chronologiques, narrés dans des perspectives différentes, dans lesquels un personnage nommé Eva apparaît toujours de manière plus ou moins franche. Eva a un sens du goût très développé dont elle tire profit de son enfance à sa carrière ultérieure de chef, et tout le roman se raccroche, d’une manière ou d’une autre, à la nourriture et à la cuisine. Plutôt sympa à lire.

Less – Andrew Sean Greer (pas encore de traduction française) – l’histoire d’Arthur Less, presque cinquante ans, qui vient de se faire refuser son troisième roman par son éditeur, et dont l’ex vient d’annoncer son mariage… à quelqu’un d’autre. Du coup, Less fait le seul truc qui lui paraît raisonnable : il a une pile d’invitations à des événements divers tout autour du monde, donc il les accepte toutes et se met en route. C’est drôle, c’est touchant, c’est souvent bien vu, bref c’est très chouette.

The Bell Jar – Sylvia Plath (La Cloche de détresse, en français) – un « classique » de la littérature américaine, qui est essentiellement l’histoire d’Esther qui, presque du jour au lendemain, sombre dans une dépression profonde. Pas gai, pas forcément hyper mémorable d’un point de vue « histoire », mais une qualité d’écriture phénoménale et un bouquin que je suis contente d’avoir lu.

Starless – Jacqueline Carey (pas encore de traduction française) – un de mes auteures préférées revient avec un roman indépendant (parce qu’il ne fait pas partie d’un univers établi et n’a pas vocation à avoir de suite), l’histoire de Khai, dont la naissance prédestine à protéger la princesse Zariya. Khai rejoint un ordre de guerriers qui l’éduque et l’entraîne, et finit par rentrer au service de Zariya au moment où un ancien dieu peu choupi commence à faire des vagues. De la bonne fantasy fort satisfaisante.

L’Appart: The Delights and Disasters of Making My Paris Home – David Lebovitz (pas encore de traduction française) – les tribulations de David Lebovitz à Paris lors de l’achat de son appartement parisien, à ne pas lire quand on fait des travaux ! (Ou peut-être à lire pour se rendre compte que ça pourrait être pire). Très drôle, mais probablement « drôle a posteriori » plus que dans l’instant (où ça a quand même dû être assez dur :/ ).

Record of a Spaceborn Few – Becky Chambers (pas encore de traduction française) – le troisième tome des Wayfarers qui, comme le deuxième, n’a qu’une connection extrêmement lâche avec le premier, mais qui garde cette qualité de « chocolat chaud littéraire ». On y suit des tranches de vie de plusieurs personnages qui font tous partie de la Flotte d’Exode – la Flotte qui a quitté la Terre il y a bien longtemps, et qui ne fait plus subsister qu’une petite minorité de la population galactique terrienne. Dans la droite lignée des deux précédents, peut-être plus du premier que du deuxième, et probablement plus contemplatif aussi. Becky Chambers est pour sûr quelqu’un dont je vais continuer à suivre les publications de très près. (J’ai PEUT-ÊTRE commencé Record of a Spaceborn Few le jour de sa sortie. PEUT-ÊTRE.)

The Reality Dysfunction – Peter F. Hamilton (Rupture dans le réel, en français, publié en deux tomes Genèse et Émergence) – un monstre de bouquin (1200+ pages) qui n’est que le premier tome d’une trilogie. Du bon gros space opera qui tache, avec plusieurs histoires a priori disjointes qui finissent par se rejoindre – entre autres, la direction d’un habitats bio-technologique qui orbite dans un coin, et la colonisation d’une planète paumée tendance jungle hostile – et ça, c’est avant que les emmerdes commencent pour de vrai. J’ai vraiment bien aimé – il y a définitivement suffisamment de contenu et d’épique pour justifier les 1200+ pages sans s’ennuyer. Quelques éléments franchement dérangeants (qui paraissent parfois assez gratuits ?) mais une histoire solide avec des personnages mémorables (on admettra que Joshua est un peu un Marty Stu) et une construction d’univers impressionnante. Je crois que j’aurais plus apprécié en deux bouquins de 600 pages plutôt qu’un seul, j’aurais pu faire avec une pause (techniquement, j’ai lu un autre bouquin au milieu de celui-là, mais c’est pas pareil) et potentiellement avec un « Précédemment, dans The Reality Dysfunction… » ou deux 😛

S’il ne fallait en lire qu’un… argh, difficile. Je crois que je vais dire Starless, qui a l’avantage (?) sur mes autres candidats d’être un tome unique.

#balisebooks caniculaire

Hop, je reprends le clavier dans l’espoir de virer encore un peu du backlog de cette année. Y’a beaucoup de Scalzi dedans, et encore j’ai aussi relu Redshirts.

Looking for Alaska – John Green (Qui es-tu Alaska ? en français) – l’histoire de Miles, fasciné par les derniers mots des gens, qui arrive au lycée dans un internat et rencontre le Colonel (son co-piaule) et Alaska, la fille « cool-mais-quirky » (ou peut-être « quirky-mais-cool » ?) qui gravite autour. Le bouquin est séparé en deux parties « Avant » et « Après » avec un décompte des jours au fur et à mesure qui laisse une tension du « qu’est-ce qu’il se passe au milieu ? » même si on se doute assez de la réponse. Je sais pas trop, j’ai moins accroché qu’à d’autres Green.

