#balisebooks – L’Insoutenable légèreté de l’être – Milan Kundera

Post original : https://plus.google.com/115810324683995775467/posts/CgtC7ZFEnGc

J’ai terminé L’Insoutenable légèreté de l’être, de Milan Kundera, il y a quelques jours et… Et je ne trouve pas grand chose à en dire.

L’histoire se passe majoritairement à Prague dans les années 60/70 et, évidemment, le cadre communiste est très présent.

Ce livre est dans ma catégorie de « bouquin avec des gens dedans » – Tomas, chirurgien et coureur invétéré, Tereza, sa femme, Sabina, sa maîtresse, Franz, l’amant de Sabina, auxquels j’ajouterai le narrateur, qui « interrompt » le flot de l’histoire à intervalles plus ou moins réguliers pour donner des explications ou rentrer dans des considérations/digressions philosophiques.

C’est aussi un de ces livres qu’on finit avec une certaine urgence, parce qu’on sait dès les premières pages qu’on va vouloir le relire en prenant son temps, bientôt (mais on veut quand même savoir ce qu’il s’y passe avant).

Et peut-être que le fait que je n’en ai pas grand’chose à en dire tient du même effet que le silence qui suit un morceau musical grandiose, et qui est encore de la musique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s