#balisebooks caniculaire

Hop, je reprends le clavier dans l’espoir de virer encore un peu du backlog de cette année. Y’a beaucoup de Scalzi dedans, et encore j’ai aussi relu Redshirts.

Looking for Alaska – John Green (Qui es-tu Alaska ? en français) – l’histoire de Miles, fasciné par les derniers mots des gens, qui arrive au lycée dans un internat et rencontre le Colonel (son co-piaule) et Alaska, la fille « cool-mais-quirky » (ou peut-être « quirky-mais-cool » ?) qui gravite autour. Le bouquin est séparé en deux parties « Avant » et « Après » avec un décompte des jours au fur et à mesure qui laisse une tension du « qu’est-ce qu’il se passe au milieu ? » même si on se doute assez de la réponse. Je sais pas trop, j’ai moins accroché qu’à d’autres Green.

All Systems Red – Martha Wells (pas encore de traduction française) – de la SF spatiale option catastrophe racontée du point de vue d’un robot de sécurité conscient. Je dois avouer que ça m’a pas laissé un souvenir impérissable, mais je crois que le neurone était pas en forme à ce moment-là, alors c’est plausiblement pour ça.

The Summer Seaside Kitchen – Jenny Colgan (Une saison au bord de l’eau, en français) – l’histoire de Flora, qui habite à Londres après avoir quitté Mure, son île écossaise, plusieurs années auparavant, et qui se retrouve à devoir retourner à Mure pour raisons professionnelles. Et à faire des tartes. Plutôt mignon et plaisant à lire. Et pour le reste, Janine en cause mieux que moi.

The Android’s Dream – John Scalzi (pas encore de traduction française) – du bon gros n’importe quoi à base de moutons bleus ultra-rares mais ultra-importants, d’incidents diplomatiques, de personnages smart-ass, et un peu « Scalzi fait du Cinquième Élément » (et c’est bien).

The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle – Stuart Turton (pas encore de traduction française) – ça, c’était très bien. Tordu, mais très bien. Le bouquin commence alors que le narrateur court dans un bois, qu’il ne se souvient de rien, et un coup de feu retentit. Il finit par recoller quelques morceaux de son identité, mais manque de bol, le lendemain il se réveille dans la peau de quelqu’un d’autre, dans le même manoir avec les mêmes gens et le même jour, mais presque tout aussi paumé (à part qu’il se souvient de la veille). En gros, on prend Agatha Christie (option La Maison Biscornue), Un Jour sans fin,  et une pincée d’ambiance sombre et malsaine, on remue un grand coup, et on obtient Seven Deaths. Et Armalite en cause mieux que moi aussi.

City of Bones et City of Ashes – Cassandra Clare (La Cité des ténèbres et L’Épée mortelle, en français) – de la fantasy urbaine YA plutôt cool à base de chasseurs de démons. C’est l’histoire de Clary, qui se retrouve par hasard engagée dans des choses qu’elle n’aurait pas dû voir, et qui découvre l’existence des nephilims, des vampires, et des autres machins surnaturels qui gravitent autour de tout ça. Un vague feeling « Harry Potter croisé avec Buffy et le tout se passe à New York ». Très lisible, et les personnages sont plutôt cool (et y’en a une qui s’appelle Isabelle, ça crée des liens). Y’a une série télé basée sur le matériau (Shadowhunters), faudra que j’y jette un œil.

Don’t Live for Your Obituary: Advice, Commentary and Personal Observations on Writing, 2008-2017 – John Scalzi (pas encore de traduction française) – une collection d’essais de Scalzi à propos d’écriture et d’édition, pour une bonne partie reprise de son blog, et globalement une lecture intéressante.

The Loveliest Chocolate Shop in Paris – Jenny Colgan (pas encore de traduction française) – c’est l’histoire d’Anna qui se retrouve par un concours de circonstances à aller travailler pour un maître chocolatier parisien. Sympathique et chocolaté.

Full Catastrophe Living – Jon Kabat-Zinn (Au coeur de la tourmente, la pleine conscience en français) – un gros pavé à propos de méditation, de pleine conscience, et tout ce genre de choses; essentiellement un manuel de « comment ça marche le MBSR » (Mindfulness-Based Stress Reduction, un programme basé sur la pleine conscience développé par le dit Kabat-Zinn utilisé en particulier pour des gens qui souffrent de douleurs chroniques). Beaucoup de choses très intéressantes ; j’ai eu un peu du mal au début sur le concept « Monsieur Machin qui souffre de ça et ça est venu chez nous et pouf en huit semaines ça allait mieux », mais une fois recadré le « c’est bon mec ton truc c’est la panacée on a compris » en « ok, tu présentes beaucoup d’exemples pour que les lecteurs s’y retrouvent » ça passe mieux.

Astrophysics for People in a Hurry – Neil deGrasse Tyson (Petite excursion dans le cosmos, en français) – un tout petit bouquin pour présenter des bases d’astrophysique. C’est bien écrit et globalement accessible. Par contre ça aide pas à mon problème de « vertige conceptuel » sur l’échelle de l’Univers – chais pas vous, mais moi j’ai litéralement la tête qui tourne quand je pense aux grandes échelles d’espace et de temps.

Adulthood is a Myth, Big Mushy Happy Lump et Herding Cats – Sarah Andersen (Les Adultes n’existent pas, pour le premier, et pas encore de traduction française pour les suivants) – une collection de comics « le quotidien d’une femme un peu plus jeune que moi », les Sarah’s Scribbles (http://sarahcandersen.com) que j’aime beaucoup.

Head On – John Scalzi (pas encore de traduction française) – la suite de Lock In, dans le même univers, dans lequel on suit les enquêtes de Chris, détective Haden (le syndrome d’Haden paralyse les gens, mais il existe des « threeps », sortes de robots contrôlables à distances par les Haden), qui cette fois-ci enquête sur la mort d’un joueur d’Hilketa, le sport Haden par excellence où les threeps des joueurs jouent au football américain avec la tête de l’un d’entre eux. Je me suis vraiment régalée avec celui-ci. Je sais pas si Scalzi a des plans pour un Lock In 3, mais j’aimerais bien 🙂

S’il ne fallait en lire qu’un… eh, j’ai vraiment bien aimé Head On.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.