All Systems Red – Martha Wells (pas encore de traduction française) – de la SF spatiale option catastrophe racontée du point de vue d’un robot de sécurité conscient. Je dois avouer que ça m’a pas laissé un souvenir impérissable, mais je crois que le neurone était pas en forme à ce moment-là, alors c’est plausiblement pour ça.

The Summer Seaside Kitchen – Jenny Colgan (Une saison au bord de l’eau, en français) – l’histoire de Flora, qui habite à Londres après avoir quitté Mure, son île écossaise, plusieurs années auparavant, et qui se retrouve à devoir retourner à Mure pour raisons professionnelles. Et à faire des tartes. Plutôt mignon et plaisant à lire. Et pour le reste, Janine en cause mieux que moi.

The Android’s Dream – John Scalzi (pas encore de traduction française) – du bon gros n’importe quoi à base de moutons bleus ultra-rares mais ultra-importants, d’incidents diplomatiques, de personnages smart-ass, et un peu « Scalzi fait du Cinquième Élément » (et c’est bien).

The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle – Stuart Turton (pas encore de traduction française) – ça, c’était très bien. Tordu, mais très bien. Le bouquin commence alors que le narrateur court dans un bois, qu’il ne se souvient de rien, et un coup de feu retentit. Il finit par recoller quelques morceaux de son identité, mais manque de bol, le lendemain il se réveille dans la peau de quelqu’un d’autre, dans le même manoir avec les mêmes gens et le même jour, mais presque tout aussi paumé (à part qu’il se souvient de la veille). En gros, on prend Agatha Christie (option La Maison Biscornue), Un Jour sans fin,  et une pincée d’ambiance sombre et malsaine, on remue un grand coup, et on obtient Seven Deaths. Et Armalite en cause mieux que moi aussi.

City of Bones et City of Ashes – Cassandra Clare (La Cité des ténèbres et L’Épée mortelle, en français) – de la fantasy urbaine YA plutôt cool à base de chasseurs de démons. C’est l’histoire de Clary, qui se retrouve par hasard engagée dans des choses qu’elle n’aurait pas dû voir, et qui découvre l’existence des nephilims, des vampires, et des autres machins surnaturels qui gravitent autour de tout ça. Un vague feeling « Harry Potter croisé avec Buffy et le tout se passe à New York ». Très lisible, et les personnages sont plutôt cool (et y’en a une qui s’appelle Isabelle, ça crée des liens). Y’a une série télé basée sur le matériau (Shadowhunters), faudra que j’y jette un œil.

Don’t Live for Your Obituary: Advice, Commentary and Personal Observations on Writing, 2008-2017 – John Scalzi (pas encore de traduction française) – une collection d’essais de Scalzi à propos d’écriture et d’édition, pour une bonne partie reprise de son blog, et globalement une lecture intéressante.

The Loveliest Chocolate Shop in Paris – Jenny Colgan (pas encore de traduction française) – c’est l’histoire d’Anna qui se retrouve par un concours de circonstances à aller travailler pour un maître chocolatier parisien. Sympathique et chocolaté.

Full Catastrophe Living – Jon Kabat-Zinn (Au coeur de la tourmente, la pleine conscience en français) – un gros pavé à propos de méditation, de pleine conscience, et tout ce genre de choses; essentiellement un manuel de « comment ça marche le MBSR » (Mindfulness-Based Stress Reduction, un programme basé sur la pleine conscience développé par le dit Kabat-Zinn utilisé en particulier pour des gens qui souffrent de douleurs chroniques). Beaucoup de choses très intéressantes ; j’ai eu un peu du mal au début sur le concept « Monsieur Machin qui souffre de ça et ça est venu chez nous et pouf en huit semaines ça allait mieux », mais une fois recadré le « c’est bon mec ton truc c’est la panacée on a compris » en « ok, tu présentes beaucoup d’exemples pour que les lecteurs s’y retrouvent » ça passe mieux.

Astrophysics for People in a Hurry – Neil deGrasse Tyson (Petite excursion dans le cosmos, en français) – un tout petit bouquin pour présenter des bases d’astrophysique. C’est bien écrit et globalement accessible. Par contre ça aide pas à mon problème de « vertige conceptuel » sur l’échelle de l’Univers – chais pas vous, mais moi j’ai litéralement la tête qui tourne quand je pense aux grandes échelles d’espace et de temps.

Adulthood is a Myth, Big Mushy Happy Lump et Herding Cats – Sarah Andersen (Les Adultes n’existent pas, pour le premier, et pas encore de traduction française pour les suivants) – une collection de comics « le quotidien d’une femme un peu plus jeune que moi », les Sarah’s Scribbles (http://sarahcandersen.com) que j’aime beaucoup.

Head On – John Scalzi (pas encore de traduction française) – la suite de Lock In, dans le même univers, dans lequel on suit les enquêtes de Chris, détective Haden (le syndrome d’Haden paralyse les gens, mais il existe des « threeps », sortes de robots contrôlables à distances par les Haden), qui cette fois-ci enquête sur la mort d’un joueur d’Hilketa, le sport Haden par excellence où les threeps des joueurs jouent au football américain avec la tête de l’un d’entre eux. Je me suis vraiment régalée avec celui-ci. Je sais pas si Scalzi a des plans pour un Lock In 3, mais j’aimerais bien 🙂

S’il ne fallait en lire qu’un… eh, j’ai vraiment bien aimé Head On.

