#balisebooks – David and Goliath – Malcolm Gladwell

davidgoliathJ’avais pas mal râlé sur Malcolm Gladwell après avoir lu Outliers, qui avait à mon goût le problème de donner l’impression d’essayer de faire de la science sans y arriver vraiment. David and Goliath (traduit sous le titre Nos Points faibles sont nos meilleurs atouts (sic)) m’a été conseillé par un ami ; sans ça, je ne l’aurais probablement pas ouvert au vu de l’agacement susnommé.

Ça n’aurait peut-être pas été exactement dommage, mais je serais passée à côté d’une lecture tout à fait sympathique. Le livre commence avec la légende de David et Goliath, le petit freluquet qui tatanne le gros balaise, et continue à peu près sur le même thème (de façon plus ou moins évidente) avec tout un tas d’histoires sur trois thèmes en général :

  • des gens qui contre toute attente, se retrouvent au même niveau que les gens qui avaient a priori plus d’atouts de leur côté
  • la manière dont certains facteurs a priori bénéfiques peuvent devenir délétères lorsqu’ils sont poussés aux extrêmes
  • le fait qu’il vaut parfois mieux être très bon à un niveau moins élevé que médiocre au niveau le plus élevé.

On reste assez clairement au niveau de l’anecdote et de l’histoire choisie interprétée de manière à appuyer l’objectif du bouquin, mais ça tombe bien, c’est ce que Gladwell fait extrêmement bien. Bref, une bonne lecture.

#balisebooks – Outliers – Malcolm Gladwell

Post original :
https://plus.google.com/u/0/106223694077555758612/posts/iThAJA8pD7P

Je viens de finir Outliers, de Malcolm Gladwell (pas de traduction française à ma connaissance) et j’ai un avis assez ambigu sur l’ensemble. La thèse du bouquin est que le succès n’est pas une question de talent extraordinaire, mais d’un talent « suffisant » associé aux bonnes circonstances et à une quantité énorme de travail. Jusqu’ici, tout va bien; pourquoi pas.

Gladwell est très bon lorsqu’il s’agit de raconter des anecdotes, des histoires marrantes et assimilé. Il est drôle, engageant, ses exemples sont bien choisis et en général très intéressants (notons au passage que, à mon avis, What The Dog Saw est meilleur de ce point de vue).

Il est aussi très bon lorsqu’il s’agit de faire réfléchir son lecteur et de tenter de le faire regarder des histoires « classiques » au-delà de ce qui en est habituellement dit – il donne des informations supplémentaires et on finit par se demander ce qui, au final, est réellement pertinent (probablement tout, dans une certaine mesure).

Ce qui m’a par contre franchement agacée était le sentiment tenace de « oui, bon, tu essaies de me montrer des stats, mais tu essaierais pas de me pipoter, là, par hasard ? ». Je ne sais absolument pas si ses stats sont valides ou non. Mais, de la manière dont elles sont présentées dans le livre, elles tiennent plus de l’anecdotique et du sophisme du tireur d’élite texan (l’article anglais de la Wikipédia est plus complet… mais en anglais 😉 ). Encore une fois, je ne dis pas que les faits sont faux ; je dis juste qu’après avoir lu le livre, je ne sais pas s’ils sont vrais ou faux. Très agaçant.

Bref, au final, c’est un bouquin que j’ai apprécié (à cause des anecdotes rigolotes) mais qui m’a fondamentalement énervée sur le plan statistique/scientifique. Et je suis nulle en stats. Donc… ouais… mitigée.