Et quatre semaines.

Carlos Delgado [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons
Carlos Delgado [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons

Bon. Voilà. Mission accomplie : j’ai publié un billet sur ce blog tous les jours pendant quatre semaines. Je voulais me remettre à blogger un peu, reprendre l’habitude, tout ça – voilà qui est fait.

En pratique, la contrainte du « tous les jours » est probablement pas vraiment viable, parce que j’ai du mal à avoir un truc à dire par jour. J’ai eu l’impression de tirer à la ligne (au billet ?) quelques fois pendant ces quatre semaines, alors il faut pas rêver que ce soit viable sur le long terme. Je veux pas non plus faire de ça une priorité ; c’était bien pour ce mois-ci, j’y ai passé pas mal de temps, au détriment d’autres choses. L’expérience était néanmoins intéressante et j’en ai tiré quelques conclusions.

  • La première conclusion, c’est que j’ai pas hésité à « tricher » : mon objectif personnel était de publier un billet par jour, pas d’en rédiger un tous les jours. J’ai eu quelques jours où j’ai écrit 2, 3 billets, postés au rythme d’un par jour, et ça allait bien aussi. Ça, c’est un enseignement que je garde pour la prochaine fois où je tente un challenge du genre « une photo par jour » : il faut que je m’autorise à tricher de la même manière, sinon c’est pas viable non plus (ce qui a été prouvé moult fois par mes tentatives précédentes de ce genre de challenge). Il y a des jours où on a plus de temps et de motivation que d’autres, c’est comme ça.
  • Les #balisebooks sont plus agréables à écrire depuis que j’ai décidé que ceux qui voulaient pas de spoilers ils avaient qu’à pas lire.
  • J’aime bien le concept du vrac du dimanche, je crois que je vais le garder.
  • J’ai quelques billets « séries » et quelques billets « jeux » à écrire, je vais probablement faire ça aussi.
  • J’ai envie de re-causer un peu d’informatique théorique et de maths, je l’ai pas fait ce mois-ci parce que c’était des billets trop longs à écrire pour en publier un par jour (effet pervers de la contrainte). Donc je vais faire ça à l’occasion (j’ai une paire d’idées sous la main). Pareil pour o< cuisine, j’ai plein de trucs à dire sur o< cuisine, et j’ai pas pris le temps de le faire ce mois-ci (parce qu’un billet o< cuisine, ça prend facilement plusieurs heures à rédiger), mais ça me manque.

Bref. Le rythme effrené de publication de ces dernières semaines va probablement re-ralentir, mais j’ai bon espoir d’arriver à maintenir quelques billets par semaine quand même. Le fait de me « contraindre » à publier une fois par jour m’a permis de relancer la machine, on va essayer de garder un peu d’élan, que ce soit pour ici ou pour o< cuisine.

Flattr

Les plus observateurs d’entre vous auront remarqué l’apparition, depuis quelques semaines, d’un bouton vert « Flattr this » en bas des articles de ce blog (et de o< cuisine (qui est en carafe là tout de suite maintenant mais on y travaille)).

Flattr est une plateforme de micro-paiements avec un principe assez simple. Tous les mois, on dit combien on veut mettre dans la machine (il y a un montant automatique) ; pendant le mois, on peut cliquer sur les boutons Flattr ici et là qui traînent sur le web (il y en a peu, j’y reviendrai) et, à la fin du mois, le montant est redistribué équitablement aux gens chez qui on a cliqué. Flattr se « sert » au passage de 10% sur les montants distribués – l’infra c’est pas gratuit non plus. Il y a aussi un système d’abonnements pour pouvoir envoyer un Flattr tous les mois.

En fait, à la base, j’ai créé un compte Flattr parce qu’il y a « plein » de gens que j’aime bien qui ont un bouton Flattr sur leurs blogs (Matthias, Alias, Grégory, Ploum, et, depuis que je le lui ai suggéré à grands coups de pieds au cul, Delphine (qui ferait bien d’en faire autant sur son blog « principal » aussi d’ailleurs) – et si j’en oublie vous m’en voyez fort désolée (n’hésitez pas à râler dans les commentaires). Donc, j’ai créé un compte pour cliquer sur les boutons.

Et là je me suis rendue compte que mon « plein », ben en fait il était pas si « plein » que ça. Avant de créer un compte Flattr je voyais des boutons Flattr partout ; après l’avoir créé je n’en voyais plus nulle part. Ou plus exactement, « tiens, je cliquerais bien sur un bouton Flattr, dameunède, yen a pas ». Du coup, j’ai ajouté un bouton sur les miens, de blogs – parce que si ça m’agace de pas en trouver sur certains blogs, je me dis que peut-être éventuellement ça pourrait agacer de pas en trouver sur les miens. Pas que j’espère en tirer quoi que ce soit à part de quoi recliquer sur des boutons Flattr (et encore 😉 ), mais c’est peut-être aussi une manière de diffuser le truc qui, je pense, est plutôt une bonne idée.