#balisebooks du mois des ponts

Pouf pouf. J’ai de plus en plus de backlog. Alors je crois que je vais les faire 10 par 10 (en comptant 1 pour un « groupe »), sinon ça sera jamais publié 😛

The Obelisk Gate et The Stone Sky – N.K. Jemisin (La Porte de Cristal pour le premier, pas encore de traduction française pour le second) – les tomes 2 et 3 (sur 3) de Broken Earth et la suite directe. Je veux absolument éviter de spoiler le premier, cependant, donc je vais pas en dire beaucoup. On retrouve (et on continue à s’attacher fortement) les mêmes personnages, l’écriture du monde est toujours fascinante, c’est plein de bonnes choses. Bref, je ne peux que vous conseiller de lire le premier (Fifth Season), et si vous avez aimé le premier il y a de fortes chances que vous appréciez les deux suivants. En tous cas je garde Jemisin sur ma liste d’auteurs dont il va falloir que je lise TOUT 😉

Heir to the Shadows et Queen of Darkness – Anne Bishop (Héritière des Ombres et Reine des ténèbres, en français) – la suite et fin de la trilogie Black Jewels commencée avec Daughter of the Blood. On reste dans la dark-emo-fantasy, avec les mêmes points forts et faibles que sur le premier tome, mais ça reste assez prenant, et Jaenelle a grandi, ce qui rend les choses moins bizarres. Globalement plutôt une bonne série, qui a le mérite d’une certaine originalité.

Meditation for Fidgety Skeptics: A 10% Happier How-to Book – Dan Harris (pas encore de traduction française) – celui-là fait suite à 10% Happier, du même auteur. Dans 10% Happier, Harris raconte son propre cheminement et ça tient plus du mémoire qu’autre chose. 10% Happier part sur le principe « ok, maintenant que j’ai raconté tout ça, quand j’essaie de convaincre les gens que méditer c’est Bien™, ils me trouvent tout un tas d’obstacles divers et généralement variés, alors je vais trouver des solutions pour chacun ». Beaucoup plus pratique, plutôt intéressant, plutôt drôle par moments (même si visiblement on partage pas la même image de Jazzercise lui et moi – ou ptêt que si 😉 ), et globalement une très bonne lecture. Sur le sujet, je me permets de re-plugger mon billet précédent qui cause de méditation, au cas où.

Beyond Shame, Beyond Control, Beyond Pain, Beyond Temptation, Beyond Jealousy – Kit Rocha (pas encore de traduction française) – alors ça, c’est venu dans ma liseuse parce que j’ai vu passer le Twitter de @mostlybree via un retweet d’un thread (celui-là, je crois), et que je suis curieuse, et tout ce genre de choses. Et @mostlybree, elle écrit avec une co-auteur de la romance post-apo sous le nom Kit Rocha, et donc du coup j’ai acheté Beyond Shame, et j’ai commencé à lire tout ça. C’est effectivement de la romance post-apo. Les bouquins se suivent et ne se ressemblent pas – y’a un arc chronologique général, mais on suit l’histoire du point de vue de personnages différents. Le côté « romance » est, dirons nous, « graphique et détaillé » (au point que j’ai parfois du mal à lire ça dans le train au cas où mon voisin jetterait un œil sur ma page… j’assume pas :P) mais très raisonnablement écrit ; le setting est chouette et les persos sont attachants. (No pun intended.) J’aime bien.

Armada – Ernest Cline (même titre en français) – Cline est connu pour son Ready Player One, qui vient d’être adapté en film ; j’avais plutôt bien aimé le bouquin, les avis sur le film sont mitigés mais je l’ai pas vu. Bref. Armada part un peu sur le même trip nostalgique, avec plus de musique peut-être. L’intrigue commence essentiellement quand Zach rêvasse depuis son cours de maths et voit passer un vaisseau spatial qui correspond point pour point au design de vaisseau de son jeu vidéo préféré, Armada (d’où le titre). Et Zach se retrouve à devoir aider à sauver le monde, parce que, bon. J’ai écouté Armada comme livre audio, narré par Wil Wheaton, ce qui était plutôt chouette ; après, le bouquin lui-même, eh. Globalement prévisible, et je suis vraiment pas douée pour prédire ce qu’il se passe dans les bouquins. Quelques bons passages, mais globalement bof.

The Color of Magic – Terry Pratchett (La Huitième Couleur, en français) – une relecture d’il y a longtemps. J’aimerais beaucoup adorer Pratchett, parce que j’ai toujours l’impression de louper un truc en n’adorant pas Pratchett. Mais y’a pas à dire… j’accroche pas 😦 Chuis à peu près sûre que c’est un problème de « c’est pas l’auteur, c’est moi » – objectivement, c’est chouette, y’a des trouvailles fabuleuses, et tout et tout… mais j’accroche pas. Je suis triste.

One of Us Is Lying – Karen McManus (Qui ment ?, en français) -une histoire de meurtre dans un lycée. Éminemment Pretty Little Liars-esque du temps où c’était « moins n’importe quoi », plutôt une bonne lecture.

