#balisebooks pré-solstice d’hiver

imagesOn refait un round de #balisebooks avant Noël ? C’est parti. C’est probablement le dernier de l’année, ne nous leurrons pas 😉

1Q84 – Haruki Murakami – techniquement, j’en ai lu les trois tomes, mais vu que c’est vraiment la même histoire qui continue sur trois tomes, je vais en parler en un seul morceau. Bon, je sais pas où classer ce bouquin – on va dire « littérature générale avec une partie non-nulle de fantastique et de policier » ? L’histoire commence avec Aomame, qui découvre des trucs qui sont pas tout à fait cohérents avec ce qu’elle sait du monde. Parallèlement, Tengo se fait recruter pour un projet de réécriture étrange par un copain éditeur. Voilà, c’est essentiellement la situation de départ, et le reste appartient au bouquin. J’ai globalement bien aimé, mais j’ai un peu grommelé quand à la fin du deuxième tome j’ai vu qu’il en restait un troisième qui continuait la même histoire – à la fin, ça tire un peu en longueur. Pas qu’il y ait pas de quoi faire un truc de cette longueur là, c’est vraiment une question de « c’est pas le bouquin, c’est moi » – je sais pas si j’ai encore le goût à passer trois semaines de suite sur un bouquin 😛 (Et quant à savoir pourquoi j’ai lu la traduction anglaise plutôt que la française d’un bouquin japonais… on va dire que c’est par économie parce qu’elle était moins chère ?)

Dark Matter (même titre en français) – Blake Crouch – Jason, prof de physique, se fait casser la figure et se réveille dans un monde où sa femme n’est pas sa femme, son fils n’est jamais né, et il est considéré comme un génie de la physique – situation qui le chagrine assez, en fait. Un chouette thriller-de-SF, j’ai bien aimé.

The Paper Magician (pas encore de traduction française) – Charlie N. Holmberg – ça commence par l’histoire d’une gamine qui va à l’insu de son plein gré étudier la magie de papier alors qu’elle, ce qu’elle voulait faire, c’était étudier la magie qui fait marcher les armes à feu. Donc elle râle beaucoup, elle apprend évidemment que le papier y’a du potentiel tout de même, et les choses partent en sucette de manière prématurée et dramatique. Lisible, étonnamment gore par moments, j’ai le suivant sur mon Kindle parce que toute la série était à un prix dérisoire, donc il finira peut-être lu à un moment, mais « meh. »

Turtles All The Way Down (Tortues à l’infini) – John Green – j’aime bien John Green, comme je l’ai probablement dit il fait du John Green mais il le fait bien alors ça va. C’est l’histoire d’Aza, une lycéenne qui se retrouve accidentellement à enquêter sur la disparition du millionnaire du coin, qui se trouve aussi être le père d’un de ses amis d’enfance. Aza a aussi un trouble obsessionnel compulsif qui a un impact certain sur sa vie. Quelque part, l’histoire est presque un prétexte à l’exploration du personnage d’Aza, mais le tout tape très (parfois trop) juste. Hautement recommandé, mais attention aux nombreux feels 😉

The Girl on the Train (La Fille du train) – Paula Hawkins – un thriller qui m’a pas laissé d’impression impérissable, à part que tous les personnages sont affreux, pas un pour rattraper l’autre, et que j’ai eu du mal à croire pas mal de choses dedans. C’était pas mauvais en soi, on veut savoir la suite, tout ça, mais on en sort pas fondamentalement plus optimiste sur la condition humaine.

The Glittering Court (pas encore de traduction française) – Richelle Mead – un truc un peu bizarre à la croisée entre le roman « historique » et la fantasy – mettons « fantasy historique » ? Adelaide est une comtesse, mais ça lui plaît pas plus que ça d’être une comtesse, alors elle se fait passer pour une de ses domestiques et se fait enrôler au Glittering Court (la Cour Scintillante ?) qui « transforme » des jeunes filles de basse extraction en femmes du monde – ou du moins en approximations raisonnables – dans le but de les marier dans le Nouveau Monde. Raisonnablement lisible, on va dire. Les deux autres tomes de la série racontent apparemment la même histoire du point de vue de deux autres personnages ; il reste suffisamment de secrets et de non-dits pour que j’envisage d’en lire un deuxième, sinon les trois.

Astérix et la Transitalique –  Jean-Yves Ferri et Didier Conrad – l’Astérix de l’année, où se déroule une course de chars destinée à redorer le blason des routes de l’Empire romain. Un scénario un peu léger, mais j’ai éclaté de rire à plusieurs moments, ce qui est tout de même le principal.