Donc, voilà, il y a des boutons Flattr chez moi, et j’aimerais bien en trouver chez vous aussi. Juste pour avoir le plaisir de dire « tiens, c’est drôlement chouette ce que tu as pondu là, tiens, voilà un petit token de mon appréciation » 🙂

Lancement en fanfare : Menus Solo

Bien bien bien. Ceux qui lisent avec attention les commentaires de mon blog (heu, je ne sais pas s’ils sont nombreux) et/ou mon Twitter (ben, pareil) ont peut-être vu passer une allusion plus ou moins discrète à Menus Solo. Pour reprendre le paragraphe de présentation rédigé il y a presque deux semaines :

Je travaille à la maison et, le midi, je déjeune toute seule. J’ai décidé d’ouvrir ce mini-blog pour donner, au jour le jour, les idées de menu qui me traversent la tête : ça peut donner des idées aux gens qui sont dans la même situation que moi pour sortir de la routine !

Voilà, c’est rigolo, ça prend 5 minutes par jour à tout péter (le temps que le repas cuise, finalement) et j’arrive presque à la dizaine de billets, soit une quantité qui me permet d’affirmer que ça fait pas partie des trucs que je lance un jour et qui sont morts au bout de deux 😉

Et sinon, c’est là : Menus Solo : http://menusolo.wordpress.com/ (oui, c’est chez WordPress pour l’instant, j’ai voulu ouvrir ça vite sans me prendre la tête pour l’install & compagnie, on verra ptêt un jour pour le rappatrier chez moi, pour l’instant c’est bien là-bas.

Ah, et je ne suis pas contre une collaboration occasionnelle ou non, un compte WordPress c’est pas bien long à créer et c’est tout ce qu’il faut 🙂 Voilà !

(billet dupliqué sans vergogne sur o< cuisine

Attention, peinture fraîche

Bon, après une attente relativement longue et un suspense quasi insoutenable, ayé, j’ai ma deuxième Dedibox… et vous êtes dessus !

« Pourquoi donc ? » allez-vous me demander. La précédente marchait trèèèès bien et j’en suis toujours trèèès contente. Mais, à force de dire aux copains « ah attends, t’as besoin d’un peu de place ? ça PEUT s’arranger ! », la dédi était devenue un peu heu… bordélique.

J’ai envisagé de ranger « sur place », mais j’ai à moitié tout pêté, alors c’était pas une bonne idée. Donc, nouveau serveur, rangement, tout ça.

J’ai dû repasser d’Ubuntu à Debian : le rangement a impliqué la mise en place de vservers, Ubuntu n’avait pas de noyaux vservers, et je dois l’avouer : je ne suis plus capable, à mon grand regret, de compiler un noyau. Le fait de devoir faire ça à distance et d’avoir pour seul indicateur « ça fait 10 minutes que j’ai rebooté, je crois que c’est mort » n’a certes pas dû aider.

Bref, voilà. J’en ai profité pour changer de thème (donc oui, Miod, le rose tramé, c’est voulu 🙂 ), c’est l’été, assumons la girlytude (fait tellement chaud ici que je me mets même en robe, c’est dire), the show must go on ! (D’ailleurs Queen + Paul Rodgers est en tournée en septembre en Europe.)

L’antenne d’émission déménage…

Bon, ça y est, c’est officiel, les déménageurs débarquent demain matin (modulo les grèves et les bouchons consubstantiels)… Probable que la prochaine émission de ce blog vienne de Zürich.

Pour les gens qui me (nous) connaissent, on a attaqué un 2e blog (bon, un 3e en comptant le o< cuisine) pour nos pérégrinations personnelles, mariage, déménagement, tout ça. Je vais pas en publier l’adresse ici parce que bon ; si vous voulez suivre nos zaventures au pays des ptits suisses envoyez moi un ptit mail ou un message dans les commentaires et je vous ferai suivre le bouzin.

Voili voilou ! Sur ce m’en vais éteindre la machine (snif) et démonter les disques durs (parce que je préfère les trimballer moi-même, pas que j’ai pas confiance, mais bon, un accident est si vite arrivé, surtout dans un entrepôt qu’on sait pas comment il est géré, probablement bien, mais honnêtement, vous feriez pas la même chose ?).

Un nouveau blog prometteur

Juste un « coup de pub » pour un ami qui vient de lancer NoBoX, chercheur en simplicité. Seulement 5 billets pour le moment (mais à un rythme que je n’ai jamais tenu, surtout pour des billets de cette longueur), et fort intéressants. J’ai particulièrement apprécié le compte-rendu sur les Vélib et celui sur le Motofone F3.

Affaire à suivre… 🙂

Et paf un nouveau thème

J’en avais marre du thème précédent, les polices étaient pas claires, c’était pas top, et j’avais pas envie de me taper de l’adapter. Du coup PAF on change, un peu au hasard je dois dire, mais celui-là me plaît bien. Ya plus de muffin, mais ptêt il reviendra un jour. Ou alors autre chose… C’est l’intérêt de ce genre de thème assez simple (comme l’était Deluxe Pron), c’est qu’on peut y ajouter une touche à soi sans trop de problème. Bref !

Bienvenue Bubble donc.