My Life in France – Julia Child (pas encore de traduction française) – l’autobiographie de Julia Child, principalement connue pour son livre de cuisine Mastering the Art of French Cooking. Super intéressant sur le contenu et le contexte de la France quelques années après la deuxième guerre mondiale, très inspirant sur la quantité de boulot et de volonté autour de la publication du bouquin. Fascinant.

Every Anxious Wave – Mo Daviau (Il faut sauver John Lennon, en français) – alors, quand tu trouves un trou de ver qui permet le voyage dans le temps dans le fond de ton placard, tu fais quoi ? Ben tu vends des tickets pour les concerts de rock du passé, c’te question, m’enfin ! Et quand t’envoies ton meilleur copain par erreur en 980 au lieu de 1980… ben t’essaies d’aller le repêcher, hein. C’est toute l’histoire de ce bouquin très chouette malgré une prémisse un peu loufoque. Mention honorable pour Lena la physicienne, au passage, j’ai vraiment bien aimé le personnage 🙂

Better: A Surgeon’s Notes on Performance – Atul Gawande (pas encore de traduction française) – une collection d’essais à propos de médecine et de son amélioration dans tout un tas de circonstances, depuis l’hygiène en salle d’opération à la question de la peine capitale en passant par la médecine de combat et le score Apgar pour les nourissons. Très intéressant. Gawande vise à tirer des conclusions à propos de « comment faire les choses mieux en général » sur des domaines plus larges que sur la médecine, mais ça m’a plutôt moins marquée que les histoires par lesquelles il arrive aux conclusions en question.

S’il ne fallait en lire qu’un… ben en fait il faut en lire deux, et c’est Obelisk Gate et Stone Sky, sans hésitation 🙂

The one with the meditation

Ceci est la traduction d’un billet écrit en français.

Okay, so I want to write a blog post about meditation, but I don’t know where to start, so I’ll try writing and we’ll see what happens. I’m going to build this post by asking a few questions to myself (and answering them); with a bit of luck it’ll be structured enough and won’t end up going all over the place.

Why this post?

The primary observation is that I’ve been meditating for around 10 minutes every day (or almost every day), that it seems to have a positive effect on me, and that I think it may be interesting for others if I share my experience. I’m obviously not trying to proselytize, only to talk about something that I find interesting, and to signal that I’m open to discussion on the topic… from my whole 30 or 40 hours of practice 😉 (Also, I’ve been told I’m only posting about books here these days, and not even that often… so let’s add a little bit of variety, even though I’m probably going to talk about a couple of books.)

And so you woke up one day five months ago and started meditating for the hell of it?

Eh, it’s a bit more complicated (and longer) than that. I had been intrigued by the whole concept of meditation for quite some time, without knowing exactly where to start – I was somewhat interested, and then I read stuff like « just sit for 10 minutes » and I was like « yeah but how do I know the ten minutes are up and I can’t put a timer it’s going to be weird and aaaaah » and it stayed at that stage for a long time.

Then, a year and a half ago, I read a book called 10% Happier: How I Tamed the Voice in My Head, Reduced Stress Without Losing My Edge, and Found Self-Help That Actually Works (now that’s a mouthful), from Dan Harris. I must admit I have no memory of how I actually found that book in the first place. It’s a memoir in which Dan Harris, TV anchor, starts by having a panic attack on live TV, and ends up digging around the theme of meditation. Anyway, this book had the appeal of being pretty low on the « spirituality » side of things and much more on the « okay I’m not really convinced but I’m still going to try because I don’t have much to lose and I’m actually a bit at a loss about how to handle that anxiety. » To give a bit of context: I have my own issues with anxiety in general (and related unpleasantness), so that’s probably also one of the reasons why that book interested me.

Around the same time, a good friend of mine told me about Headspace, a guided meditation app. Guided meditation is basically a soundtrack that talks from time to time (more or less often depending on the practice) to explain the exercise to you and to guide you during meditation. It has the advantage of helping to understand how things are supposed to work, and to provide the aforementioned timer without having a random beep beeping at a random time.

I think at that time I followed it for a bit less than the first 30 days (there’s a « basic set » of 30 meditation days in  the app), probably over a little bit more than 30 days, and then… it faded away. Eh. It didn’t stick then.

Fast-forward a year later. My therapist (whom I see for that anxiety-and-associated thing) talks to me about a book he’s reading, The Mindful Path to Self-Compassion: Freeing Yourself from Destructive Thoughts and Emotions, by Christopher K. Germer. Past the first cringe at the title, I must say that the book is pretty good. In particular, a couple of paragraphs really struck a chord and had some miraculous effect on my sleep/falling-asleep patterns (which tend to be problematic as well). The book talks a lot about mindfulness (hence the title), and I guess it gave me the impulse of trying Headspace again.

This was a bit more than 5 months ago – the Headspace app tells me I have a 149-day streak, and I think I failed at starting a long streak a few times before that, so it must have been a bit more than that. And apparently, since then, it stuck.

Soooo what, you’re burning incense and chant « ooooommm » with a beatific smile, or what?

Nah 🙂 I’m assuming that, from the outside point of view, I’m sitting somewhat motionless with my eyes closed during ten minutes or so. In practice, I grab my phone and earbuds, I find a reasonably quiet place (easy at home, feasible outside – I have already meditated on the train, for instance (which is way easier than in the office, by the way)), I check that my phone is not going to interrupt me with a random notification during my meditation time, I open my browser on https://my.headspace.com (there’s an app, but it’s currently buggy on my phone >_<), I start the meditation of the day, and here we go.

