#balisebooks du mois des ponts

Pouf pouf. J’ai de plus en plus de backlog. Alors je crois que je vais les faire 10 par 10 (en comptant 1 pour un « groupe »), sinon ça sera jamais publié 😛

The Obelisk Gate et The Stone Sky – N.K. Jemisin (La Porte de Cristal pour le premier, pas encore de traduction française pour le second) – les tomes 2 et 3 (sur 3) de Broken Earth et la suite directe. Je veux absolument éviter de spoiler le premier, cependant, donc je vais pas en dire beaucoup. On retrouve (et on continue à s’attacher fortement) les mêmes personnages, l’écriture du monde est toujours fascinante, c’est plein de bonnes choses. Bref, je ne peux que vous conseiller de lire le premier (Fifth Season), et si vous avez aimé le premier il y a de fortes chances que vous appréciez les deux suivants. En tous cas je garde Jemisin sur ma liste d’auteurs dont il va falloir que je lise TOUT 😉

Heir to the Shadows et Queen of Darkness – Anne Bishop (Héritière des Ombres et Reine des ténèbres, en français) – la suite et fin de la trilogie Black Jewels commencée avec Daughter of the Blood. On reste dans la dark-emo-fantasy, avec les mêmes points forts et faibles que sur le premier tome, mais ça reste assez prenant, et Jaenelle a grandi, ce qui rend les choses moins bizarres. Globalement plutôt une bonne série, qui a le mérite d’une certaine originalité.

Meditation for Fidgety Skeptics: A 10% Happier How-to Book – Dan Harris (pas encore de traduction française) – celui-là fait suite à 10% Happier, du même auteur. Dans 10% Happier, Harris raconte son propre cheminement et ça tient plus du mémoire qu’autre chose. 10% Happier part sur le principe « ok, maintenant que j’ai raconté tout ça, quand j’essaie de convaincre les gens que méditer c’est Bien™, ils me trouvent tout un tas d’obstacles divers et généralement variés, alors je vais trouver des solutions pour chacun ». Beaucoup plus pratique, plutôt intéressant, plutôt drôle par moments (même si visiblement on partage pas la même image de Jazzercise lui et moi – ou ptêt que si 😉 ), et globalement une très bonne lecture. Sur le sujet, je me permets de re-plugger mon billet précédent qui cause de méditation, au cas où.

Beyond Shame, Beyond Control, Beyond Pain, Beyond Temptation, Beyond Jealousy – Kit Rocha (pas encore de traduction française) – alors ça, c’est venu dans ma liseuse parce que j’ai vu passer le Twitter de @mostlybree via un retweet d’un thread (celui-là, je crois), et que je suis curieuse, et tout ce genre de choses. Et @mostlybree, elle écrit avec une co-auteur de la romance post-apo sous le nom Kit Rocha, et donc du coup j’ai acheté Beyond Shame, et j’ai commencé à lire tout ça. C’est effectivement de la romance post-apo. Les bouquins se suivent et ne se ressemblent pas – y’a un arc chronologique général, mais on suit l’histoire du point de vue de personnages différents. Le côté « romance » est, dirons nous, « graphique et détaillé » (au point que j’ai parfois du mal à lire ça dans le train au cas où mon voisin jetterait un œil sur ma page… j’assume pas :P) mais très raisonnablement écrit ; le setting est chouette et les persos sont attachants. (No pun intended.) J’aime bien.

Armada – Ernest Cline (même titre en français) – Cline est connu pour son Ready Player One, qui vient d’être adapté en film ; j’avais plutôt bien aimé le bouquin, les avis sur le film sont mitigés mais je l’ai pas vu. Bref. Armada part un peu sur le même trip nostalgique, avec plus de musique peut-être. L’intrigue commence essentiellement quand Zach rêvasse depuis son cours de maths et voit passer un vaisseau spatial qui correspond point pour point au design de vaisseau de son jeu vidéo préféré, Armada (d’où le titre). Et Zach se retrouve à devoir aider à sauver le monde, parce que, bon. J’ai écouté Armada comme livre audio, narré par Wil Wheaton, ce qui était plutôt chouette ; après, le bouquin lui-même, eh. Globalement prévisible, et je suis vraiment pas douée pour prédire ce qu’il se passe dans les bouquins. Quelques bons passages, mais globalement bof.

