Bienvenue chez les ch’tis

Au début du film, un vieux doute. L’option « oh la la mon pov vieux, c’est pire que si t’étais viré, t’es muté à Bergues » m’a fait un peu peur. Voire gênée, Mais bon, premier vieux fou-rire avec l’apparition de Galabru (« les chiens ils sont cheutemi, les chats ils sont cheutemi… ») et de là ça s’arrête plus vraiment.

Ce film est drôle. Drôle comme « rire de bon coeur ». Une vilaine longueur vers le début-milieu pendant la tournée à vélo, mais globalement bien rythmé. Kad Mérad manque un peu d’accent et s’adapte un poil trop vite, mais, bon. Line Renaud qui sort un « j’dirai rien…mais j’en pense pas moins ! » m’a vraiment, vraiment beaucoup fait rire. Et puis, bon, quoi, voilà, c’est drôle. Et c’est tout émotionnant à la fin (l’a fallu sortir les mouchoirs pour les deux didiches que nous sommes Sandrine et moi 😉 ). Ptêt pas de quoi comprendre les XX millions d’entrées, mais… bon, un bon film, quoi.

Après, le problème, c’est que ça file une furieuse envie de maroilles. Déjà que j’ai pas besoin de ça…

The Golden Compass

Première fois que je vais au cinéma depuis quelque temps… Bon, les films en VO en Suisse ont un double sous-titrage allemand/français. Un peu perturbant au départ, mais on s’y fait bien finalement (et à force de regarder mes séries en VO, je me rends compte que j’ai de moins en moins besoin des sous-titres).

Donc hier c’était the Golden Compass. Une idée plutôt sympa à la base, une espèce de dimension parallèle où les gens trimballent leur âme grâce à un « démon » sous forme animale qui se balade avec eux et qui parle. Par contre, je ne savais au départ pas que c’était tiré d’un livre, mais j’ai demandé à l’entr’acte (oui, parce qu’on a eu une entr’acte aussi…) et c’est effectivement le cas. Et… ça se sent. On sent qu’il y a tout un univers derrière mais qu’il est à peine esquissé dans le film. Et qu’il manque des choses. Ça m’a un peu fait l’impression d’Harry Potter 4 (pas encore vu le 5) où pendant tout le film je me suis dit qu’heureusement que j’avais lu le bouquin, sinon il m’aurait manqué pas mal de trucs. Sauf que là, j’avais pas lu le bouquin.

Bon, ça reste plutôt un bon moment, les images de synthèse sont plutôt bien fichues (voire très bien fichues, on y croit), on sent qu’il y a des idées derrière, ça donne envie de lire le bouquin – mais le film, moi je suis un peu restée sur ma faim.

C.R.A.Z.Y.

Au départ, on était partis pour voir V comme Vendetta… arrivés tardivement au cinéma, restait 18 places dans la salle, un bon moyen pour se retrouver tous dispatchés, pas drôle ! Un coup d’oeil rapide au reste des films commençant à ce moment-là et nous tombons sur C.R.A.Z.Y. Un bien heureux hasard, si vous voulez mon avis.

Lire la suite de « C.R.A.Z.Y. »