Et donc, j’ai fait un t-shirt.

Il y a quelques années, j’avais acheté sur ThinkGeek un très chouette t-shirt:

Turing-Word-Cloud

C’est un nuage de mots fait à partir du papier d’Alan Turing qui décrit le test qui n’avait pas encore son nom (le test de Turing, donc), Computing Machinery and Intelligence. Conceptuellement, très chouette, graphiquement, réussi.

Bon. Ce t-shirt, il commence à avoir vielli, il est pas dénué de taches et il m’est devenu trop grand. Donc, j’ai voulu en racheter un. Manque de bol, ThinkGeek le fait plus (et on les déteste tous.)

Du coup, je me suis dit que j’allais en refaire un sur le même concept. Ça m’a pris un certain temps, voire un temps certain, entre l’idée et la réalisation, mais aujourd’hui je porte un beau t-shirt :

collage-tshirt

Bon. Il est moins bien que l’original, mais c’est MON t-shirt 🙂

Le process a demandé pas mal d’étapes. Déjà, il a fallu générer le nuage de mots. Hors de question de reprendre l’existant, pour tout un tas de raisons dont la principale (en-dehors de la légalité intrinsèque de la chose) était quand même la flemme. J’ai commencé à chercher des générateurs de nuages de mots – il y en a un certain nombre avec des options différentes, des rendus différents, et des technos différentes. J’ai fini par jeter mon dévolu sur Wordle, pour une raison qui n’était pas forcément la bonne a posteriori, en l’occurrence la possibilité d’avoir un export vectoriel du nuage généré (pas de manière triviale, mais en imprimant vers un fichier, le fichier correspondant est vectoriel, yay).

J’ai pas mal bricolé les settings du nuage jusqu’à obtenir un truc qui me paraisse potable et je l’ai exporté en vectoriel. À ce moment là, le design était le suivant :

version1

À ce moment là c’était encore nettement au stade des essais, voir ce qui pouvait marcher, ce genre de choses. J’avais regardé vaguement les fichiers vectoriels valides sur Spreadshirts, ils veulent 3 couches pour les (maximum) trois couleurs, très bien, on va faire ça alors. J’uploade le SVG sur Spreadshirt, Spreadshirt fait « coin ». Après quelques investigations, Spreadshirt fait « coin » pour deux raisons : mon SVG a trop de points de contrôle (ce qui POURRAIT envisager d’être corrigé, au coût d’y passer pas mal de temps en tuning de l’original et en bricolages divers), mais surtout les traits et les espaces entre les trais sont trop fins, ce qui va être pour ainsi dire impossible à corriger en gardant une quantité de texte qui « fasse » nuage de mots, esthétiquement.

Il m’a fallu pas mal de temps pour me convaincre que non, décidément, ça allait pas passer en vectoriel. Entre temps, le design avait pas mal évolué, pas forcément d’une manière intelligente a posteriori non plus (en voyant le premier essai, la police était plus jolie, j’aurais dû garder celle-là), pour arriver à celui-ci :

essai4

Du coup, comme je passais en bitmap, je n’étais plus limitée à 3 couleurs, j’ai mis Gradle en mode « vazy, file-moi un peu plus de variation sur la palette », et c’est le fichier qui s’est retrouvé imprimé au final.

L’aperçu avant impression de Spreadshirt donnait ça :
tshirt-turing

Je l’ai commandé la semaine dernière sur spreadshirt.ch, il est arrivé en 3-4 jours ouvrés (mais en provenance d’Allemagne, un point à garder en tête si je veux en commander plusieurs : deux-trois t-shirts passent en-dessous de la franchise douanière, au-dessus probablement pas). Il est passé au lavage à la première lessive – et, après la première lessive, il ressemblait à ça :

tshirt-turing-1

et, plus en détail sur le motif :

tshirt-turing-2

(Oui, je suis profondément anti-repassage. Ça se défroisse sur la bête.)

Du coup que j’ai un t-shirt, maintenant, je peux réfléchir à ce qui est bien et ce qui est à améliorer 🙂

Le bien :

  • J’aime bien la coupe et le feeling du tshirt – je sais pas dans quelle mesure ça va se tenir, mais c’est pas mal a priori.
  • Le texte est lisible.
  • Les délais et les coûts sont tout à fait corrects (j’ai payé 24.19 CHF, port compris, avec un réduction de 3.21 CHF dont j’ai oublié la provenance).

L’améliorable :

  • L’impression est « correcte, mais pas top ». C’est en partie de ma faute : il est dit explicitement dans leur doc que le process d’impression passe une couche de blanc avant la couche de couleur, et qu’il faut prévoir le coup et faire un vague flou. Vu que j’imprimais du texte, j’ai tenté le coup sans en me disant que c’était probablement mieux que du texte flou, mai je suis pas sûre. Cela dit, je suis pas hyper-convaincue par la qualité des aplats non plus. Ça, pour le coup, je pense pas que ce soit de mon fait. Si quelqu’un a d’autres suggestions pour des imprimeurs de t-shirts de qualité décente, je serai heureuse de les entendre. Encore plus s’ils livrent en Suisse à des prix non-prohibitifs.
  • Comme je disais précédemment, j’aurais probablement dû garder l’autre police, et passer un peu plus de temps sur mon choix de couleurs. Ça clashe pas, mais c’est pas non plus très satisfaisant.
  • Le papier du test de Turing est un bon choix, mais le papier de la machine de Turing en est peut-être un meilleur 😉
  • Si le vectoriel n’est plus un critère, il faut probablement que je réévalue les autres créateurs de nuages de mots que j’ai testés.

Au final, une expérience plutôt positive, malgré mes réserves – peut-être que je ferai un t-shirt machine de Turing à l’occasion pour tester d’autres paramètres 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s