Bienvenue chez les ch’tis

Au début du film, un vieux doute. L’option « oh la la mon pov vieux, c’est pire que si t’étais viré, t’es muté à Bergues » m’a fait un peu peur. Voire gênée, Mais bon, premier vieux fou-rire avec l’apparition de Galabru (« les chiens ils sont cheutemi, les chats ils sont cheutemi… ») et de là ça s’arrête plus vraiment.

Ce film est drôle. Drôle comme « rire de bon coeur ». Une vilaine longueur vers le début-milieu pendant la tournée à vélo, mais globalement bien rythmé. Kad Mérad manque un peu d’accent et s’adapte un poil trop vite, mais, bon. Line Renaud qui sort un « j’dirai rien…mais j’en pense pas moins ! » m’a vraiment, vraiment beaucoup fait rire. Et puis, bon, quoi, voilà, c’est drôle. Et c’est tout émotionnant à la fin (l’a fallu sortir les mouchoirs pour les deux didiches que nous sommes Sandrine et moi 😉 ). Ptêt pas de quoi comprendre les XX millions d’entrées, mais… bon, un bon film, quoi.

Après, le problème, c’est que ça file une furieuse envie de maroilles. Déjà que j’ai pas besoin de ça…

Bluffant

Allez, je me la joue Ultra-Vite et je file juste un lien : http://gizmodo.com/368651/new-video-of-bigdog-quadruped-robot-is-so-stunning-its-spook.

L’aspect militaire de la chose est flippant (je veux dire, même si ça avait pas été financé par le DARPA, les applications militaires seraient évidentes).

L’aspect technique est… « ouaou ».

[Challenge ABC] C – Carrière, Jean-Claude – La controverse de Valladolid

Je profite du Challenge ABC pour lire les bouquins qui traînent dans la bibliothèque et que je n’ai pas encore lus… pour la majorité, ceux de Pierre, éparpillés ça et là parmi les miens 🙂

La Controverse de Valladolid en fait partie. La quatrième de couverture est pour une fois assez représentative du contenu du livre, donc je vais la citer sans plus de scrupule :

En 1550, une question agite la chrétienté : qui sont les Indiens ? Une catégorie d’êtres inférieurs qu’il faut soumettre et convertir ? Ou des hommes, libres et égaux ? Un légat envoyé par le pape doit en décider. Pour l’aider, deux religieux espagnols. Tout oppose Ginès de Sépulvéda, fin lettré, rompu à l’art de la polémique, et Bartolomé de Las Casas, prêtre et homme de terrain ayant vécu de nombreuses années dans le Nouveau Monde. Le premier défend la guerre et son cortège d’atrocités au nom de Dieu. Le second lutte contre l’esclavage des Indiens.

Ce petit (250 pages, à peu près) livre se lit à la vitesse V. Les incultes comme moi qui n’avaient à peu près jamais entendu parler de ces événements verront enfin de quoi il s’agit. Tout le bouquin se structure autour de dialogues, principalement entre les deux protagonistes de l’affaire. Ça rend l’ensemble assez vivant et j’ai beaucoup apprécié la rhétorique employée. Et… la petite dizaine de pages de la fin laisse un peu « sur le cul ».

Carrière indique en préface qu’il n’est pas certain, historiquement, que les deux hommes se soient rencontrés et que certains éléments « dramatiques » sont le fait de la narration romancée. Cependant, il estime les arguments théologiques avancés dans l’ouvrage comme fidèles à la réalité qui a été retranscrite.

Bref, une lecture agréable et intéressante.

WMII et MPC

Depuis que je traîne avec des lutins, j’ai appris pas mal de choses et en particulier l’existence de wmii, un gestionnaire de fenêtres qu’il est bien. J’en ai profité pour virer pas mal d’appli KDE, y compris AmaroK qui commençait de toutes façons à me les courir. Je l’ai remplacé par mpc/mpd avec des bindings clavier convi pour wmii.

La config est . Un jour, je ferai un billet plus complet sur wmii et un sur mpc. Si vous êtes sages et si j’ai pas trop la flemme.

[Challenge ABC] B – Bukowski, Charles – Contes de la folie ordinaire

Bukowski me hante depuis que je suis au lycée. J’étais alors rédac’chef du (petit) journal du (petit) lycée, qui s’appelait le Léonard et qu’on vendait 2F à la récré pour rentrer dans les frais des photocopies.

Une copine à moi, Diane, avait écrit un article/critique de livre sur Bukowski et il me semble bien que c’était sur celui-ci. À la lecture de sa critique (Diane écrivait très bien. Je me demande ce qu’elle est devenue.), j’ai reculé. J’ai pas osé lire le bouquin.

