Twilight – les quatre tomes

Je viens (la semaine dernière) de finir de m’engouffrer les quatre tomes de la série Twilight de Stephenie Meyer (lus au passage sur mon ebook favori, qui fonctionne donc toujours au poil et dont je suis toujours très contente).

J’ai grommelé pendant à peu près toute la lecture que c’était nul et que j’avais envie de baffer les personnages, mais j’ai quand même descendu les quatre tomes avec une ferveur qui m’étonne moi-même, c’est donc que je n’ai pas tant détesté que ça. Et puis je me suis surprise à chercher des infos sur le film, à regarder les affiches dudit film en France avec intérêt, et puis… et puis bref, c’est pas « si pire » comme bouquins.

Pour l’histoire, c’est donc l’histoire de ma presque homonyme, Isabella, surnommée Bella, qui se pointe dans un coin pluvieux de l’État de Washington (y en a-t-il d’autres ? c’est à se demander) pour vivre avec son papa (qui est apparemment une catastrophe aux fourneaux, on l’saura). Elle y rencontre la famille Cullen, et surtout Edward, famille qui s’avère être un groupe de vampires. Vampires qui font le choix « moral » du « végétarisme » (c’est-à-dire bouffer de l’ours plutôt que de l’humain), mais le choix moral n’empêche pas nécessairement les pulsions. Et on part pour quatre tomes, le quatrième étant à mon sens le plus sympa.

Les mythes à la fois du vampire et du loup-garou sont « revisités », c’est plutôt rigolo comme idées. Bref, c’est mièvre, c’est par moment très agaçant, ça restera probablement pas dans les annales, et je ne pense d’ailleurs pas que ça en ait la vocation, mais c’est… reposant, voilà.

Et, pour tout dire, j’attends la sortie du premier film début février en Suisse.