The « meditation of the day » thing comes from the fact that Headspace is mostly organized in 10- or 3×10-meditation packs on a given theme, and the idea is that you practice with one of these each day. They also have single, one-shot meditations on more or less general theme, and they recently introduced « daily meditations » with a new meditation every day, available for 24 hours. I usually have a pack in progress (there’s a fair amount of content), so I just practice with that without asking myself too many questions (except when it’s time to start a new pack 😉 ), but I sometimes explore in the rest of the app too, depending on the mood or the amount of time I want to give it (in particular, the daily meditations can be set to 3 or 5 minutes).

The Headspace meditations (or, at least, all the one I saw until now) are somewhat similarly formatted. They start with a few words of intro, then a bit of time to settle (physically and mentally), then you bring your attention to the body by mentally scanning it from top to bottom, and then you bring the attention to the breath. The core of the meditation is the main thing that varies between meditations and between packs. The base practice is to try to keep focused on the breathing, and to come back to it over and over again when you realize you lost your focus. There are some variations that ask to explicitly take note of what made you lose your focus, or that suggest you visualize stuff (like a ball of light) (it sounds weird but it’s actually pretty fun). To end the session, you come back to the physical senses, you open your eyes, Andy (as in Andy Puddicombe, the guy from Headspace) says a few concluding words, and that’s it.

Now I also started testing the 10% Happier app, which goes with the aforementioned book and its follow up, Meditation for Fidgety Skeptics: A 10% Happier How-to Book. The approach (and the app) feel a bit more messy, less « academic » than Headspace, more fun too. I’m only just starting with this app, but I think I might like it better. There’s more diversity of people recording the meditations too, but I didn’t test that yet. (A common issue with Headspace seems to be « the voice is getting on my nerves », so I guess more options is a good thing.) But then, since I do have a 149-day streak on Headspace, well, I’m keeping that streak, and when I feel like I want a bit more meditation in my day, I get a 10% Happier session as well. (Which may or may not be a good idea; I think it’s advised to keep at one thing at a time. Eh.) Anyway, these days it feels like I’m transitioning from 10 to 20 minutes a day. No idea if it’s going to stay that way – taking it as it comes.

I try to keep a daily practice; I also try to not obsess too much about keeping the streak. I gave a number: I did cheat a few times on the app to keep said streak going. I’m keeping the counter as « time for which I kept a mostly daily practice »; I think in the current 149 days there’s less than 5 « fake » ones (less than 10 for sure).

And what do you get out of it?

It’s obviously hard to quantify. The first and most direct benefit is that it’s a good way to take a break, both from outside and inside – to « reboot » to a quieter/less chatty state. My brain tends to talk to me A Lot (and not always in a very nice way) – it’s usually a good way to get a bit of peace and quiet on the spot. Typically, I feel better after meditating than before.

Moreover, and it’s something on which both programmes insist, « formal » meditation sitting is also (and maybe above all) a training for the mind. It teaches me to be more aware of going into an internal monologue loop, and it so happens that noticing it and get a bit of distance helps not engaging thoughts if I don’t want to. It’s obviously not always working, but it helps, a bit. I also mentioned the positive effects on sleep – which is quite valuable too. Interestingly, I did have a tendency to accidentally have a drink too much (nothing problematic, but it did happen), and that doesn’t seem to be a thing anymore. Hard to tell on such a short period, but I do believe it helps me notice that it’s time to switch to water 😉

Third, as far as I’m concerned, learning to focus on my breath provides me with a very useful anchor in difficult situations (too much noise, too many people, too much emotion, too much.)

And do you see anything negative about it?

Not really. Sometimes a session doesn’t go that well and brings a few tough things to the surface. Usually, the following time it gets better; it probably serves as a catharsis too. These days, I’m getting somewhat annoyed by the fact that I feel like I’m losing my focus much more than I used to during meditation; I’m not sure if I’m noticing it more or if I’m loosening a focus that may have been too tight. It’s probably going to get better (either it will get better, or I’ll accept it better 😉 ).

Other than that, it takes a bit of time, and it’s not an easy routine to start, even for 10 minutes ; personally it became quite quickly (well, on the second attempt 😉 ) something that I choose to do, that I enjoy doing, and not something I’m « doing because I decided I wanted to do it every day ».

Oh, and there’s also probably contraindications with some health issues (be it mental or physical), but they don’t seem to apply to me 😉

So, can you give a few links about what you’re talking about?