Dix ans après, je ne regrette pas d’avoir attendu. C’est pas un bouquin à faire lire à une môme de quinze ans (surtout à moi à quinze ans 🙂 ). D’ailleurs, le titre anglais, Erections, Ejaculations, Exhibitions and General Tales of Ordinary Madness serait peut-être pas passé dans le journal du lycée (le proviseur avait un droit de regard dessus avant publication).

Que dire ? J’ai reproché à Beigbeder (du peu que j’en ai lu, c’est à dire un bouquin dans le challenge de l’an dernier) de faire du « trash pour le trash ». La même « critique » s’applique à Bukowski. Sauf que le personnage de Bukowski, en soi, me paraît bien plus crédible dans ce rôle que Beigbeder qui passe un peu trop bien à la télé. Ah, et Bukowski est bien plus drôle et cynique.

Bref, on va dire que je me suis surprise à bien aimer. C’est un bouquin de très courtes nouvelles, on les apprécie forcément plus ou moins… J’ai un faible pour Le Petit ramoneur où le narrateur se voit… rétrécir.

Des attaques gratuites

Le serveur qui héberge ce blog (entre autres) est tombé samedi après-midi (et revenu en ligne lundi). Tout un tas de raisons, un enchaînement de boulettes… allez, je raconte, je passerai pour une andouille (mais ça j’ai l’habitude 😉 ) mais peut-être que ça sera formateur pour d’autres, on sait jamais 😉

Erreur 1 : quand j’ai signé pour le serveur, j’ai pris un login que j’utilise très peu (et que deux ans après je n’ai pas envisagé avoir utilisé) et j’ai associé le serveur à une adresse yahoo (ce qui n’est plus possible actuellement, c’est pas plus mal). Je sais toujours pas bien ce qui m’a pris. Je devais être bourrée.

Erreur 2 : j’ai laissé expirer ladite adresse yahoo. L’accident bête, au bout de 4 mois sans accès, Yahoo efface les archives et désactive le compte. Et donc le mail qui a dû exister à un moment me disant « au fait, tes informations de contact, c’est ça ».

Erreur 3 : j’ai bien évidemment oublié le login de la console d’administration du serveur. Je m’en suis rendue compte ya un mois. J’ai vu la procédure à ce moment là : « envoyez un fax à tel numéro et contactez l’assistance technique ».

Erreur 4 : j’ai procrastiné et je me suis pas remuée pour remettre la main sur mon login.

Erreur 5 : j’ai voulu changer le noyau du serveur. Je reboote une première fois, damned je suis revenue au premier noyau de la box, j’ai pas modifié GRUB. Je modifie GRUB, je me plante (putain de numérotations à partir de 0) (ou de 1) (je sais plus) et donc mon serveur s’est retrouvé en mode single sans accès à rien. Et moi comme une andouille sans console d’amin, un samedi après-midi, avec une brique au bout du SSH. L’accident bête.

De là, je passe sur le forum, finis par envoyer un fax (merci papa), je commence à me prendre une première réflexion « Et tu administres des serveurs depuis longtemps pour avoir mis ton adresse de contact administratif sur une adresse yahoo ? ». Je SAIS que j’ai fait une connerie. Ya deux ans, quand j’ai signé pour le serveur. Je suis déjà dans tous mes états d’avoir paumé mon serveur (ya mon mail dessus… ceux qui me connaissent voient dans quel état je suis quand j’ai pas accès à mon mail).

Pierre me configure son serveur sur lequel j’ai mon MX secondaire pour que je puisse lire mon mail et passer un WE à peu près serein.

Lundi midi, pas vraiment de réponse sur le forum, je décide de tenter de passer sur l’IRC. Je tombe sur un des admins qui après les vérifications d’usage me rend mon login (qu’il en soit remercié). Je laisse un message sur le forum en disant que je suis passée sur IRC et que tout est réglé (et en repassant quelques remerciements). La même personne demande si quelqu’un a les logs parce que « ça a dû être la fête ». Et en explicitant au post d’après : « Il y a toujours quelque chose de lol une nana sur irc avec les geeks. »

Je commençais à trouver que l’environnement geek en général devenait plus girl-friendly et moins lourd. Je commençais à laisser tomber mes défenses. Je commençais à me comporter comme un être humain et pas comme une minorité étrange. Je commençais à ne plus voir l’intérêt des « havres » que mettent à disposition des projets comme Linuxchix ou Ubuntu-women.

Je viens de perdre mes illusions. Fragiles, visiblement, puisqu’une seule personne a réussi à me les faire perdre. Mais ça fait mal quand même.

Alors ouais, c’est une personne, isolée. Une autre personne a d’ailleurs très bien répondu en parlant de stéréotypes. Mais sur ce, je m’en vais quand même aller remettre mon armure. En espérant qu’elle me protège contre les prochains coups (très) (très) bas.