Virage de cuti

Bon.

J’ai viré ma cuti.

J’ai acheté…

un Mac. Un joli Powerbook 12″ tout mignon. Enfin, je l’ai pas encore, mais je sais qu’il va être tout mignon.

À l’origine, un appareil photo numérique et un câble micro-USB. Branchement sous Linux, lutte pendant 20 minutes, Linux vainqueur par abandon. Branchement sous Windows, lutte pendant 20 minutes, Windows vainqueur par abandon de la batterie du portable. Passage dans le bureau de mon directeur de thèse : « Quelqu’un a un Mac ? » – on branche, la petite fenêtre s’ouvre, 5 minutes j’avais les photos sur mon disque.

Bon, pour être honnête, ça me tentait déjà depuis quelque temps. Quand Mac OS X est sorti, je trouvais ça super de pouvoir (si on voulait, hein !) avoir Office sur un Unix, que l’Unix en question soit joli (ce qui ne gâche rien) – KDE même avec tout l’eye candy « alla Mac », c’est pas pareil, et Gnome non plus – etc. Et puis là j’ai vu le Mac envahir progressivement le labo (jusqu’au bureau de mon directeur de thèse), et je me suis dit qu’il y avait quelque chose.

Le Mac est commandé depuis mercredi.

Aujourd’hui j’ai fait mes premières armes sans filet sur un des Mac Mini du labo – je suis allée voir notre macophile le plus acharné, je lui ai dit (ou plutôt crié, avec ma discrétion habituelle) « CHUIS AMOUREEEEEEEEEEUSE ! ». Le truc qui m’a le plus bluffée je crois, c’est que c’est la première fois que je me retrouve sur un système avec un seul écran et sans bureaux virtuels sans hurler à la mort. Exposé est vraiment un concept formidable.

Bref… Je garde le PC pour geeker, vous inquiétez pas – mais là, j’avoue, j’ai craqué.

2 commentaires sur « Virage de cuti »

  1. Ça pourrait être pire comme virage de cuti… le seul truc emmerdant, c’est qu’il va falloir que je te le pique… c’est pas une agression, simplement un précision.

    Moi, le Mac, ça m’a pris quand j’étais petit. C’était super beau à l’époque. J’avais économisé grave pour m’acheter un, petit coup de honte, Mac + avec son disque dur de folie (20Mo… à ce moment-là, je ne connaissais que les disquettes).

    Bref, le dinosaure t’envie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s