So, for the things I talked about in this post:

  • Books:
    • 10% Happier, by Dan Harris – a memoir about meditation, written by a guy who was quite skeptical at the beginning. Pretty accessible, sometimes funny, but not that practical.
    • Meditation for Fidgety Skeptics, also by Dan Harris – that’s actually the practical part of the previous book. The approach is basically « folks, y’all should meditate, and let me explain to you how to overcome your obstacles ». A fair amount of funny anecdotes, practical advice, and pretty funny too.
    • The Mindful Path to Self-Compassion, by Christopher K. Germer – that one is more on the self-help side, but for a more common approach it’s probably not a bad book. In any case, there was interesting stuff in it.
  • Apps:
    • Headspace – probably one of the most used apps, it seems like it’s the big thing on the topic. There’s a free trial containing the base pack (the first 10 sessions); to access the rest of the content you’ll need to subscribe (the yearly plan is around $8/month).
    • 10% Happier – that’s the other app I started using. There’s more free content; in particular, the content that goes with the book is a « course » (in the app terminology) and has more content than the free content in Headspace. (The yearly plan is displayed for 6.67CHF on my app, I don’t know what’s the currency rate). I didn’t pay for 10% Happier yet, but I’ll probably do that soon.
  • A couple of videos for good measure:
    • Get some Headspace – a talk from Andy Puddicombe at Google, where he presents several meditation approaches, I found it interesting (but it does last an hour and a half) – there’s several bits of short meditations in it, it’s like a mini-workshop to test a few things.
    • All it takes is 10 mindful minutes – same Andy Puddicombe does a 10-minute TED talk.

And apart from that?

Well, I think I said everything I wanted to say. But I can answer questions, if any 🙂

Où je cause de méditation

I translated this post into English here.

Bon. J’ai envie de faire un billet à propos de méditation, mais je sais pas par quel bout le prendre, alors je vais essayer d’écrire et on verra bien ce que ça donne à la fin. Je vais structurer ce billet en m’auto-posant des questions (et en y répondant 😉 ), avec un peu de chance ça sera raisonnablement structuré sans partir dans tous les sens à la fois.

Pourquoi ce billet ?

La constatation de base, c’est que ça fait 5 mois que je médite de l’ordre d’une dizaine de minutes par jour tous les jours (ou presque), que ça semble avoir un effet positif sur moi, et que je me dis que ça peut être un retour d’expérience intéressant pour d’autres. Je cherche pas à faire du prosélytisme, évidemment, juste à parler d’un truc que je trouve intéressant, et à indiquer que je suis ouverte à la discussion sur le sujet… du haut de mes 30 ou 40 heures de pratique 😉 (Et puis on m’a déjà fait la remarque que je causais plus guère que de bouquins ici, et encore pas souvent, alors… alors on change un peu, même si je vais probablement causer un peu de bouquins tout de même.)

Bon, et donc, ça t’a pris comme un coup de pied au cul y’a cinq mois, ou bien ?

Eh, c’est un poil plus compliqué (et long) que ça. Ça faisait longtemps que je trouvais le concept de méditation intriguant, sans savoir exactement par quel bout le prendre – c’est conceptuellement intéressant, pis après on te dit « juste assieds-to dix minutes » et là tu te dis « oui mais comment je fais pour savoir que j’ai fini mes dix minutes je peux pas mettre une minuterie ça va faire n’importe quoi et et aaaah », et ça en était resté là pendant longtemps.

Il y a un an et demi, j’ai lu un bouquin intitulé 10% Happier: How I Tamed the Voice in My Head, Reduced Stress Without Losing My Edge, and Found Self-Help That Actually Works (tout un programme), de Dan Harris (traduit en France chez Marabout sous le titre Comment je suis devenu 10% plus heureux). J’avoue que je n’ai aucun souvenir de la manière dont j’étais tombée sur ce bouquin à l’époque. C’est un mémoire dans lequel Dan Harris, présentateur télé de son état, se retrouve après une crise de panique en direct à la télé à s’intéresser de plus près à la méditation. Bref, ce bouquin m’avait parlé parce que c’était extrêmement peu orienté « spiritualité » et nettement plus orienté « écoute je suis vraiment pas convaincu a priori mais je vais quand même essayer parce que j’ai pas grand’chose à perdre et que j’ai pas d’autre idée pour gérer mon anxiété en fait ». Pour le contexte : j’ai mes propres soucis avec l’anxiété en général (et plus si affinités), d’où peut-être le fait que ça m’ait particulièrement intéressée.

Parallèlement à ça, j’ai un bon copain qui m’a parlé de Headspace, une app de méditation guidée. Le principe de la méditation guidée, c’est une bande sonore qui cause de temps en temps (plus ou moins souvent suivant la pratique) pour t’expliquer un exercice et te guider dans la méditation. Ça a le double avantage d’aider à comprendre comment ça marche et de fournir la minuterie sus-citée d’une autre manière qu’un machin qui bippe à un moment aléatoire.

Je crois qu’à ce moment là, j’ai fait un peu moins que les trente premiers jours (il y a une série de méditations « pour commencer » qui fait trente jours), probablement sur plus que trente jours, et après… ça s’est évaporé. Eh. Ça avait pas tenu.

Fast-forward un an plus tard. Mon psy (que je vois pour ces histoires d’anxiété et assimilables) me cause d’un bouquin qu’il est en train de lire, intitulé ​The Mindful Path to Self-Compassion: Freeing Yourself from Destructive Thoughts and Emotions, de Christopher K. Germer. (Traduit en français chez Odile Jacob sous le titre L’autocompassion). Passé le premier mouvement de recul sur le titre, j’admets que le bouquin est pas mal. En particulier, y’a un effet miraculeux d’une paire de paragraphes sur la qualité de mon sommeil/de mon endormissement (qui ont/avaient tendance à être problématiques aussi). Le bouquin parle pas mal de « mindfulness » (je crois que le terme usuel en français est « pleine conscience » ?) et ça me donne vaguement envie de re-tenter Headspace.

