#balisebooks – The City & the City – China Miéville

cityandcityOn a commencé un bookclub dans mon alliance EVE Online (en ce moment, je socialise plus que je ne joue, c’est terrible), et le premier bouquin qui a été choisi est The City & the City, de China Miéville (traduit en français sous le même titre). J’aime à croire que je l’aurais raté sans ça, mais je me suis rendue compte qu’il était dans ma liste de bouquins qui avaient gagné le Hugo, qui est une liste au bout de laquelle j’ai l’intention d’arriver à bout à un moment. Par contre, il est vrai que ce bouquin avait complètement échappé à mon radar jusqu’ici.

L’intrigue est assez « simple » : Tyador Borlú, inspecteur de police à Beszel, enquête sur le meurtre d’une jeune femme, Son enquête finit par l’emmener à Ul Qoma, la ville « voisine ». Jusqu’ici, tout va bien, et pour le reste, il va falloir que je passe sous le trait-à-spoilers.

Lire la suite

En vrac / Bulk

640px-Vis_en_vracEnglish:

I’m trying something here – since I mostly share links in English anyway, most probably people able to read them would read this post in English as well. But I do have some stuff in French too – so I’ll add them too, but with a French summary. And I sometimes have some stuff that’s mostly visual where the language of the text around doesn’t matter much, so I’ll put that in both :) Let’s try this!

Français:

J’essaie un nouveau truc ici : vu que je partage principalement des liens en anglais, la plupart des gens seraient aussi capables de lire ce billet en anglais. Mais comme j’ai pas mal de trucs en français aussi, je vais les ajouter aussi avec un résumé en français. Et pour les trucs qui sont principalement visuels et où la langue du texte autour n’a pas grande importance, j’y mettrai dans les deux :) Hop, on essaie !

#balisebooks – David and Goliath – Malcolm Gladwell

davidgoliathJ’avais pas mal râlé sur Malcolm Gladwell après avoir lu Outliers, qui avait à mon goût le problème de donner l’impression d’essayer de faire de la science sans y arriver vraiment. David and Goliath (traduit sous le titre Nos Points faibles sont nos meilleurs atouts (sic)) m’a été conseillé par un ami ; sans ça, je ne l’aurais probablement pas ouvert au vu de l’agacement susnommé.

Ça n’aurait peut-être pas été exactement dommage, mais je serais passée à côté d’une lecture tout à fait sympathique. Le livre commence avec la légende de David et Goliath, le petit freluquet qui tatanne le gros balaise, et continue à peu près sur le même thème (de façon plus ou moins évidente) avec tout un tas d’histoires sur trois thèmes en général :

  • des gens qui contre toute attente, se retrouvent au même niveau que les gens qui avaient a priori plus d’atouts de leur côté
  • la manière dont certains facteurs a priori bénéfiques peuvent devenir délétères lorsqu’ils sont poussés aux extrêmes
  • le fait qu’il vaut parfois mieux être très bon à un niveau moins élevé que médiocre au niveau le plus élevé.

On reste assez clairement au niveau de l’anecdote et de l’histoire choisie interprétée de manière à appuyer l’objectif du bouquin, mais ça tombe bien, c’est ce que Gladwell fait extrêmement bien. Bref, une bonne lecture.

#balisebooks – Zoë’s Tale – John Scalzi

zoestaleZoë’s Tale, de John Scalzi (traduit en français sous le titre Zoé) est une preuve que savoir ce qu’il se passe dans une histoire n’enlève rien au plaisir de la lire.

C’est le quatrième livre écrit dans l’univers d’Old Man’s War, et ce n’est ni plus ni moins que l’histoire de The Last Colony, racontée du point de vue de Zoë, humaine de 17 ans fille des chefs de la colonie.

La voix de Zoë est crédible, le récit éclaircit un certain nombre de points nébuleux de Last Colony, et le tout est très agréable à lire, même en ayant lu Last Colony très récemment. Ça fait un peu exercice d’écriture, mais si l’exercice d’écriture est agréable à lire et apporte quelque chose, je ne vois pas qui s’en plaindrait.

#balisebooks – Code to Zero – Ken Follett

codetozeroD’habitude, Ken Follett fait pas trop dans le popcorn. C’est en général des bouquins qui se lisent très bien, mais ça reste dans la catégorie « pavé hyper-documenté ». Je n’ai aucune idée de la quantité de romancé/historique dans ses bouquins, et je m’en fous un peu, mais on peut pas nier qu’il y a clairement du boulot de documentation derrière, et que ça se voit.

Code to Zero est assez peu caractéristique de ce point de vue – ça tient limite plus du Crichton que du Follett. Note : j’aime beaucoup Crichton AUSSI (Jurassic Park fait partie de mes bouquins préférés que j’ai d’ailleurs pas relu depuis trop longtemps), mais c’est pas le même feeling.

L’histoire commence avec Luke, qui se réveille un beau matin dans une gare sans se souvenir ni de son nom ni de ce qu’il fait dans la vie ni de quoi que ce soit. Il a toujours des capacités « de base » pour le fonctionnement en société, mais tout ce qui a trait à son identité a disparu.