Sourdough (pas encore de traduction française) – Robin Sloan – quand j’ai parlé de ce bouquin à Pierre, il m’a dit « tu lis des bouquins de hipster ». Je confirme. Le plot : Lois est ingénieur dans une boîte de San Francisco qui fait des robots, et hérite par un concours de circonstances d’un levain. Donc elle commence à faire du pain. C’est wholesome, avec juste assez de bizarre mignon, et j’ai jamais eu autant envie de bouffer du pain au levain de ma vie. (Croumch.) J’ai vraiment beaucoup aimé les premiers 80%, mais j’ai trouvé la fin pas à la hauteur.

Wenn die Haut zu dünn ist (pas encore de traduction française. Ni anglaise, d’ailleurs.) – Rolf Sellin – un bouquin à propos d’hypersensibilité. Quelques points valides mais qui manquent de practicité, une dose non-nulle de bullshit ésotérique. Eh.

Artemis (même titre en français) – Andy Weir – Andy Weir est l’auteur de The Martian que j’avais adoré, et j’attendais évidemment beaucoup d’Artemis. Artemis se passe dans la colonie lunaire du même nom, et on y suit Jazz, qui survivote vaguement principalement grâce à son activité de contrebande, jusqu’au jour où on lui propose le coup du siècle. Bon. C’est pas au niveau de The Martian. J’ai bien aimé, mais j’ai pas adoré. Le world-building est chouette, j’avais une bonne idée mentale d’Artemis et de la manière dont ça tournait. Les persos, surtout secondaires, sont assez peu mémorables. C’est sympa, mais pas grandiose, quoi.

Echo, the complete edition (pas encore de traduction française) – Terry Moore – dans le peu de comics dont j’ai une copie, il y a Strangers in Paradise, du même Terry Moore. Du coup, j’avais commencé Echo il y a plusieurs années avec le premier tome ; je suis tombée sur l’intégrale à Essen et j’ai craqué. Echo commence par une tragédie : une femme équipée d’un jetpack se prend un missile. La combinaison qu’elle porte tombe en petits éclats sur le désert en-dessous. Dans le désert en-dessous, il y a Julie, qui récupère sur sa peau une partie de la combinaison en question. Ça part évidemment en sucette. J’ai beaucoup apprécié la lecture d’Echo – suffisamment pour prendre le temps de tout lire sur papier (ce qui est rare de nos jours), même si ça m’a pris un peu de temps – l’histoire est engageante, les persos sont chouettes, par contre y’a un peu trop de gore à mon goût je crois (mais, bon.) J’ai un vague problème, c’est que des fois j’ai du mal à reconnaître les personnages :/ Je crois que c’est « moi » le problème et pas « le dessin » (je crois qu’il me faudrait un peu plus de traits vraiment saillants, qui existent dans la Vraie Vie mais moins en dessin… je crois ? bref.), mais parfois c’est un peu relou. Mais, je maintiens, Echo, c’était chouette.

A Closed and Common Orbit (Libration, en français) – Becky Chambers – la suite des Wayfarers dont j’avais vraiment, vraiment adoré le premier tome. J’avais peur d’être déçue par le deuxième tome, mais non 🙂 bon par contre je peux pas vraiment en parler sans spoiler des bouts du premier, alors je vais éviter. Je vais me contenter de dire que ça garde globalement la même positivité que le premier, même si les personnages ne sont que tangentiellement les mêmes, et que j’ai vraiment beaucoup aimé le personnage principal. Le troisième est prévu en juillet et c’est un achat automatique en pré-commande et tout ce que vous voulez. Ah, et pour mes lecteurs qui les ont lus (ou pas), si vous avez des trucs dans le même style (du « fluffy positif bisounours pas trop compliqué mais pas simpliste », je prends.

The Fifth Season (La Cinquième Saison, en français) – N.K. Jemisin – alors je sortais du Becky Chambers et j’étais à peu près sûre (encore une fois) de « tomber » vers un truc moins bien, et ben PAS DU TOUT. Voire, c’est probablement un des meilleurs bouquins que j’ai lus cette année. (C’est aussi le prix Hugo de l’an passé, et le deuxième tome (la série s’appelle Broken Earth) a raflé le Hugo de cette année. Bon.) Ça se passe dans un monde qui, de temps à autre, se bouffe un cataclysme majeur – les Saisons (d’où le titre). Un des éléments de mitigation desdites catastrophes est l’existence des orogènes, qui savent contrôler les événements sismiques (mais non sans conséquences). Il y a trois fils de narration – celui d’Essun, qui se fout bien que le monde vienne de finir (encore une fois) parce que son mari vient de tuer son fils (joyeux), celui de Damaya, qui se fait emmener par un étranger au Fulcrum où elle apprendra à maîtriser son orogénie, et celui de Syenite, jeune orogène ambitieuse à qui on vient de filer un mentor certes puissant mais pas vraiment sain d’esprit a priori. Et c’est glorieux, complètement glorieux, parfois horrible, et on se retrouve à vouloir suivre tous les fils en même temps, ce qui pose certains problèmes quand il est l’heure de dormir. Une remarque au passage : c’est un peu ardu sur les, mettons, 50 premières pages. Ça vaut nettement le coup de s’accrocher.