Et ça c’était y’a un peu plus de 5 mois, à la louche – l’app Headspace me dit que j’ai une série ininterrompue de 149 jours, et je crois que j’ai raté quelques jours avant ça, donc ça doit faire un bon 5 mois. Et depuis, apparemment, cette fois-ci ça a collé.

Bon, et en pratique, t’allumes de l’encens et tu fais « ooooommm » avec un sourire béat, ou quoi ?

Non. 🙂 Extérieurement, je dois essentiellement être assise relativement immobile avec les yeux fermés pendant une grosse dizaine de minutes. En pratique, j’attrape mon téléphone et mes écouteurs, je me trouve un coin à peu près tranquille (facile à la maison, faisable à l’extérieur – ça m’est déjà arrivé de méditer dans le train, bêtement (ce qui est par ailleurs ‘achement plus facile qu’au bureau)), je vérifie que ledit téléphone va pas me balancer une notification dans le temps imparti, j’ouvre mon navigateur sur https://my.headspace.com (y’a une app, mais elle est buggée sur mon téléphone en ce moment >_< ), je lance la méditation du jour, et roulez jeunesse.

Le concept de « méditation du jour » vient en partie du fait que Headspace propose des packs de 10 ou 3×10 méditations sur un thème donné, avec dans l’idée le fait d’en faire une par jour tout le long du pack. Ils ont aussi des méditations individuelles plus ou moins générales, et ils ont récemment introduit le concept de méditations « quotidiennes » avec une nouvelle méditation tous les jours, disponible pendant une journée. En général j’ai un pack en cours (il y a une quantité raisonnable de contenu), donc je fais ça sans me poser trop de question (sauf au moment de changer de pack 😉 ) mais ça m’arrive aussi d’aller voir dans les autres parties de l’app de temps en temps, ou quand j’ai pas envie de passer dix minutes là-dessus (les méditations quotidiennes en particulier peuvent se régler à 3 ou 5 minutes).

Les méditations Headspace sont toutes (du moins toutes celles que j’ai vues) formatées assez similairement. Ça commence par quelques mots d’intro, puis un peu de temps pour se poser un peu (physiquement et mentalement), on porte l’attention sur le corps en scannant mentalement de haut en bas, on replace l’attention sur la respiration. Le cœur de la méditation est le truc qui varie le plus entre les méditations et entre les packs. L’exercice de base est d’essayer de garder l’attention sur la respiration, et d’y revenir encore et encore quand on se rend compte qu’on l’a perdue. Il y a d’autres variantes qui demandent de noter explicitement ce qui a fait dévier l’attention, ou qui proposent de visualiser des trucs (une boule de lumière qui se balade, typiquement) (ça paraît bizarre mais c’est fun en pratique 🙂 ). Pour finir on recentre sur les sensations physiques, on rouvre les yeux, Andy (comme dans Andy Puddicombe, le type qui a lancé Headspace et enregistré la bande sonore de la méditation) donne quelques mots de conclusion, et voilà.

Après, j’ai aussi commencé à tester l’app 10% Happier, qui accompagne le bouquin susnommé et sa suite, Meditation for Fidgety Skeptics: A 10% Happier How-to Book (celui-là vient à peu près de sortir, donc y’a pas encore de traduction française). L’approche (et l’app) sont un peu plus bordéliques, moins « académiques » que Headspace, plus fun aussi. Je commence à peine à tester cette deuxième app, mais je crois que j’aime mieux. Il y a plus de diversité sur les gens qui font les enregistrements, aussi, mais ça j’ai pas encore testé. (Une critique « courante » de Headspace est « la voix me tape sur les nerfs », du coup la diversité peut être une bonne chose.) Du coup, comme j’ai quand même un compteur à 149 jours sur Headspace, ben je continue sur Headspace, et quand j’ai envie d’un peu plus, je fais une session sur 10% Happier aussi. (Ce qui est peut-être discutable d’un point de vue méthodo, je pense qu’il est plutôt conseillé de s’en tenir à un seul truc à la fois. Eh. ) Du coup je crois que j’ai tendance à passer naturellement de 10 à 20 minutes par jour ces temps-ci. Je sais pas si ça va continuer comme ça, je prends ce qui vient.

J’essaie de garder une pratique quotidienne ; j’essaie aussi de pas trop m’en faire sur le fait de garder la série ininterrompue. J’ai mentionné un nombre ; il se trouve que j’ai « triché » quelques fois sur l’app pour garder la série en question. Je garde le compteur comme « temps depuis lequel j’ai une pratique essentiellement quotidienne » ; je crois que sur les 149 jours actuels il y en a moins de 5 « faux » (pour sûr moins de 10).

Et ça t’apporte quoi ?

C’est difficile à quantifier, évidemment. Le bénéfice premier et le plus direct, c’est que c’est une bonne méthode pour prendre une pause, à la fois des facteurs extérieurs et intérieurs – de « rebooter » en quelque sorte à un état plus calme/moins bavard. Mon neurone a tendance à me causer beaucoup (et pas toujours de manière très agréable) – c’est une manière d’avoir un peu de calme à ce moment là. En général, je me sens mieux après qu’avant.

