#balisebooks de rattrapage

Et ben, l’été est passé, et ça fait un bout de temps que le dernier #balisebooks a été publié… on va donc corriger ça ! La bonne nouvelle, c’est que je n’ai pas lu tant que ça pendant ces trois derniers mois, et du coup le #balisebooks reste raisonnable. J’ai encore quatre bouquins plus longs ou plus chronophages en route en parallèle, donc le prochain sera peut-être aussi court et/ou retardé.

The Gown: A Novel of the Royal Wedding – Jennifer Robson

(pas encore de traduction française)

Un roman historique qui suit l’histoire des brodeuses qui travaillaient pour Norman Hartnell, concepteur de la robe de la (future) reine Elizabeth II. Je voulais vraaaaiment tout adorer de ce bouquin, et c’était presque ça, à part pour un point de l’intrigue particulièrement déplaisant qui m’a paru… évitable. Et c’est dommage, vraiment, parce qu’à part ce point là, ce bouquin aurait probablement fini sur ma (toute petite) liste de « bouquins à re-lire quand j’ai besoin de réconfort ». J’ai tout de même aimé beaucoup de choses dans ce bouquin, et en particulier tous les détails à propos de broderie !

Persepolis Rising / Tiamat’s Wrath – James S.A. Corey

(Le Soulèvement de Persépolis, en français, à paraître, et pas encore de titre pour le deuxième)

Les tomes 7 et 8 de The Expanse, qui se passent après un bond dans le futur d’environ 30 ans après la fin du tome 6. Et il n’y a pas grand chose de plus que je puisse dire sans le contexte des six premiers bouquins, alors… J’avais un peu peur du concept « ah. OK. 30 ans plus tard. Ok… », parce que j’avais peur de « perdre » quelque chose. Mais ça reste tout à fait plaisant, très émouvant par moments, et j’ai vraiment hâte de lire le tome 9, prévu pour l’an prochain. Et en attendant, il me reste quelques nouvelles/romans courts dans l’univers que je n’ai pas encore lus (ce dont je me réjouis par avance).

Beyond Addiction – Kit Rocha

(pas encore de traduction française)

Tome #5 de la série de romance post-apo Beyond. Finn et Trix se connaissaient alors qu’ils vivaient encore tous les deux dans le Secteur Cinq et étaient tous les deux toxico; Trix s’en est sortie (et a fini chez les O’Kane dans le Secteur Quatre), Finn pense qu’elle est morte… jusqu’à ce qu’elle soit re-kidnappée au Secteur Cinq. La trame de fond est toujours chouette, j’ai bien aimé le couple du bouquin, les scènes chaudes sont, ben, heu, chaudes (j’ai quelques réserves à propos d’une d’entre elles, mais bon), que vouloir de plus ?

Radicalized – Cory Doctorow

(pas encore de traduction française)

Quatre grosses nouvelles/romans courts qui se passent dans des sociétés juuuuste assez différentes de la nôtre pour les appeler des dystopies, et définitivement suffisamment proches pour en être effrayantes. Dans Unauthorized Bread, Salima, réfugiée, se retrouve à devoir hacker son mini-four parce que l’entreprise qui l’a fabriqué a fait faillite. Les emmerdes suivent. Model Minority est un « remake » de Superman (contre le racisme et la brutalité de la police) – et j’avoue que ça ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. Dans Radicalized, l’absence de couverture sociale universelle pousse des gens à s’organiser et à planifier des attaques terroristes. Et dans The Masque of Red Death, on a une histoire à propos d’une communauté post-apocalyptique dans un bunker. Globalement, quatre histoires très solides – avec suffisamment d’humour pour ne pas être profondément déprimantes. La politique est de l’ordre du Non Subtil, mais en même temps, on lit pas du Doctorow si on a quelque chose contre la Politique Non Subtile 😉

The Headspace Guide to Meditation & Mindfulness – Andy Puddicombe

(Mon Cours de méditation, en français)

Headspace est une des apps de méditation que j’utilise (moins souvent que ce que je le voudrais ces derniers temps, mais bon), et Andy Puddicombe en est le visage (et la voix) public. Ce bouquin explique l’approche et la parsème de pas mal d’anecdotes, du coup c’est très accessible et drôle. J’aurais probablement plus profité du bouquin si ça n’avait pas été après des heures sur Headspace. Mais ça reste des rappels bienvenus, c’est bien écrit, et les anecdotes sont marrantes.

To Be Taught, If Fortunate – Becky Chambers

(pas encore de traduction française)

Une chronique d’une longue mission spatiale – quatre personnes sur un vaisseau, qui explorent quatre planètes très différentes. L’équipage est solide et compétent, y’a de la science, et ce roman court paraît beaucoup plus long (dans le bon sens du terme !) que son nombre de pages, et c’est krokrobien, et est-ce que je suis en train fangirler un peu trop ? naaaan….

The Long Way to a Small, Angry Planet – Becky Chambers

(L’Espace d’un an, en français)

Celui-ci est une (re)-re-lecture; Becky Chambers a obtenu le prix Hugo pour la série Wayfarers, alors j’ai relu celui-ci pour fêter ça. C’est la troisième fois que je le lis en moins de trois ans (ce qui est très rare dans ces temps d’abondance livresque), et je l’apprécie un peu plus à chaque fois. Je relirai probablement les deux autres d’ici à la fin de l’année.

Lake Silence – Anne Bishop

(Lac Argent, en français)

J’ai découvert Anne Bishop avec sa série The Others – et Lake Silence se passe dans le même univers, que j’apprécie, mais avec une autre communauté et un autre jeu de personnages. Et… j’ai pas été convaincue. J’aime toujours bien l’idée du monde, mais j’ai pas réussi à m’enthousiasmer pour cet épisode – voire, je me suis ennuyée (ça m’a paru répétitif), j’ai envisagé plusieurs fois de l’abandonner, et de manière générale j’ai été déçue.

Because Internet: Understanding the New Rules of Language – Gretchen McCulloch

(pas de traduction française, et j’imagine qu’elle n’aurait pas beaucoup de sens vu le sujet)

Un bouquin très cool à propos d’Internet du point de vue d’une linguiste en langue anglaise. Y’a des chapitres à propos de ton d’écriture, de ponctuation, d’emojis, de memes, de conversation… et globalement je me suis régalée, j’ai appris beaucoup de choses, j’ai ri plusieurs fois, et c’était de manière générale une chouette lecture très informative.

2 commentaires sur « #balisebooks de rattrapage »

  1. Je ne sais pas si c’est utile de le dire, mais ne laisse ta mauvaise expérience de Lake Silence t’empêcher d’essayer Wild Country, les deux sont très différents.

    J’ai personnellement moins aimé Wild Country, mais c’est parce qu’il y a plus de monde dedans (je préfère les histoires plus « familiales ») et que je n’étais pas très au point sur qui est qui (Marked in Flesh était un peu trop loin), donc ce n’est pas forcément transposable.

    1. Ah sisisi, c’est très utile de le dire, parce que du coup ça revient sur la liste des « trucs à lire potentiellement », alors que sinon ça serait probablement passé à la trappe 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.