The Color of Magic – Terry Pratchett (La Huitième Couleur, en français) – une relecture d’il y a longtemps. J’aimerais beaucoup adorer Pratchett, parce que j’ai toujours l’impression de louper un truc en n’adorant pas Pratchett. Mais y’a pas à dire… j’accroche pas 😦 Chuis à peu près sûre que c’est un problème de « c’est pas l’auteur, c’est moi » – objectivement, c’est chouette, y’a des trouvailles fabuleuses, et tout et tout… mais j’accroche pas. Je suis triste.

One of Us Is Lying – Karen McManus (Qui ment ?, en français) -une histoire de meurtre dans un lycée. Éminemment Pretty Little Liars-esque du temps où c’était « moins n’importe quoi », plutôt une bonne lecture.

My Life in France – Julia Child (pas encore de traduction française) – l’autobiographie de Julia Child, principalement connue pour son livre de cuisine Mastering the Art of French Cooking. Super intéressant sur le contenu et le contexte de la France quelques années après la deuxième guerre mondiale, très inspirant sur la quantité de boulot et de volonté autour de la publication du bouquin. Fascinant.

Every Anxious Wave – Mo Daviau (Il faut sauver John Lennon, en français) – alors, quand tu trouves un trou de ver qui permet le voyage dans le temps dans le fond de ton placard, tu fais quoi ? Ben tu vends des tickets pour les concerts de rock du passé, c’te question, m’enfin ! Et quand t’envoies ton meilleur copain par erreur en 980 au lieu de 1980… ben t’essaies d’aller le repêcher, hein. C’est toute l’histoire de ce bouquin très chouette malgré une prémisse un peu loufoque. Mention honorable pour Lena la physicienne, au passage, j’ai vraiment bien aimé le personnage 🙂

Better: A Surgeon’s Notes on Performance – Atul Gawande (pas encore de traduction française) – une collection d’essais à propos de médecine et de son amélioration dans tout un tas de circonstances, depuis l’hygiène en salle d’opération à la question de la peine capitale en passant par la médecine de combat et le score Apgar pour les nourissons. Très intéressant. Gawande vise à tirer des conclusions à propos de « comment faire les choses mieux en général » sur des domaines plus larges que sur la médecine, mais ça m’a plutôt moins marquée que les histoires par lesquelles il arrive aux conclusions en question.

S’il ne fallait en lire qu’un… ben en fait il faut en lire deux, et c’est Obelisk Gate et Stone Sky, sans hésitation 🙂

#balisebooks – Juin 2013

Il se trouve que, apparemment, parler de ce que je lis au fur et à mesure, ça marche pas top. Comme on est le premier août, je tente une nouvelle formule, qui est de causer le premier (ou le 5) du mois des bouquins que j’ai finis dans le mois précédent – information à laquelle j’ai accès grâce à mon GoodReads préféré. (Sérieusement, GoodReads, c’est bien.) Et comme j’ai, en juillet, des bouquins d’une trilogie que j’ai commencée en juin, ben je commence par juin, voilà. Voici, donc, par ordre de lecture, ce que j’ai fini de lire en juin. Et du coup, je fais la VF ici d’abord, et je ferai la traduction sur G+ plus tard.

Tears in Rain, de Rosa Montero (Des Larmes sous la pluie, en français) – un thriller très sympa, dans un univers très largement inspiré de Blade Runner. L’héroïne, Bruna, est une réplicante, consciente de l’être et d’avoir une durée de vie très limitée. Elle enquête sur une série d’événements : un réplicant tue un autre réplicant puis se suicide. Pas le truc le plus mémorable du monde, mais un bon moment. J’avais récupéré ça sur l’offre éclair Kindle, pas regretté.