D’autre part, et c’est quelque chose sur lequel les deux programmes insistent, la méditation « formelle » est aussi (et peut-être avant tout) un programme d’entraînement pour l’esprit. Ça permet d’apprendre à être plus conscient quand on part en boucle dans un monologue interne, et il se trouve que s’en apercevoir et prendre un pas de recul aide à ne pas se laisser engager si on n’en a pas envie. C’est évidemment pas systématique, mais ça aide, un peu. J’ai aussi mentionné un effet positif sur mon sommeil – ce qui m’est assez précieux. De manière intéressante, j’avais aussi une vague tendance à boire accidentellement un coup de trop (rien de problématique, mais ça arrivait), et que ça semble ne plus arriver. Difficile à dire sur une période aussi courte, mais je crois que ça m’aide à détecter de manière plus fiable qu’il est temps de repasser à l’eau 😉

Tertio, en ce qui me concerne, avoir construit l’habitude de porter mon attention sur ma respiration me fournit une « ancre » parfois bien utile dans des situations difficiles (trop de bruit, trop de monde, trop d’émotion, trop.)

Et tu vois des aspects négatifs ?

J’en vois pas trop. Parfois une méditation se passe pas trop bien et fait ressortir des trucs pas marrants. En général la fois d’après ça va mieux ; c’est aussi une catharsis, j’imagine. En ce moment, j’ai un vague agacement sur le fait que j’ai l’impression d’avoir l’esprit qui s’évade plus facilement pendant la méditation ; je sais pas si je me rends plus compte ou si je relâche une attention qui était peut-être « trop » soutenue. Ça va probablement s’arranger (ou bien ça ira mieux, ou bien j’apprendrai à vivre avec 😉 ).

Sinon, ça prend un peu de temps et c’est pas forcément une routine facile à mettre en place au début, même pour dix minutes ; à titre personnel c’est devenu assez rapidement (du moins, au deuxième essai 😉 ) quelque chose que je choisis de faire et que je fais avec plaisir plus qu’une contrainte d’un truc que je « dois faire parce que j’ai décidé que je voulais faire ça tous les jours ».

Bon, et il y a probablement des contre-indications sur certains problèmes de santé (mentale ou physique), mais ça semble pas s’appliquer à moi 😉

Bon, et tu peux refiler des liens sur ce dont tu causes ? T’as des trucs en français ?

Non, j’ai rien en français, malheureusement (à part les traductions des bouquins qui ont été traduits). J’imagine qu’il existe des ressources en français aussi, mais j’ai pas testé de première main, donc si quelqu’un a des opinions, ces opinions sont les bienvenues en commentaire 🙂

EDIT : on vient de me refiler une paire de références en français, je les ajoute ci-dessous.

Pour ce dont j’ai causé dans ce billet, donc :

  • Les bouquins :
    • 10% Happier, de Dan Harris – un mémoire à propos de méditation, écrit par un type qui partait profondément sceptique sur le sujet. Plutôt abordable, parfois drôle, mais peu pratique.
    • Meditation for Fidgety Skeptics, du même Dan Harris – là c’est le côté pratique du bouquin précédent, avec une approche « les gens, vous devriez tous méditer, et je vais vous expliquer comment passer outre vos objections ». Pas mal d’anecdotes marrantes, du conseil pratique, et plutôt drôle aussi.
    • The Mindful Path to Self-Compassion, de Christopher K. Germer – là on est plus dans le bouquin de développement personnel, mais pour une approche plus standard c’est peut-être pas un mauvais bouquin. Dans tous les cas y’avait des trucs intéressants.
    • Au coeur de la tourmente, la pleine conscience, de Jon Kabat-Zinn – celui-là je l’ai pas lu, mais on m’en a donné la référence par ailleurs, c’est la traduction de Full Catastrophe Living: Using the Wisdom of Your Body and Mind to Face Stress, Pain, and Illness.
  • Les apps :
    • Headspace – probablement une des apps les plus utilisées, c’est un peu le mammouth du domaine, j’ai l’impression. Y’a un essai gratuit sur le pack de base (les dix premières sessions), par contre pour le reste du contenu c’est sur abonnement seulement (le plan à l’année revient à $8/mois).
    • 10% Happier – c’est l’autre app que j’ai commencé à utiliser. Y’a plus de contenu gratuit ; en particulier il y a aussi le contenu qui va avec le bouquin qui constitue un « cours » (au sens de l’app) et qui fournit plus de contenu que le contenu gratuit de Headspace. (Le plan à l’année revient à 6.67 CHF par mois d’après mon app, sais pas quel est le taux de conversion). J’ai pas encore payé pour 10% Happier, mais je ferai probablement ça dans un futur proche.
    • Petit Bambou – une app de méditation guidée en français, pas testée personnellement.
  • Une paire de vidéos pour faire bonne mesure :
    • Get some Headspace – un talk d’Andy Puddicombe à Google où il présente plusieurs approches de méditation, j’avais trouvé ça intéressant (par contre ça dure une heure et demie) ; y’a plusieurs bouts de méditation dedans, c’est un mini-atelier pour tester plusieurs trucs.
    • All it takes is 10 mindful minutes – le même Andy Puddicombe, mais sur un format 10 minutes d’un TED talk.

Et à part ça ?

Ben je crois que j’ai dit tout ce que je voulais dire a priori. Par contre je veux bien répondre si y’a des questions 😛