#balisebooks – Old Man’s War / Le Vieil homme et la guerre – John Scalzi

Post original : https://plus.google.com/115810324683995775467/posts/SyUfyh7V5Md

J’ai commencé et terminé hier Old Man’s War, de John Scalzi, traduit en français sous le titre Le Vieil homme et la guerre – j’avais 6 heures de train, ça a aidé.

J’ai probablement lu ce livre à cause d’une suite de coïncidences. Un autre livre de Scalzi, Redshirts, est sur mon radar depuis quelques semaines/mois, donc je connaissais l’auteur de nom. Le Humble eBook Bundle est sorti et je l’ai acheté, et Old Man’s War était dedans. Et hier, j’ai cru que j’avais oublié mon livre (papier) (en fait non, il était juste dans un autre sac), donc j’ai jeté un œil à mon app Kindle, j’y ai trouvé ce bouquin, je me suis dit  « boah, on verra bien » (je n’étais pas convaincue par le titre), et j’ai été accrochée dès le premier paragraphe. Peut-être même par les trois premières phrases: « I did two things on my seventy-fifth birthday. I visited my wife’s grave. Then I joined the army. » (« J’ai fait deux choses le jour de mes soixante-quinze ans : je suis allé sur la tombe de ma femme. Puis je me suis engagé. »).

Ce bouquin est très similaire à Starship Troopers (Étoiles, garde à vous) d’Heinlein – la Terre se porte raisonnablement bien, mais la guerre fait rage dans toute la galaxie, et les aliens ne sont pas de plus pacifiques. Et pour faire la guerre, il faut des soldats. Dans Starship Troopers, ce sont principalement des jeunes adultes/adolescents, et le service militaire est un moyen d’atteindre la citoyenneté (i.e. le droit de vote). Dans Old Man’s War, la situation est différente : les gens s’engagent pour leurs 75 ans, dans l’espoir de se refaire une jeunesse – même si personne ne sait exactement ce qu’il se passe en réalité (parce que tout est géré par les Forces de Défense Coloniales, dont les interactions avec la Terre sont limitées), le consensus général est qu’il faut bien faire quelque chose avec tous ces gens de 75 ans pour qu’ils soient aptes à faire la guerre. Dans le livre, on suit le narrateur, John Perry, pendant son engagement et sa carrière. Et c’est une excellente lecture. Les références à Starship Troopers sont partout, mais c’est une version « réactualisée » de Starship Troopers, en beaucoup plus drôle (il y a d’excellents dialogues – j’ai ri plusieurs fois dans le train, pardon à mes voisins).

C’est vraiment un bouquin très chouette. J’avais un peu peur pour Redshirts parce que je trouvais l’idée excellente et que j’avais peur qu’il ne soit pas à la hauteur de mes espérances, mais je pense à présent que ça va être bien. D’autre part, Old Man’s war est en fait le premier d’une série de 4 livres (à ce jour) ; je crois que je vais lire le reste.

3 commentaires sur « #balisebooks – Old Man’s War / Le Vieil homme et la guerre – John Scalzi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s