Food rules, de Michael Pollan (Les règles d’une saine alimentation, en français) – Pollan fait partie de ces gens dont on cause pas mal en ce moment, je me suis dit « tiens je vais en lire un », mais j’ai visiblement pas choisi le bon. Une « règle » par page, un paragraphe par règle – bon. Ça m’apprendra à ne pas faire attention à ce que je fous sur mon app Kindle. Pis bon, je croyais que le « rules » du titre était un verbe et pas un nom, ça aurait été mieux, sans doute 🙂

Une Autobiographie transsexuelle (avec des vampires), de Lizzie Crowdagger – ça, je sais plus comment je suis tombée sur ce blog, j’ai lu des extraits qui m’ont beaucoup fait rire, du coup j’ai acheté le bouquin (qui est en gros ce que son titre dit – en trois grosses nouvelles), j’ai bien rigolé, une chouette découverte. Pareil, pas super mémorable, mais sur le coup, sympa.

Le Jeu de l’ange, de Carlos Ruiz Zafón – j’avais vraiment beaucoup aimé L’Ombre du vent, j’ai nettement moins aimé celui-ci. C’est plus ou moins la suite de l’Ombre du vent, et c’est l’histoire de David Martin, qui rêve d’avoir du succès en tant qu’écrivain. C’est un peu pénible, parce que j’ai adoré la première moitié du bouquin, et j’ai vraiment pas accroché sur la deuxième moitié du bouquin qui est partie dans le bizarre à la fois peu crédible et peu passionnant.

Ready Player One, d’Ernest Cline (Player One, en français) est un machin complètement jubilatoire. C’est l’histoire d’un gamin qui vit dans un univers vaguement futuriste où les habitants passent la majeure partie de leur temps dans OASIS, un genre de Second Life avec une interface de réalité virtuelle. Le créateur d’OASIS, James Halliday, est mort, et à sa mort, une chasse au trésor géante et difficile a commencé. À la clé : l’héritage dudit James Halliday. Et James Halliday, le truc qui le faisait triper, c’était les années 1980. Du coup, c’est un prétexte pour un voyage dans la culture geek des années 80, c’est bien fichu, c’est très drôle, et j’ai beaucoup aimé. Bon, je suis clairement en plein dans le public cible aussi 😉

Kushiel’s Dart, de Jacqueline Carey (La Marque, en français) est le premier tome de la trilogie de Phèdre, une série de fantasy qui se passe dans une espèce d’Europe parallèle à peu près au niveau Renaissance. Phèdre est une courtisane, qui se retrouve a/ choisie par les dieux/anges pour tirer du plaisir dans la douleur b/ et par conséquent adoptée par son mentor, Anafiel Delaunay, qui la forme comme espionne de haut niveau. Et, évidemment, ça part en sucette assez rapidement, le jeu des intrigues politiques étant ce qu’il est. La particularité de Phèdre rend l’histoire parfois un peu dérangeante (certaines scènes sont difficiles, il faut le dire, et pas à laisser aux mains des enfants), mais globalement c’est un excellent bouquin. Je lis assez peu de fantasy, mais si Jacqueline Carey continue à en écrire je continuerai probablement à en lire (j’ai un peu de retard !).

Let’s Pretend This Never Happened, de Jenny Lawson (pas de traduction française) est une série de chroniques autobiographiques plus ou moins exagérées (je me demande dans quelle mesure) par Jenny Lawson, a.k.a. The Bloggess. Et The Bloggess, ben elle me fait beaucoup rire. Et son bouquin, il m’a beaucoup fait rire aussi. C’est du grand n’importe quoi en barres, avec des animaux empaillés dedans.

The Murder of Roger Ackroyd, d’Agatha Christie (Le Meurtre de Roger Ackroyd) est un grand classique que j’avais déjà lu, probablement plusieurs fois, quand j’étais gamine (j’ai lu beaucoup d’Agatha Christie), mais que j’ai redécouvert avec grand plaisir. C’est un Agatha Christie, que dire de plus. Celui-là est particulièrement chouette.

Voilà, c’est tout pour juin, je ferai juillet dans la journée/les jours qui viennent.

S’il n’y en avait qu’un à lire… Kushiel’s Dart.