04/02/10 – Bruges

La journée a commencé par un test important : le buffet petit-déjeuner de l’hôtel. Rien à redire, à part que le kawa est space ; mais les œufs sont fluffys, ils ont des beans, et plein d’autres trucs, et tout est bon. Cool.

On avait tiré à pile ou face pour savoir si on irait à Bruges ou à Anvers en premier (les deux sont prévus) – et donc, on est allés aujourd’hui à Bruges. Une heure de train depuis Bruxelles, un train toutes les demi-heures, ça se fait bien !

Arrivés à Bruges, on descend du train et on sort de la gare pour tomber sur un énorme parking à vélos – impressionnant ! D’ailleurs, vu le nombre de fois qu’on a failli se prendre un vélo dans la ville, pas très étonnant.

On a alors marché jusqu’au centre-ville et la place du marché. Quelques calèches tirées par des chevaux, amusant ! Et les « infrastructures » (prises électriques en particulier) sur la place laissent à penser qu’en saison l’activité doit être bien plus importante de ce côté là. Le beffroi qui domine la place est impressionnant. Il y en a une maquette métallique devant, accompagnée de plans en braille en plusieurs langues. On a fini par comprendre que la maquette métallique était aussi à destination des non-voyants : plutôt malin.

On a alors commencé le tour conseillé par le guide et on s’est donc promenés de canaux en bâtiments historiques. J’ai plein de photos de reflets 😉

On s’est arrêtés pour manger dans un endroit au hasard et ça a été un peu une catastrophe. Le Tom Pouce à Bruges – vraiment pas conseillé, c’est médiocre en étant gentil. Je viens de jeter un œil sur les reviews sur Google Maps, et visiblement c’était pas de la malchance… regrettable.

On a continué le tour ; et là, le choc : on tombe en arrêt devant… le musée de la frite. Sisi. On a pas résisté, on est entrés 😉 C’est rigolo tout plein comme petit musée : de l’histoire de la patate à la fabrication des frites, plein de ptits trucs intéressants. On y a même appris l’existence de l’ordre national du cornet d’or (sic) 😀

En continuant notre visite, on s’est aussi arrêtés au musée de la dentelle, un pitit musée avec des jolies pièces, et des dentelières qui font des démonstrations. C’est toujours très impressionnant ! (Pierre n’a pas pu s’empêcher de faire une remarque sur le nombre de freebox qu’on pourrait recouvrir avec tous ces napperons 😉 )

Bref, Bruges nous a laissé l’impression d’une très jolie ville.

On est ensuite rentrés en train, on s’est posés à l’hôtel, et on a eu bien du mal à ressortir pour aller dîner ! pardon souper ! On a quand même fini par se bouger, et bien nous en a pris : on est allés aux Armes de Bruxelles, sur la rue des Bouchers, et c’était impressionnant. Pâté de canard aux pistaches (avec gelée, probablement au porto, translucide et délicieuse, et petits oignons confits), soupe de poissons tout à fait maîtrisée (j’aime pas la soupe de poissons, mais elle était objectivement réussie), saumon grillé avec une des meilleures béarnaises que j’ai jamais mangées, poisson frit et bien frit, le tout avec des frites juste bien comme il faut… on a même pas eu le courage de prendre un dessert, ce qui est regrettable vu les crêpes Suzette flambées derrière nous, qui avaient l’air plus que sympathiques… (comme d’ailleurs les quelques pièces de viande qu’on a vu passer en salle. Croumch.). Bref, de quoi oublier l’échec du repas de midi !

On est finalement repassés par un chocolatier, où on a pris une boîte de chocolats Rogier (pas mal, pas transcendants) (faut qu’on passe chez Galler, de manière assez définitive), et à 250 bières, où on a pris une paire de Quintine – avant de rentrer les boire à l’hôtel (parce que c’est cozy, confortable et silencieux).

Bref, une journée fatiguante mais plutôt chouette !

03/02/10 – C’est parti pour Bruxelles !

Avec Pierre, on a décidé d’aller au FOSDEM cette année, et d’en profiter pour visiter un peu les environs. En tant que fana de bière (surtout moi), de frites (surtout lui) et de chocolat (surtout nous), ça peut clairement pas être une mauvaise idée !

Pour de sombres histoires de coût, on s’est retrouvés à aller prendre l’avion pour Bruxelles à Genève (oui, bon, c’est pas des plus éco-friendy, je l’admets). On est partis en voiture, histoire de passer à Montélier au retour : Genève est à mi-chemin entre Zürich et Montélier, autant en profiter, c’est toujours ça de fait !

Pas grand chose à signaler, si ce n’est un hennissement sur l’aire d’autoroute sur laquelle on à l’habitude de s’arrêter (à Estevayer-le-Lac) – ça surprend 😉 C’était juste un cheval dans une cahute à cheval remorquée par une voiture.

À l’aéroport, pareil, RÀS ; ah, si, le mec de la sécurité a complètement kiffé la chaussette de mon Typematrix « han, c’est pratique votre truc là » 😉

Vol sans histoire, on est arrivés à Bruxelles. Bon, on a dû arpenter à peu près tout l’aéroport entre la porte d’arrivée et les bagages ; cela dit, on est arrivés, on a trouvé notre valise, et on est partis. Train entre l’aéroport et la Gare du Nord, près de laquelle se trouve notre hôtel, marcher un petit peu sans se perdre, et arrivée à l’hôtel.

On loge au Crowne Plaza , on s’est dit qu’on dormait suffisamment peu à l’hôtel pour ne pas en profiter 😉 La chambre est bien, semble un peu petite, mais le lit est très large, et ça c’est très appréciable !

On a soupé au restaurant de l’hôtel, tout était très bon. Une mention spéciale pour le thon à la plancha et pour le tiramisu au spéculoos 🙂

On a ensuite été se promener un peu, on est descendus jusque la Grand’Place, impressionnante même de nuit (on l’a pas encore vue de jour !) et on s’est arrêtés à 250 Bières, rue au Beurre – on y a acheté une bouteille de Bush triple ambrée, qu’on a bue à l’hôtel – une tuerie, soi dit en passant. Et dodo !