#balisebooks – The Stand / Le Fléau – Stephen King

Post original : https://plus.google.com/u/0/106223694077555758612/posts/SAi1y2P27HF

J’ai fini The Stand / Le Fléau, de Stephen King, la semaine dernière. Peut-être que je devrais dire que je l’ai re-fini.

J’ai une relation bizarre avec les bouquins de Stephen King. Si je me souviens bien, j’en ai lu pas mal quand j’étais au collège (ils faisaient partie des plus lus au CDI), mais j’ai apparemment toujours évité les « classiques » (jamais lu Carrie ou Ça, je crois.)

Après, pour une raison qui m’échappe, j’ai décidé que le style de King m’agaçait – au moins dans sa traduction française ; à l’époque, il me paraissait grandiloquent (rétrospectivement, je sais pas trop pourquoi), et du coup, je n’en n’ai pas lu pendant… une quinzaine d’années, probablement. Et puis l’année dernière, sur recommandation de Sandrine, j’ai lu On Writing, toujours de King. J’ai adoré : c’était drôle, intéressant, et m’a donné envie de redonner une chance à ses romans.

Le Fléau est le King dont je me souvenais le plus ; je crois que je l’ai lu au moins deux fois au collège, donc c’est celui que j’ai choisi pour m’y remettre.

Le concept est le suivant : on commence par l’histoire d’une épidémie de super-grippe qui s’est échappée d’une base militaire et tue 99% de la population. À partir de là, qu’arrive-t-il aux survivants ? Deux communautés antagonistes finissent par se former – que va-t-il se passer ?

Et j’ai vraiment beaucoup beaucoup aimé. C’est assez long – la version complète fait environ 1350 pages selon Amazon, mais ça se lit bien, pas forcément super vite (il m’a fallu un peu plus de trois semaines pour tout lire, sans lire quoi que ce soit d’autre en parallèle, mais sans avoir des masses de temps par jour non plus, donc en fait je sais pas :P). Peut-être un peu trop de détails gore à mon gout, mais c’est juste que j’aime pas forcément faire « ewww » pendant que je lis. Mais ça s’efface vite au profit de l’histoire – parce qu’on veut vraiment savoir ce qu’il va se passer.