S’ensuit un roman d’espionage plutôt efficace sur fond de guerre froide – globalement, j’ai bien aimé, ça se lit tout seul, même si le dénouement est un poil prévisible. Mais en particulier, la manière dont Luke enquête sur son identité est vraiment sympa :)

En vrac

Mon répertoire « en vrac » ouvre 42 onglets (mais j’ai pas encore tout lu), il est donc probablement temps d’en vider le contenu lu par ici :)640px-Vis_en_vrac

Voilà, ça vous fait un peu de lecture :)

#balisebooks – The Exile and the Sorcerer – Jane Fletcher

exile-sorcererThe Exile and the Sorcerer, de Jane Fletcher, est un bouquin qu’on peut qualifier de « choupi ». D’aucuns pourraient argumenter qu’il est assez cliché et que les messages sous-jacents sont vraiment (vraiment) pas subtils, je reste à « choupi ».

C’est de la fantasy qui traîne pas en longueur, où les personnages principaux sont des femmes (et la plupart des personnages secondaires aussi), et la première classification d’Amazon.com est «Lesbian Romance » (z’en faites ce que vous voulez). Ya une société matriarcale, des mercenaires, des sorcières, un calice, une pie sarcastique et plein de bons sentiments (et quelques uns qui fendent le cœur aussi). C’est aussi le premier tome de quatre, et attendez-vous à voir au moins le deuxième apparaître ici, parce que j’aime bien les trucs choupis.

Lire la suite

#balisebooks – The Woman Who Stole My Life – Marian Keyes

thewomanwhostolemylifeJe crois que j’ai lu tout ce que Marian Keyes a écrit – mais j’avais raté la sortie de The Woman Who Stole My Life (pas encore de traduction en français) en novembre dernier (gasp).

On y fait la connaissance de Stella, qui vit toute seule avec ses deux enfants adolescents, et qui cherche à écrire – sauf qu’elle a un léger souci de page blanche, ce qui est embêtant. Et on y apprend petit à petit ce qu’il s’est passé et la raison pour laquelle elle est dans la situation actuelle.

J’ai bien aimé, ça se lit tout seul, c’est pas le bouquin de l’année et la fin est complètement prévisible mais la manière d’y arriver permet de passer quelques heures agréables.

#balisebooks – The Last Colony – John Scalzi

last-colonyThe Last Colony, de John Scalzi (traduit en français sous le titre La Dernière Colonie), est le troisième tome qui se passe dans l’univers de Old Man’s War, qui était wachement bien. J’ai beaucoup aimé The Last Colony, bien plus que The Ghost Brigades qui m’avait un peu déçu. Et comme je veux pas risquer de spoiler les tomes précédents, ben on va mettre la zoulie barre ici.

Lire la suite

En vrac

Un vrac ? Un vrac.

  • A little known hack from Japan to get your notebook organized – le fait que ça vienne du Japon est assez profondément non-pertinent, mais c’est une idée pour indexer le contenu d’un cahier. J’ai commencé à faire ça sur mon cahier de boulot, ça marche pas mal :) (en anglais, mais les photos sont suffisantes pour se faire une idée)
  • How We Changed the Facebook Friends Icon – l’icône « friends » de Facebook a changé de manière assez subtile récemment, et cet article explique le process. (en anglais)
  • Nobel Prize Winner Peter Higgs Regrets Fielding Your Physics-Based Dungeons and Dragons Questions – une parodie assez drôle sur le concept « et si on invitait Higgs et qu’on lui posait que des questions sur D&D ». J’ai ri. (en anglais)
  • Is This a Real Cookbook? – un quizz idiot avec des vraies couvertures de livres de cuisine et des fausses – mais à peu près aussi crédibles que certaines vraies. Marrant. (en anglais)
  • Plant your math and let it grow – un billet de Cédric Villani (j’ai incidemment appris qu’il avait un blog, donc), qui explique que parfois les maths c’est être au bon endroit au bon moment et faire le lien entre des choses qui avaient a priori rien à voir. (en anglais)
  • The extraordinary diversity of Brassica oleracea – celui-là c’était le mind: blown de la semaine. Le concept que le brocoli, le chou-fleur, le kale et les choux de Bruxelles c’est la même plante à l’origine (un genre de moutarde jaune) qui ont été cultivés différemment pour donner des trucs différents. J’en suis toujours pas revenue, en fait (en anglais).
  • Why I’m Always Late – en gros ce que dit le titre. Intéressant, du point de vue de quelqu’un qui a plutôt le problème inverse… (en anglais)
  • Big universe, big data, astronomical opportunity – plus une remarque qu’autre chose sur le fait qu’on a BEAUCOUP de données astronomiques, et qu’on commence à avoir une vague idée de ce qu’on fait en bigdata, synergies, toussa.

Et, tels les Shadoks, c’est tout pour aujourd’hui !