S’il ne fallait en lire qu’un… The Fifth Season.

 

#balisebooks – Décembre 2013

Le début de l’année étant aussi un début de mois, j’ai deux choses à faire : souhaiter à mes lecteurs une bonne année, et écrire un #balisebooks. Donc, bonne année, et voici le #balisebooks de décembre.

Home for the Holidays, de Jeaniene Frost (pas encore traduit en français), est « l’épisode de Noël » de la série Night Huntress dont j’ai… *gasp* pas encore parlé. Donc, les Night Huntress, c’est Natacha qui m’en a parlé, et qui en parle d’ailleurs longuement (et mieux que moi) dans ses billets de critique de Halfway to the Grave, de One Foot in the Grave, et de At Grave’s End. La recette de la série est classique mais marche diaboliquement bien – dans un univers qui ressemble vachement au nôtre à ceci près qu’il contient des créatures surnaturelles genre des vampires et des fantômes, nos héros Cat and Bones, plutôt du côté « vampire et assimilables », font face aux « emmerdes du tome ». Les personnages sont chouettes, et en particulier les personnages secondaires récurrents sont de ceux qu’on apprécie de revoir surgir ici ou là. L’univers me parle moins que celui des Chicagoland (dont j’ai parlé en août), mais c’est sans doute une question de goût. Dans l’épisode de Noël sus-cité, le frère de Bones (qui était inconnu au bataillon jusqu’alors) déboule, et tout le monde commence à se comporter de façon bizarre. Je soupçonne qu’il y aurait limite eu matière à faire un tome complet et pas un « demi-tome », mais on va pas bouder son plaisir.

Digital Fortress, de Dan Brown (Forteresse Digitale en français), m’a fait hurler plus d’une fois. Dan, mon petit, la crypto, ça marche pas comme ça. Vraiment pas. Et ça m’agace profondément, parce que j’ai quand même voulu savoir ce qui se passait dans ton bouquin, parce que visiblement, mener un suspense, tu sais faire, mais rontudju, il aurait probablement pas fallu grand chose pour que ton bouquin soit raisonnablement lisible par des gens qui ont des notions de base (vraiment, de base) en crypto. Très agaçant. Et tout ça pour hurler la réponse à l’énigme finale quinze pages avant que des mecs qui sont censés être des dieux vivants ou presque finissent par la trouver. Le bouquin part du postulat que la NSA sait déchiffrer tout ce qui lui passe par les mains, sauf qu’un petit malin arrive et prétend qu’il a un algorithme incassable. Bon, après, le problème, c’est que comme dit plus haut, les éléments techniques sont tellement mal foutus que ça part complètement en sucette à partir de là, et que le reste du scénario ne tient plus. Un gros gâchis, parce que sinon ça serait probablement un chouette thriller. Scrogneugneu.

Shadow Kiss, de Richelle Mead (Baiser de l’ombre en français), est le troisième tome de la série Vampire Academy que j’ai commencée le mois dernier. On y retrouve Rose, salement traumatisée par les événements de la fin du tome 2, et qui en particulier voit des fantômes, ce qui est plutôt mauvais signe pour sa santé mentale. C’est aussi l’époque du « stage de fin d’études » pour les gardiens de la promo de Rose – chaque gardien est assigné à un étudiant Moroi, qu’il doit protéger « comme en vrai » face aux attaques planifiées mais néanmoins réelles des instructeurs de l’Académie. Une ambiance « Buffy rencontre Harry Potter » pour ce tome, j’ai bien aimé.

REAMDE, de Neal Stephenson (apparemment pas encore traduit en français), était ma tentative de me rattraper de l’énervement de Digital Fortress. C’est raté : j’ai abandonné au milieu, j’en avais marre. Ça partait pourtant plutôt pas mal. On fait la connaissance de Richard Forthrast, créateur du jeu vidéo T’Rain, un meuporgue qui a pour particularité d’avoir été conçu avec les « farmers » d’or en tête et d’y avoir adapté son monde. Richard a une nièce, Zula, qui à la suite d’un concours de circonstances malheureux, se retrouve enlevée par la mafia russe, trimbalée en Chine, et j’ai fini par abandonner quand les terroristes et le MI6 ont commencé à faire leur apparition aussi. Malgré ce casting qui prend des proportions, c’est _lent_ et verbeux. J’ai la vague impression qu’avec les 1000 pages+ de ce bouquin, il y aurait moyen de faire deux bouquins de 300 pages, et que j’en apprécierais un mais pas l’autre. Bref, exactement le défaut inverse de Digital Fortress. La construction du monde et les aspects techniques sont impeccables et très bien foutus (j’ai envie de jouer à T’Rain, rontudju), mais le développement de l’histoire me va pas. Je commence à me dire que je devrais écrire mes propres techno-thriller-trucs si je veux en trouver un qui m’aille. Je pense cela dit que REAMDE est pas mal, objectivement, mais c’est pas ma came.

