Les Piliers de la Terre, Ken Follett

Dans la série « sur mes étagères alourdies » (merci Boss), j’ai tout récemment dévoré Les Piliers de la Terre, de Ken Follett. Le thème ne m’inspirait pas vraiment a priori (malgré de bonnes expériences sur certains romans se déroulant au Moyen-Âge, je pense en particulier au Grand Livre de Connie Willis), mais je me suis laissée convaincre par l’enthousiasme de Pierre pour ce roman.

Donc ça se passe au temps des bâtisseurs de cathédrales, au XIIe siècle, principalement en Angleterre. Les Piliers de la Terre est un roman plutôt long (un bon millier de pages) qui nous fait suivre sur une cinquantaine d’année le parcours de plusieurs personnages, le tout sur un canevas de guerre de succession du roi Henry.

Tom le bâtisseur a un unique but dans la vie : bâtir une cathédrale. Les hasards de la vie le mettent sur le chemin de Philip, prieur de Kingsbridge, dont l’église brûle grâce à une intervention pas vraiment divine. Philip est un « redresseur de situations désespérées » : il en tombe un certain nombre sur le prieuré qu’il gère, mais il s’en sort bien souvent avec les honneurs. Du côté des « pas vraiment sympathiques », nous avons William, usurpateur du comté de Shiring. Aliena, sœur du comte héritier, avait d’ailleurs refusé d’épouser William, ce qui aura des conséquences non négligeables. Aliena (qui elle fait partie des « gens qu’on aime bien ») fait également partie des personnages qui gravitent autour du prieuré de Kingsbridge. Tom commence la construction de la cathédrale de Kingsbridge et embauche sur le chantier son fils Alfred et son beau-fils Jack.

Jack aura l’occasion d’aller faire un petit tour en Europe continentale et d’améliorer encore la conception originale de la cathédrale de Kingsbridge. Sa future femme le ramènera en Angleterre après l’avoir suivi à la trace (mais avec quelques mois d’écart).

Bref, tout un petit monde relativement complexe avec plein de personnages principaux, plein de personnages secondaires (j’ai oublié dans ma fastidieuse énumération l’évêque Waleran, ennemi à jamais de Philip), et le tout dans un bouquin qu’on a vraiment, vraiment du mal à lâcher.

Tout cela est extrêmement difficile à résumer sans trop spoiler, d’ailleurs je me rends compte que je m’en tire très mal, mais si vous cherchez quoi bouquiner sur la plage cet été, Les Piliers de la Terre est clairement un bouquin à considérer.

7 commentaires sur « Les Piliers de la Terre, Ken Follett »

  1. Je ne sais pas si c’est moi qui l’ai prêté, mais effectivement, ce livre est une grande saga médiévale, sur 3 (!) générations comportant plein de petites aventures individuelles qui s’entremêlent pour former une trame historique… Un bon moment, mais pas exceptionnel à mon goût.

  2. Je suis assez d’accord avec le commentaire précédent, ce livre est sympathique mais je ne comprends pas bien l’engouement qu’il suscite..

  3. Franchement, moi ce livre, je l’ai eu un mercredi apres midi, je devais le lire pour le 2e lundi qui suivait… j’ai pas reussi, j’ai pas accroché… et a cause de cela, j’ai raté une partie de mon examen de francais… mais bon, j’ai rattrapper le coup avec les autres parties :). rien que la taille du livre et de l’ecriture m’a decouragée, pourtant, j’adore lire, mais et tant donner que je savais qu’il fallait que je le lise pour +- 12 jours apres, ben j’ai ete decouragée. je profiterai des vacances pour le lire, si j’en ai le courage; je suis en retard dans plein de suite de livres, faut que je me remette en ordre. enfin, voila mon avis… 😉

  4. J’ai devoré ce livre il y a plus de huit ans et je suis à sa recherche, il m’a été prété, la vie a fait que je n’ai jamais eu le temps de le rechercher,
    il m’a vraiment enthousiasmé, mais bien sur il faut être branché sur « mais pourqoi donc et comment a t’on pu construire ces monuments que sont les cathedrales », on y apprends beucoups de choses sur leurs constructions et surtout les vilages puis villes qui ont été baties autour, les histoires y sont merveilleusement bien racontées, j’etais « dans les histoires et plus particuliérement un personnage, peut être etais je WALTER écuyer du sombre WILLIAM » j’ai trouvé ce site en « tapant TOM, CATHEDRALE, PRIEURE » merci à celui qui a ecrit le commentaire, je vais m’enpresser de retrouver ce bouquin

  5. les piliers de la terre, un roman inoubliable, celui qui n’a eu de cesse de m’ébahir sur les compétences qu’avaient nos semblables à construire à l’époque de tels ouvrages que sont les cathédrales. dès lors, c’est avec un immense respect que j’ai carressé les pierres taillées, comme si elles matérialisaient le lien entre nos ancêtres et nous mêmes. quelle admiration j’ai depuis pour les bâtisseurs comme tom ou merthin que j’ai découvert dans « un monde sans fin ». bravo’

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s