Renommage de dossiers de photos

Je me souvienais avoir tweeté cette ligne de Bash il ya a quelque temps. En ayant besoin aujourd’hui, je l’ai donc cherchée. Le truc de recherche de Twitter craint assez, donc j’ai pris l’option bourrine mais néanmoins couronnée de succès : j’ai collé le RSS de mon Twitter dans Google Reader et fait une recherche dans Google Reader. Même pas dur 😉

Du coup, pour la prochaine fois que je la cherche, la voici :

for i in *_*; do mv $i 2010-`expr substr $i 7 2`-`expr substr $i 5 2`; done

Pour la sémantique, ben… mon appareil photo Pentax enregistre les photos sous un dossier XXX_jj-mm où XXX est un numéro incrémenté pour chaque jour de prise de vue, en commençant à 100, et en commençant à 100 à chaque fois que la carte mémoire est vidée, jj le jour, mm le mois. Je renomme donc mes dossiers de photo en 2010-mm-jj (et faudra que j’update la ligne dans quelques mois, dur.)

Ya probablement plus élégant, mais ça ça marche 😉

J’aurais probablement aussi pu ouvrir le manuel de l’appareil photo pour voir s’il y avait moyen de modifier le nom des répertoires créés.

Bah…

Figurines et autres divagations

Je me suis rendue compte hier que ça faisait bien longtemps que je n’avais rien écrit ici… Donc, pour ceux qui n’ont pas d’autre contact avec moi que via ce blog, oui, je suis toujours vivante 😉

À part ça… ben j’ai fait des trucs divers et généralement variés, incluant, dans un ordre non pertinent :

  • bouquiner
  • jouer à WoW (dramatique)
  • peindre des figurines et jouer à Warhammer 40K
  • jouer à D&D 4E
  • cuisiner
  • bosser (oui, un peu quand même)
  • faire un poil de volontariat
  • socialiser
  • jouer avec mon Pentax
  • dire des conneries sur Twitter et Facebook
  • regarder des films zet des séries (mon abonnement récent à dvdfly me permet de réparer mes lacunes culturelles importantes)

(Au départ, je voulais faire un billet sur nos débuts à Warhammer 40K… Non, je ne divague pas !) (bon, d’accord.)

Donc, Warhammer 40K. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un jeu tout en finesse et en délicatesse : deux armées de N figurines, un jeu de règles, une table, et BASTOOOON. Plus d’informations sur le site de Games Workshop. Monsieur le Chien a d’ailleurs fait une planche assez bien vue sur le sujet 😉

Tout a commencé par une journée quelconque de je sais plus quand où Pierre et moi faisions la tournée des boutiques de jeux parisiennes. Et là, le drame, je me souviens d’un Games Workshop pas bien loin du boulevard Saint-Michel. Curieux plus qu’autre chose (bon, Pierre avait quand même plus ou moins l’intention d’investir dans un bouquin de règles pour utiliser ses figurines de Space Crusade, c’était donc pas SI innocent que ça. On est repartis de la boutique avec une boîte d’Assaut sur Black Reach, une boîte de peinture de base et une bombe de sous-couche noire. Il faut dire qu’on avait eu droit à une démo de peinture et une démo de partie – ya pas à dire, ils savent y faire 😉 (Et nous sommes faiiiibles). Depuis, on a racheté un détachement ork et un détachement space marines, de multiples peintures, des pinceaux, des lavis, des figurines individuelles, un bouquin de règles supplémentaire (avec le fluff, et en anglais), les codex pour les deux armées…

Première conclusion : ce truc est un gouffre financier.

Depuis, on colle (parce qu’il faut coller les figurines pour jouer avec), on peint (avec une régularité plus discutable), et on joue… généralement le WE, avec des WE avec et des WE sans. Et on essaie de maîtriser les règles.

Deuxième conclusion : les règles de ce truc sont complexes. Et parfois pas tout à fait suffisamment claires – mais vue la complexité du truc, honnêtement, pas vraiment de quoi se plaindre. Ça submerge un peu au début, mais en prenant les trucs petit à petit on finit par s’en sortir. Conseil : ne pas essayer de commencer avec une partie à 1500 points et des terrains complexes. Déjà essayer de piger les règles de base avec une unité de chaque côté, c’est déjà pas mal. Note au passage : investir dans les Codex (bouquins de règles spécifiques aux armées) est lourdement conseillé. Les choses y sont nettement plus claires – et l’ajout de règles spécifiques évite l’impression « Warcraft » avec deux armées fondamentalement identiques à la couleur du sprite près. Notons au passage que les traductions françaises sont excellentes.

Troisième conclusion : c’est vraiment un fichu bon jeu. L’équilibre général du truc est tout bonnement bluffant. En gros, chaque figurine et chaque unité se voit associer un nombre de points (avec des modificateurs pour les options) et, pour construire les armées, on choisit un nombre de points et chacun fait sa tambouille dans son coin. Et c’est réellement très, très bien fichu. Chaque unité est un compromis, et tout ça se compense superbement. Impossible de savoir en voyant la table initiale qui va péter la tronche de l’autre. Même si évidemment, c’est les orks qui vont gagner.

Quatrième conclusion : on a dans un coin de dépôt Git un début d’ébauche d’outil pour aider à la construction des armées et à l’impression des fiches d’armées, parce que ça reste assez imbitable 😉

Quant à la peinture… J’avoue que j’ai toujours admiré les gens qui peignent les figurines. Une belle figurine bien peinte, c’est vraiment un truc qui m’impressionne. Du coup, j’ai toujours un peu voulu essayer, sans vraiment avoir l’occasion. Et avec la vague impression que de toute façon je n’arriverai qu’à faire un pleurk sans nom. Et finalement… Bon, ceux qui me connaissent savent que je ne brille pas par mon soin ni par mes talents artistiques. Mon jugement est évidemment modifié par ça. Mais avoir un truc qui a une gueule décente, même pour moi, c’est faisable. Une paire de remarques :

  • Les couleurs foncées pardonnent plus que les couleurs claires.
  • Un bon pinceau (voire plusieurs bons pinceaux) aide beaucoup. Les pinceaux Citadel sont bien mais chers ; les pinceaux Revell qu’on a achetés pour voir étaient très bon marché mais valaient vraiment pas plus.
  • Les peintures métalliques sont chiantes à mélanger (mais ça rend bien).
  • On n’a pas vu de différence de qualité entre les peintures Citadel et Revell. Évidemment, les teintes et les noms de teintes sont pas les mêmes.
  • Le brossage à sec plus clair améliore grandement l’aspect des figurines.
  • L’utilisation de lavis est encore plus drastique de ce point de vue : ça rend VRAIMENT ouachement mieux.

Voilà voilà, c’était quelques remarques en vrac…

Ah, et bien sûr… WAAAAAAAAGH!