Astérix chez les Pictes, de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad… ben c’est le dernier Astérix. Beaucoup de calembours affreux (c’est un compliment) au service d’un scénario un peu faiblard.

The Call of Cthulhu, d’H.P. Lovecraft (L’Appel de Cthulhu, en français), fait partie des trucs qu’il fallait que je lise à l’occasion, et voilà, c’est fait. J’ai pas mal joué à des jeux sur le thème (Elder Sign, Arkham Horror et Mansions of Madness), et le moins qu’on puisse dire c’est que c’est pas dépaysant, pour le coup. Call of Cthulhu est l’histoire de la mise en relation d’événements a priori indépendants – des cauchemars, un culte à la Nouvelle Orleans, un naufrage dans le pacifique. La construction, par petites touches, de la révélation de l’existence de Cthulhu et de son réveil… À lire, ne serait-ce que d’un point de vue culturel.

The Name of the Wind, de Patrick Rothfuss (Le Nom du vent, en français), est le premier tome de la trilogie Kingkiller Chronicle. J’ai « fait la connaissance » de Patrick Rothfuss par le même biais que celle de Jacqueline Carey – c’est lui qui animait la série Story Board sur YouTube, et il est aussi passé dans l’épisode Lords of Waterdeep de Tabletop. Il a aussi monté un truc très rigolo au moment où il est arrivé sur Twitter. Bref, j’avais une bonne opinion de l’auteur a priori, et j’ai fini par ouvrir un de ses bouquins, en l’occurrence The Name of the Wind. C’est l’histoire de Kvothe qui, à ce qui nous est présenté comme la fin de sa vie, raconte ladite vie à un public assez limité. La narration durera trois jours ; le premier tome correspond au premier jour (fou). Kvothe commence donc par raconter son enfance et le début de sa formation d’arcaniste à l’université. Le personnage principal est parfois un peu agaçant, parce qu’il est présenté comme un demi-dieu dans à peu près tout ce qu’il entreprend ; dans le contexte où c’est Kvothe lui-même qui raconte, ma foi, ça passe. Et j’ai eu beaucoup, beaucoup de mal à lâcher le bouquin - il m’a même emmenée à des heures pas catholiques quand je l’ai terminé. Le concept du « je suis pas bien réveillée parce que j’ai fini un bouquin à 2h du mat hier », c’est pas une bonne idée, mais ça donne une certaine idée de la qualité du bouquin susnommé (enfin je trouve 🙂 ).

Serenity: The Shepherd’s Tale, de Zack Whedon, est un comic book dans l’univers de Firefly, qui raconte le passé du Shepherd Book. J’ai peu lu de comics de manière générale, et c’est un truc avec lequel j’ai du mal - la forme graphique me donne parfois l’impression de ne pas savoir lire et de déchiffrer. Les comics Firefly me sont plutôt plus motivants (parce que je veux savoir ce qu’il y a d’autre dans l’histoire – idem pour les Buffy), mais je crois qu’il faut que je persévère un peu, et que je relise celui-ci (parce que j’ai pas tout pigé, probablement parce que j’ai lu trop vite.) Mais sinon c’était bien 😛

Blood Promise, de Richelle Mead (Promesse de sang, en français), est le quatrième tome de Vampire Academy. Rose s’en va toute seule en mission en Russie pour aller tatanner du Strogoi, et ça se passe plus ou moins bien. Divertissant, avec des passages plus dérangeants que ce à quoi je me serais attendue dans cette série.

Quiet, de Susan Cain (La force des discrets, en français), faisait les têtes de gondoles de toutes les librairies la dernière fois que je suis allée aux US. C’est un bouquin qui tente de convaincre que « dans un monde d’extrovertis, les introvertis ont aussi leur place et voici pourquoi/comment ». En pratique, beaucoup de « brossage dans le sens du poil du public probablement attiré par ce bouquin », peu de science, pas mal de raccourcis (en général associés à du « non mais bon c’est évidemment plus compliqué que ça, mais quand même »). J’aurais pu m’en passer.

S’il n’y en avait qu’un à lire… The Name of the Wind.